Rien n’arrêtera Claudio Capéo

Claudio Capéo a repris la route des tournées et s’est arrêté au Zénith de Nantes pour le faire chanter d’une même voix. Tendrement jovial.

Qui aurait imaginé en le voyant candidat de la cinquième édition de « The Voice » qu’il n’aurait pas son pareil pour faire chanter les foules ? En 2016, c’est en effet sans son instrument fétiche que Claudio Capéo s’était inscrit, incité par les copains mais également curieux d’obtenir un avis professionnel sur sa voix. Pas question alors de dérouter avec son accordéon que beaucoup pourraient juger « ringard » ou trop connoté. Seule sa voix lui permettrait de franchir les étapes. Il avait bien fait puisque son interprétation de « Chez Laurette » de Michel Delpech avait ému le jury et retenu l’attention des télespectateurs. Mais ce n’était offrir qu’une palette bien limitée de son talent car Claudio Capéo, qui avait déjà à son actif des centaines de concerts à travers l’Europe avec son groupe, après avoir commencé à jouer dans les bistrots et les trottoirs de son Alsace natale, était bien plus que ce chanteur un peu timide, probablement à l’étroit dans une émission un peu formatée.

Showman né, Claudio Capéo n’est jamais meilleur que lorsqu’il est sur scène. Conscient du chemin parcouru, des débuts où il fallait accrocher les promeneurs ou ce public du hasard tapis dans les recoins d’un petit troquet, il savoure chaque instant dans ces salles de plus en plus grandes et ne risque pas la grosse tête. Ses musiciens sont là depuis le début, sa vie n’a pas changé et il ne la jouera jamais star. Les pieds sur terre et les doigts rimés à son accordéon, il veut juste donner et donner encore… pour mieux s’enivrer de l’échange avec son public. La formule est clichée mais chaque minute de ses concerts permettent de la vérifier.

Sur la scène du Zénith de Nantes plein à craquer ce 28 Novembre, Claudio Capéo a levé le voile sur sa nouvelle tournée bâtie après la sortie de son quatrième opus, « Tant que rien ne m’arrête ».  Après une précédente tournée de deux ans, un album certifié disque de diamant, le trentenaire est reparti, sans doute jusqu’à la fin de l’année prochaine.. au moins, car les places s’envolent et il faut souvent programmer un second passage afin de consoler les laissés pour compte de la billetterie.

Devant des toiles immaculées, terrain de jeux idéal pour les ombres et lumières, l’artiste arpente la scène, descend dans les travées, avec une envie et une énergie impressionnantes. Le timbre de voix si reconnaissable porte toutes les émotions. Les titres récents se mélangent aux désormais incontournables « Un homme debout » ou « Ca va, ça va », qui avaient marqué le début de sa célébrité voilà trois ans. Un prompteur discret sur le devant de la scène (support classique auquel peu échappe. Pour l’anecdote, il y en a plus de vingt dissimulés sur la scène d’Indochine) permet d’éviter les petits trous de mémoire de début de tournée… Aléas que ne connaissent pas les spectateurs qui reprennent en choeur avec un enthousiasme impressionnant.

Entre deux morceaux et trois notes d’accordéon, Claudio Capéo montre une gentillesse dont personne ne saurait douter et un sens du spectacle qui a des allures d’évidence . « Tant que rien ne m’arrête » assure t’il. Rien, on ne sait pas. Personne… ça c’est certain.

Magali MICHEL.

Crédit photos // Sophie BRANDET.