FNAC LIVE, le révélateur de tous les talents

La neuvième édition du Fnac Live laissera résonner ses scènes du 3 au 5 juillet prochains. Trois jours de concerts entièrement gratuits dans le cadre unique du parvis de l’Hôtel de Ville de Paris avec des invités qui devraient attirer la foule des grands soirs : une trentaine d’artistes dont Eddy de Pretto, Clara Luciani, Stephan Eicher ou bien encore Radio Elvis.

Quiconque ne s’est jamais retrouvé prisonnier en voiture dans les rues adjacentes à la mairie de Paris un soir de Fnac Live ne peut imaginer la densité des foules drainées par cet évènement désormais incontournable. Neuf ans déjà que ces trois jours de musique entièrement gratuits créent une animation comparable au concert du 14 juillet aux abords de la Tour Eiffel. Plus de 100.000 spectateurs s’y pressent à chaque édition.

Aya Nakamura.

Eddy de Pretto.

Clara Luciani.

Flavien Berger.

En 2012, Pony Pony Run Run, Charlie Winston, Tryo et Dominique A (entre autres) se succédaient sur scène. Au fil des ans, Christophe, Bernard Lavilliers, -M- , Mika, Christine and the Queens, Julien Clerc, Julien Doré ou bien encore Benjamin Biolay s’y sont aussi produits. L’année dernière encore, personne n’a oublié la prestation de Sting, la magie de Gaël Faye ni celle d’ Angus et Julia Stone. A l’origine, celui qui était encore le « Fnac Indétendances » avait pour ambition d’offrir une pause musicale avec des artistes propres à réunir tous ceux qui sont parisiens en ce début d’été, des artistes confirmés ma is également des découvertes qui devraient gravir rapidement les rangs de la notoriété.

Stephan Eicher.

Roni Alter.

Anna Calvi.

Cette année, les organisateurs ont poursuivi cette carte de la diversité en réunissant Bertrand Belin, Eddy de Pretto, la très en vogue Aya Nakamura et l’élégante Clara Luciani, des noms que l’on ne présente plus aux cotés de Bon Entendeur, Anna Calvi, Johan Papaconstantino ou Hervé, nouveaux noms avec lequel le public fera plus ample connaissance. Temps forts très attendus : le live acoustique du très charismatique Stephan Eicher et le toujours très spectaculaire show d’ Etienne de Crecy. Le FNAC live n’a décidément rien perdu de ses envies initiales et continue à jouer son rôle d’agitateur de talents.

M.M.

Le programme soir par soir :

Mercredi 3 Juillet : Etienne de Crecy, Aya Nakamura, Suzane, Bon Entendeur, Leonie Pernet, Radio Elvis, Delgres sur la scène du Parvis // Stephan Eicher sur la scène du Salon. 

Jeudi 4 juillet : Eddy de Pretto, Silly Boy Blue, Flavien Berger, Nelson Beer, Clara Luciani, Pepite  et un artiste dont le nom sera connu le 25 juin sur la scène du Parvis // Bertrand Belin, Blick Bassy et Roni Alter sur la scène du Salon.

Vendredi 5 juillet : Agoria Live, Hervé, Columbine, Zed Yun Pavarotti, Glauque et deux artistes dont les noms seront révélés le 25 juin sur la scène du Parvis // Anna Calvi, Johan Papaconstantino et Canine sur la scène du Salon.

– La scène du parvis est en accès libre dans la limite des places disponibles (début des concerts à 17h), la scène du Salon (3, rue Lobau) est en accès gratuit sur invitations, à retirer dans les billetteries Fnac de la région Ile de France à compter du 2 juillet à midi et à raison de deux places par personne (début des concerts à 19h40 le 3 juillet, à 18 heures les jours suivants) –

L’Acoustic Festival monte le son.

La sixième édition du Festival Acoustic du Poiré sur Vie (Vendée) revient les 27, 28 et 29 Mars prochains. L’affiche est encore une fois prometteuse. Coup de projecteur sur cette manifestation qui trace la route avec humilité. 

Il doit quand même se respirer un air spécial du côté de la Vendée car en ces terres trop facilement qualifiées de « campagnardes » vues de Paris coexistent des manifestations culturelles qui n’ont pas à rougir de la comparaison avec les « grandes, », celles qui s’offrent chaque année les gros titres de l’actualité. On connaissait Poupet un peu plus loin dans le bocage, son festival si accueillant et sa programmation qui fait le bonheur de dizaines de milliers de spectateurs chaque été. Il faut désormais compter avec le Poiré sur Vie et son festival Acoustic.

Le Poiré sur Vie, une quinzaine de kilomètres de la Roche-sur-Yon, la ville préfecture… Un peu moins de 9.000 genôts (les genôts ? Les irréductibles habitants du Poiré, évidemment! Pratique culture à glisser comme question piège!) mais plus de 150 bénévoles pour un festival dont la sixième édition (les 27,28 et 29 mars prochains) va encore une fois accueillir le gratin de la musique. Avec en prime, la chance exceptionnelle de pouvoir entendre Charlie Winston, que l’on s’arrache depuis la sortie de son tout dernier album. 

Miossec.

Stéphan Eicher.

En 2010, lorsqu’une bande de passionnés a décidé de tenter l’aventure, l’affaire pouvait pourtant paraître audacieuse. Assurer une programmation sur trois jours, sans s’affilier les services d’un booker, sans se rassurer par la présence d’un minimum de professionnels, il fallait oser. Six ans plus tard, l’histoire ne peut que leur donner raison. Le Forestier, Manu Katché, Dan Ar Braz ont ouvert le ban et fait savoir tout le bien qu’ils pensaient de cette manifestation. Le public a répondu présent immédiatement. Et les années suivantes ont vu passer dans la superbe salle de l’Idonnière, au confort douillet et à la qualité sonore haut de gamme, De Palmas, Thomas Fersen, Thomas Dutronc, Axel Red, William Sheller, Cali, Sanseverino, Grand Corps Malade ou bien encore Yodelice, pour ne citer qu’eux. Plus de 3500 spectatateurs sur trois jours et toujours un retour enthousiaste de la part de fidèles qui attendent désormais avec impatience l’affiche de la nouvelle édition.

Au menu de ces trois jours, le plaisir ne devrait pas se démentir: Miossec et Stéphan Eicher ouvriront le bal le vendredi soir . Le breton a vingt ans de carrière au compteur, neuf albums et des chansons qui visent juste. Artiste majeur de la scène française, il présentera son dernier opus « Ici bas, ici même », unanimement salué par la critique, mais il offrira aussi quelques uns de ses succès devenus incontournables comme « Brest », « Montparnasse »… Stéphan Eicher effectuera lui son grand retour après un premier passage d’anthologie dans l’édition 2012. L’envie était telle, tant de la part du public que parmi les organisateurs, qu’une nouvelle invitation s’est imposée ! Il sera seul sur scène. Avec juste quelques automates musicaux…

Charlie Winston.

Yael Naïm.

Samedi, se succéderont Yael Naïm et The Ukulele Orchestra of Great Britain. Après sa participation aux « Dix commandements », le spectacle musical à succès dont la partition était signée Obispo, la jeune femme n’a pas failli et a poursuivi avec une carrière solo jalonnée de lauriers. Accompagnée de son fidèle et incontournable complice David Donatien, Yael Naïm a été saluée en 2011 par la Victoire de l’Artiste féminine de l’année. Elle vient de sortir un nouvel album et le présentera devant le public du Poiré. Mais elle reprendra aussi « Come home » ou bien encore « Go to the river » car il y a des plaisirs qui ne se boudent pas. Pas boudeurs non plus les joyeux drilles du Ukulele Orchestra! Ces huit musiciens de très haut vol, dotés du très singulier humour british, surprendront avec leur interprétation bien particulière des grands standards, des Stones à Morricone en passant par Nirvana. Un quart de siècle d’existence et toujours le même succès sur les scènes internationales.

Dimanche enfin, Alb et Charlie Winston refermeront le festival. Le premier a déjà réussi à se faire un nom dans l’univers pourtant très encombré de l’électro-pop. De son vrai nom Clément Daquin, Alb a notamment assuré avec succès plusieurs premières parties des Shaka Punk (dont celle du Zénith de Nantes, qui lui a valu de beaux retours de la part de spectateurs surpris et heureux). Faiseur de mélodies accrocheuses, jouant aussi de la guitare et du clavier, accompagné d’un batteur, il emporte le public et l’on comprend alors facilement le nombre de vues impressionnante de ses clips sur Youtube. Quant à Charlie Winston, les français l’ont découvert en 2008 avec l’entêtant « like a hobo ». On l’a retrouvé ensuite par la grâce d’un tube, « Dusty Men » avec Saule, chanteur belge dont il a produit l’album. Mais Charlie Winston, c’est aussi et surtout un auteur-compositeur-interprète appartenant à l’élite de la scène anglaise. « Lately », single extrait de « Curio City », son nouveau disque tout juste dans les bacs, fait le bonheur des radios. Il est impressionnant sur scène et partage énormément avec le public. Autant dire que sa venue dans ce sixième Festival Acoustic est un évènement. 

Acoustic peut-être mais génialement survoltée cette nouvelle édition!

Magali MICHEL.

– locations aux points de vente habituels : réseau France Billet (FNAC, Carrefour…), Digitick, Ticket.net (Leclerc, Auchan…) / sur le site du festival également www.acoustic-festival.fr

(5 euros pour les enfants // tarif assis pour chaque soir : 34, 32 et 35 euros (31, 29 et 32 en tarif réduit) // tarif debout : 30, 28 et 31 euros (27, 25 et 28 en tarif réduit) // pass trois jours 79 euros debout, 74 euros assis.)