Les fidèles de Ghost en totale communion à l’Olympia!

C’est dans l’Olympia (Paris) plein comme la place Saint Pierre du Vatican un jour de bénédiction que Ghost a servi sa messe ce 11 avril à Paris. Des Nameless Ghouls nouveaux et un Papa Emeritus très en forme. 

Depuis quelques semaines, malgré une tournée internationale sold out, Ghost avait quitté la rubrique musicale pour se glisser dans la chronique judiciaire. Des histoires de droits, de contrats, d’absence de répartition des gains entre Papa Emeritus et ses musiciens, les fameux Nameless Ghouls. Le problème de n’avoir pas de noms justement et de jouer sous masque pour demeurer dans un total anonymat, est que l’on est interchangeable à loisir. Il n’a donc pas fallu beaucoup de temps à Papa Emeritus pour trouver des successeurs aux déserteurs. Restait à savoir comment cet entourage nouveau allait se comporter sur scène, les connivences et jeux d’avant conflit allaient-ils pouvoir être maintenus?

La réponse est vite tombée : dans un décor agrandi, plus impressionnant encore avec sa marche supplémentaire et son sol en dalles à carreaux, reproduisant encore mieux l’univers liturgique et ses codes ancestraux, les suédois débarquent sur scène au rythme de « Square Hammer » puis enchaînent sans temps mort avec « From the Pinnacle to the Pit » et « Secular Haze ». Les Nameless Ghouls bougent avec une énergie que l’on ne connaissait pas chez leurs précédesseurs, plus enclins peut être à mimer le respect derrière un Papa Emeritus hiérarche incontesté. Un peu étonnant pour tous ceux (et ils étaient nombreux) qui les ont déjà pas mal vus sur scène mais rien de vraiment perturbant à l’évidence si on en juge par la frénésie et l’enthousiasme du public. (Pour mémoire, il faut rappeler que les billets de cette unique date française se sont arrachés en quelques heures).

Musicalement, c’est toujours aussi calé et ça envoie magistralement. « Cirice » ou « Per Aspera ad inferi » resteront longtemps dans les mémoires. Visiblement (si on peut dire compte tenu de l’impossibilité à voir leurs visages), les Ghoules prennent un vrai plaisir et ne se ménagent pas, se mettant régulièrement en avant.

Les anciens tubes font évidemment toujours recettes. Le public exulte devant ce best of porté par la magnifique voix de Papa Emeritus, qui avait troqué sa tenue papale pour un costume plus propice aux déplacements. Dans « Year zero » ou bien encore « He is », son timbre fait des merveilles.

En près d’une vingtaine de titres, une heure trente de concert grand spectacle (confettis compris) avec l’incontournable « Monstrance Clock » signifiant que la messe était définitivement dite, Ghost a prouvé qu’il était l’un des groupes les plus énormes du moment, en totale communion avec ses fidèles. Tous prient déjà pour qu’ils reviennent vite.

Texte et photos // Sophie BRANDET.

Ghost bénit la première édition du Download

Après une tournée d’une dizaine de dates en France en début d’année, Ghost repassait par Paris à l’occasion de la première édition du Download France. Un show amputé pour cause de Papa Emeritus III souffrant mais les suédois ont servi la messe avec panache et les fidèles ont répondu présents.

DSC_9353 DSC_9394

A priori, programmer Ghost dans un festival, c’est faire l’impasse sur l’ambiance unique qui règne lorsque les suédois se produisent en salle, quand les encensoirs diffusent et installent déjà l’ambiance. C’est donc prendre le risque de les amputer de ce qui les identifie, cette messe mystérieuse mais hautement rassembleuse, ces clergymen en costumes et masques, non identifiables et pourtant si reconnaissables. On pouvait donc douter de leurs capacités à convaincre ceux qui ne les avaient encore jamais croisés. C’était compter sans l’exceptionnel sens de la scène de ces gars là, musiciens de haut vol, désireux de convaincre qu’ ils n’ont pas usurpé leur place en haut de l’affiche et que Ghost n’est pas une énième produit marketing mixant avec complaisance toutes les recettes éculées du blasphème et de la provocation sur partitions de black metal matin de sonorités hard rock made in seventies et de mélodies racoleuses.

Ghost a installé son univers ésotérique depuis huit ans à force de riffs porteurs, de mélodies superbement ficelées et ce n’est pas un hasard si les suédois comptent désormais parmi leurs plus grands fans des musiciens aussi incontestés que Dave Grohl (Foo Fighters), Metallica, excusez du peu, ou Phil Anselmo (ex Pantera).

DSC_9114-2

DSC_9361 DSC_9064-1 (glissées) DSC_9154

Ce samedi soir, en clôturant la deuxième journée du Download, ils ont dû faire avec une sévère laryngite de Papa Emeritus III donc sans la grande capacité vocale de leur leader, ils ont commencé avec quelques minutes de retard pour cause de problèmes techniques mais en huit chansons savamment choisies, ils ont emporté les quelques 35.000 personnes qui se pressaient devant la scène.

Après une introduction musicale raccord avec la messe qui s’apprête à être dite, les Goules ont pris place un par un, faisant monter l’ambiance d’un cran à chaque arrivée et quand Papa Emeritus III a débarqué, il n’y avait plus guère de doute sur l’attente des festivaliers. Le chanteur a abandonné sa tenue papale mais la joue beau et élégant avec un costume un rien dandy, ses cheveux geais balayés vers l’arrière, le visage camouflé derrière des peintures noires et blanches, paupières comprises. Démarre alors « From the Pinacle to Spirit », extrait de « Méliora », leur dernier album. Un titre taillé pour la scène que leur choeur de fidèles reprend,  à l’unisson de cette mélodie fédératrice.

DSC_9235 DSC_9331-1 (glissées) DSC_9086-1 (glissées) DSC_9250-1 (glissées)

Suivront « Ritual », « Prime Mower », « Cirice », « Year Zeo » et la tubesque « Absolution ». Les prairies de Longchamp prennent des allures de cathédrale à ciel ouvert. La communion est haute en décibels. « Mummy Desk » et « Monstrance Clock » fermeront la cérémonie. Ite missa est. Les Dieux étaient avec les disciples parisiens : le lendemain, Ghost annulaient plusieurs concerts, leur leader ayant perdu provisoirement sa voix.

Magali MICHEL.

Crédit Photos // Sophie BRANDET.

DSC_9337 DSC_9172-1 (glissées) DSC_9088 DSC_9385-1 (glissées)

DSC_9036

compas (3)