Rencontre avec les amours désenchantées de Pierre Lapointe

La veste a les sequins bleu ciel du parfait showman, ultime accessoire paillettes dans un spectacle dont la sobriété reflète les lumières de ses tourments intérieurs. Pierre Lapointe compose sur les feuilles de ses amours mortes. Désespérément gay et beau à la fois.

Ce 11 Octobre à Nantes, la salle Paul Fort est bondée et les travées pleines de fans de la première heure. Un public acquis d’avance, qui connaît les refrains par coeur mais ne tapera pas dans ses mains et ne chantera pas avec Pierre Lapointe, respectant ainsi ses consignes. Un public qui ne lui en voudra pas non plus de reprendre aux mots près ses intermèdes comico-tragiques. « Si vous venez pour la seconde fois et bien désolé mais on ne peut pas toujours tout changer » lance t’il en riant… ce qui coupe court au débat. Alors oui, même ses « Si vous avez perdu quelqu’un récemment, quelqu’un de votre famille, ou même votre chien… j’espère que vous n’êtes pas venu seul ! » sont encore de sortie, histoire de rappeler que la soirée ne sera pas un joyeux karaoké. Au même humour noir, les mêmes rires en retour, bref intermède joyeux entre trois chansons porteuses de désillusions, de mélancolie, d’amour et surtout de désamour. Les mots sont crus souvent, les sentiments multiples et l’homosexualité décomplexée.

Pour ce spectacle mêlant ses deux derniers albums, Pierre Lapointe n’a pas voulu de mise en scène excessive mais plutôt misé sur un double accompagnement insolite, piano-marimba. Le décor composé de néons lumineux joue également la sobriété avec élégance et modernité. Pierre Lapointe se glisse de temps à autre derrière le piano, le reste du temps et pendant près d’une heure trente, il se tient debout face au public comme s’il lui déroulait une histoire, l’histoire de sa propre vie.

La voix est puissante et se fie des notes. Impossible de tricher quand il s’agit de chanter avec un habillage aussi épuré. Mais l’aisance de Pierre Lapointe n’est plus à démontrer. « Paris Tristesse », « Mon prince charmant », « le Halo des amoureux », les chansons défilent sans temps mort dans leur cruelle vérité et reprennent les plus beaux titres du chanteur avec une large part laissée à « La Science du coeur », son avant dernier album. Aucune concession, un regard lucide sur l’existence dans un monde où le fond disparaît au profit du paraître, de l’image modifiée pour mieux être likée. Il affiche ses amours masculines mais le sentiment est éternel et chacun s’y retrouve.

Pierre Lapointe se définit comme un chanteur populaire, ce qu’il est incontestablement au Québec, sa terre d’origine. En France, depuis une dizaine d’années, il avance tranquillement mais sûrement, passant de chanteur « reconnu » à plus largement « connu ». Pas encore populaire. Mais sur le bon chemin.

Magali MICHEL.

Crédit photos // Sophie BRANDET.

– NB : Un dernier mot à toi le spectateur du premier rang pourtant largement dans l’âge de raison mais qui as cru devoir couvrir de propos méprisants la photographe, venue pour travailler, assise discrètement par terre l’espace de deux chansons et ce, de façon autorisée par la production: ton volume sonore faisait plus de bruit que le déclenchement de son appareil et chercher l’approbation de tes voisins ne faisait en vérité que les gêner.  Par contre, ta fille assise à tes côtés et donc elle aussi au premier rang, pouvait se dispenser de passer la soirée sur Facebook car l’écran lumineux de son téléphone a été bien visible toute la soirée.  Dans la pleine luminosité de son impolitesse. Comme ton rire si exubérant et inapproprié entendu jusqu’au fond des travées. Le respect et la tolérance… deux mots magnifiques de la langue française. – 

FRANCOFOLIES 2018: Programmation sans fausse note!

Du 11 au 15 Juillet, La Rochelle vivra au rythme de la 33ème  édition des Francofolies. Orelsan, Suprême NTM ou Véronique Sanson, Shaka Ponk, Julien Clerc ou Ben Mazué, la liste des invités est longue et la fête promet d’être belle. 

Trente-trois ans désormais que l’on se demande quelle sera l’affiche des Francos, l’un des plus fameux festivals de l’été en France. Une sacrée réussite qui ferait presqu’oublier que le pari était loin d’être gagné quand Jean-Louis Foulquier, alors emblématique promoteur de la chanson française sur les ondes de France Inter, décidait de lancer à la Rochelle une manifestation dans le prolongement de ses émissions. Avec priorité donnée aux artistes d’expression francophone et des scènes offertes à la jeune génération. Francis Lalanne, Jacques Higelin, les Rita Mitsouko, Diane Dufresne, entre autres, avaient accepté la première invitation. Des centaines d’autres se sont ensuite pressés pour faire vibrer la place Saint-Jean d’Acre et ses milliers de spectateurs.

Le parcours n’a cependant pas été linéaire avec d’inévitables problèmes techniques ou financiers, des années « sans » quand la météo décidait de se mettre à l’orage, des inquiétudes sur la pérennité de l’évènement, la disparition en 2013 de Jean-Louis Foulquier, des artistes qui se la jouaient divas, une fréquentation en dents de scie (130.000 spectateurs en 2014, 20.000 de moins l’année suivante et puis plus de 155.000 en 2017)… Mais force est de constater qu’aujourd’hui le navire « Francos » est largement sorti des mers agitées et flotte avec assurance avec plus de quatre-vingt concerts en cinq jours répartis sur six scènes. Les « Chantiers des Francos » sont devenus une référence en matière de formation et d’accompagnement des artistes émergents, « Francos Educ » valorise la chanson française en milieu scolaire.

Les « Francos » elles mêmes se sont exportées et brillent à Montréal depuis bientôt trente ans, à Spa en Belgique, depuis vingt-quatre. Et il y a même eu quelques détours par le Brésil et le Chili, l’ Allemagne, la Suisse, la Nouvelle Calédonie et la Réunion.

Loïc Nottet.

Véronique Sanson.

Calogero.

Suprême NTM.

Pour cette nouvelle édition, du mercredi 11 au dimanche 15 juillet, la Rochelle accueillera notamment Orelsan, Jain, Shaka Ponk et a même réussi à accrocher Suprême NTM, le tandem Joey Starr-Kool Shen s’étant reformé  récemment pour quelques dates. Choisir serait renoncer et attendre pour prendre son billet serait risquer de passer à côté d’un temps fort alors mieux vaut ne pas se laisser prendre par les délais.

Mercredi 11 juillet : Calogero, Raphael, Loïc Nottet et la « Fete à Véronique Sanson » qui permettra de retrouver Alain Souchon, Vianney, Tryo, Jeanne Cherhal… En 1994, Véronique Sanson signait «  Comme ils l’imaginent », l’album live enregistré aux Francos lors d’une grande fête de duos masculins. Vingt quatre ans plus tard, elle souhaite une fois encore ce moment de partage assez unique avec, évènement dans l’ évènement, la présence de son fils, Christopher Stills et du père de ce dernier, Stephen Stills, venu tout spécialement de Los Angeles. Ce sera seulement la deuxième fois que le trio chante ensemble en France.

Jeudi 12 Juillet : Suprême NTM, Damso, Thérapie Taxi et plein de surprises

BigFlo et Oli.

Shaka Ponk.

Orelsan.

Jain.

Mc Solaar.

Vendredi 13 juillet : Shaka Ponk est de retour et va encore une fois remplir, Big Flo et Oli dont c’est vraiment l’année, Lorenzo, Berywam

Samedi 14 Juillet : Orelsan, le multilauréat des dernières Victoire de la Musique que tout le monde s’arrache et qui joue partout à guichets fermés, Jain, Jeanne Added, et l’impressionnant Eddy de Pretto, dont l’ascension est aussi fulgurante que justifiée.

Dimanche 15 Juillet : Mc Solaar, « Birkin Gainsbourg » le symphonique, qui promet un moment de pure émotion et de grande beauté, Brigitte, Juliette Armanet.

Pomme.

Angèle.

Ben Mazué.

Se produiront également sur la scène du théâtre de la Coursive ou au Théâtre Verdière : Pierre Lapointe, Clara Luciani, Nolwenn Leroy, Julien Clerc, Pomme, Aldebert, Nicolas Peyrac, Bill Deraime, le breton Gilles Servat, Fred Blondin, Angèle, Gaël Faure, Arthur H, Ben Mazué…

Si le regard sur les chiffres n’est pas une donnée artistique, il n’en reste pas moins le meilleur des baromètres. Gageons que l’édition 2018, si la météo sort également ses meilleurs atours, devrait frôler avec les sommets du compteur.

– billeterie et renseignements sur http://www.francofolies.fr

La mixité à succès des 24èmes Vieilles Charrues.

Du 16 au 19 Juillet, les Vieilles Charrues convient le gratin de la scène internationale, une programmation éclectique, pointue et qui glisse le plaisir de la découverte aux côtés des soirées « poids lourds » (Muse, Joan Baez, David Guetta..). Cap sur cette 24ème édition qui sillonne large.

Les terres de Carhaix jouent depuis longtemps la diversité et prouveront cette année encore qu’il n’est de grande manifestation sans la réunion d’artistes confirmés et de petits nouveaux promis à un bel avenir. Les Vieilles Charrues ne dérogeront donc pas à la tradition et les nouvelles révélations de l’affiche 2015 rendent aussi curieux qu’impatients.

Muse.

                                                                                                                    London Grammar.

George Ezra.

Dès Novembre, le festival avait frappé fort en annonçant la venue de Muse en ouverture de sa 24ème édition. La quatrième venue pour le groupe de Matthiew Bellamy et toujours la même frénésie au niveau de la billetterie. En Janvier, l’affiche était complétée par la présence de Lionel Richie, Joan Baez et David Guetta mais également par celle des élégants anglais de London Grammar, de George Ezra, jeune prodige britannique que l’on s’arrache, The Do ( récemment auréolé de la Victoire de la musique de l’album rock de l’année), SBTRKT et Boris Brejcha.

The Prodigy.

La liste déjà sérieusement alléchante vient de s’étoffer de dix-sept noms supplémentaires. Parmi eux,  les anglais de The Prodigy… Une venue qui ne laisse pas indifférents leurs nombreux fans, les musiciens étant particulièrement discrets depuis leur dernier opus en 2009. Mais leur prochain album, attendu fin mars, relance leur carrière et les remet sur la route entamée voilà plus de vingt ans avec leur fameuse musique « big beat », électronique et dance.

                                                                                                                                              Brigitte.

Calogero.

                                                                                                                                                Flume.

Révélés également le duo sensuel BrigitteStand High Patrol, The Stripes mais aussi Archive, Calogero (qui signe avec son dernier album et cette tournée sold out parmi les plus gros succès de ces derniers mois),  Flume, Pierre Lapointe, The Thylacine sans oublier Damon Albarn en compagnie de Tony Allen et Oxmo Puccino, un trio aussi insolite qu’étonnant, réunis exceptionnellement pour cette seule date. La pop, l’afrobeat, le hip hop, la beauté des textes, le leader de Blur, celui de The Good, The Bad and the Queen et le trop rare rappeur-conteur français.

Lauréat l’an dernier de la Coupe du Monde des Festivals,  les Vieilles Charrues savent que rien n’est gagné et que l’équilibre financier est toujours soumis à des aléas qui n’ont pas forcément à voir avec la programmation. La météo peut venir jouer les trouble caisses, le contexte général est également défavorable et rend compliqué les finances d’une manifestation qui ne bénéficie pas de subventions et doit donc compter à 80% sur les festivaliers eux-mêmes. Ils étaient 225.000 à participer l’an dernier pour plus de 175.000 entrées payantes et beaucoup qui auraient souhaité venir davantage mais ne pouvaient s’offrir de journées supplémentaires.  C’est pour répondre à ces envies que l’organisation  a décidé d’instaurer… le paiement en trois fois sans frais ! Une nouveauté à souligner car elle est encore très rare dans les manifestations artistiques. (C’est très simple : A l’achat du pass sur le site officiel des Vieilles Charrues (www.vieillescharrues.asso.fr), il suffit d’activer l’option de ce paiement, l’acheteur est alors débité du tiers de sa transaction, un mois plus tard du deuxième tiers et le solde, le mois suivant, les billets sont envoyés par mail sitôt le dernier règlement). Cela répond à une vraie demande et devrait réjouir tous ceux qui ne savaient pas quelle journée choisir quand les autres dates séduisaient tout autant.

Suite et fin de la programmation dans quelques semaines. La Bretagne, ça vous gagne !

Magali MICHEL.

Crédits photo London Grammar // Sophie BRANDET.

Déjà annoncés :

Jeudi 16 Juillet : Muse.

Vendredi 17 juillet: Archive, The Do, Ez3kiel, Pierre Lapointe, Cabadzi, Boris Brejcha, Laetitia Sheriff, The Strypes, Fragments.

Samedi 18 juillet : Calogero, The Prodigy, Isaac Delusion, George Ezra, SBTRKT, Tony Allen Review Feat. Damon Albarn et Oxmo Puccino, Thylacine, The Shoes.

Dimanche 19 juillet : Brigitte, David Guetta, Stand High Patrol, Flume, London Grammar, La Fine Equipe, Lionel Richie, Joan Baez, Krismenn, Puts Marie, Alem.