CHRISTOPHE MAÉ A RATTRAPÉ SON RÊVE

Quand on a un dernier album en date certifié triple disque de platine, et, accessoirement dix années de succès incontesté derrière soi, le public vous attend forcément au tournant de la nouvelle tournée, espérant des surprises, une mise en scène façon « toujours plus haut, toujours plus fort ». Un pari que Christophe Maé relève avec euphorie. Haut en couleurs, musical et chargé d’émotions, son «Attrape-Rêves Tour» est un voyage bluffant d’énergie et de générosité.

Christophe Maé en concert, c’est toujours un moment unique. Car le personnage lui-même n’a pas son pareil. On peut le parodier, (tenter de) l’imiter en focalisant sur des succès qui ne seraient riches que de quelques accords… le musicien n’a plus besoin de répondre à ces sirènes de la mauvaise foi, il sait que le public ne lui est pas fidèle par hasard. Bosseur acharné (la projection d’un extrait d’interview de Jacques Brel en milieu de concert rappelle judicieusement la place du travail « car le talent n’existe pas »), musicien, danseur, comédien, il joue avec plaisir toutes les cartes que la scène peut lui offrir. Et il le fait sans bluffer, avec une générosité qui n’est l’apanage que de quelques uns.

Après l’avoir vu à Saint-Brieuc à l’automne dernier, dans le cadre des quelques dates de «pré tour», on avait bien compris que cet « Attrape-Rêves » enverrait du spectaculaire. On ne s’était pas trompé. Après une projection sur l’immense écran fond de scène d’un film façon western dans lequel Maé camperait Clint Eastwood avec ses musiciens qui débarquent les uns après les autres dans les rôles traditionnels du genre (un toubib, un barman, des bons mais aussi des brutes et des truands), la montagne peut s’ouvrir : les Rocheuses, la Monument Valley, une veillée feu de bois, le saloon et mêmes les frimes de la Californie, le public va sortir son passeport pour deux heures d’un voyage dont il n’aura jamais envie de débarquer. La scénographie est imaginative, le décor crée l’illusion à coups de projections et de lumières superbement conçues. Le show fait dans le sensationnel, le concepteur n’a pas failli ! (Christophe Maé a souligné la part créative importante jouée par Joseph di Marco, son complice musicien et danseur, dans cette tournée). Les musiciens et les choristes (beaucoup étaient déjà dans la précédente tournée) sont d’énormes pointures et l’amitié qui les unit n’a rien d’un faux semblant.

Emu, rappelant qu’il s’était écoulé à peu près dix ans depuis sa première tournée, remerciant parce qu’ « enfant, il rêvait de jouer de l’harmonica et de se déguiser en cowboy et en indien et qu’il menait désormais la vie qui le faisait rêver », il peut alors décocher les premières notes de ce superbe «Attrape-Rêves» écrit avec Boris Bergman. Quelques secondes à peine et le Zénith de Nantes plein à craquer chante avec lui, sans avoir eu besoin d’y être invité. Six mille cinq cents personnes qui connaissent par coeur les titres les plus anciens comme ceux de ce dernier album, concentré de tubes. Et qui n’hésitent pas à se lever pour tanguer au milieu des parterres de chaises ou des gradins et finir cette chorégraphie inédite dans un immense fou-rire.

Reconnaissant envers cette fidélité jamais trahie, Christophe Maé n’hésite pas à descendre de scène pour serrer des mains, réagir avec humour aux demandes qui lui sont formulées, allant même jusqu’à s’offrir une pleine traversée du Zénith, micro-casque et guitare en bandoulière. Les fans se ruent, il sourit, regarde. Visiblement heureux de ce moment qu’il a souhaité glisser au coeur de la soirée.

A ces moments joyeux succèdent des séquences laissant la part belle à l’émotion. « Il est où le bonheur ? » vise juste. « Ballerine » façon déclaration nocturne en bord de mer, « La Poupée », l’un des titres forts de l’album précédent, imposent naturellement une écoute attentive. Et puis il y a bien sûr la bouleversante « Lampedusa », cette ode à tous les naufragés qui rêvaient d’exil et de monde meilleur, une main tendue qui mériterait une diffusion massive en ces temps troublés de scrutin. Attentif aux autres (il est l’un des piliers des Enfoirés), sans chercher l’éclairage ni la médiatisation systématique de ses engagements, Christophe Maé sait qu’à quarante ans, il peut aussi véhiculer des mots sur le terrain de ses convictions. Et il le fait avec une vérité renforcée par une dimension artistique saisissante.

En Juin, « L’Attrape-Rêves Tour » s’offrira une escale de deux semaines au Palais des Sports de Paris. L’occasion peut-être de se rattraper pour tous ceux qui n’ont pu avoir leur ticket pour Nantes. A moins qu’ils préfèrent patienter jusqu’au 20 Septembre… car la liste des déçus était trop longue: phénomène assez rare mais bien représentatif du succès engendré, la tournée repassera ici dès ce début d’automne. La billetterie est déjà en surchauffe. A défaut de rêve, attraper deux heures de bonheur ne se manque pas deux fois.

Magali MICHEL.

Crédit photos // Sophie BRANDET.

MASS HYSTERIA REUSSIT SA SORTIE

Mass Hysteria faisait son retour sur scène ce week-end à l’occasion du festival « On n’a plus vingt ans » organisé aux Herbiers (Vendée). Pour la première de cet ultime tour de piste (une vingtaine de dates) avant de se consacrer au prochain album, le quatuor parisien avait misé sur une set list inédite. Un pari osé qui a rallumé de sacrés souvenirs pour les fans de la première heure.  

Comment boucler en beauté les ultimes salves de la tournée « Matière Noire »? Comment poursuivre avec les morceaux incontournables mais ne pas jouer le simple copier-coller des concerts de l’an dernier? La question a du se poser longuement parmi le groupe quand on voit la tonalité de la set list proposée ce 15 avril aux Herbiers (Vendée) à l’ occasion du Festival « On n’a plus vingt ans » organisé par Tagada Jones et la belle surprise offerte au public.

Ce n’est pas une indélicatesse par rapport aux autres participants que d’affirmer la présence impressionnante des fans de Mass Hysteria parmi les deux mille six-cents spectateurs réunis à l’espace Herbauges. Quatre mois depuis le dernier concert alors ils avaient fait fi des kilomètres (certains avaient parcouru plus de six-cents kilomètres) et étaient prêts à donner de la voix et à tout entendre surtout, convaincus qu’il y aurait forcément « Chiens de la Casse », « Vae Soli », « Plus que du metal » et « Positif à Bloc ». Ces quatre titres là, personne ne voulait les voir décrocher! Ca tombe bien, Mass Hysteria non plus n’a pas eu envie de les écarter. Dans les temps forts de l’album, en fait, seul « L’ Enfer des Dieux » n’est pas de sortie. « On ne veut pas être trop politique ce soir, » expliquait Mouss avant le début du concert. « Tagada Jones, qui est à l’origine de la soirée, qui nous a invités en même temps que « Les Trois Fromages », « No One is innocent » et « les Ramoneurs de Menhir », fête ses vingt ans et son nouvel album. L’esprit de la fête doit donc l’emporter.»

Et la fête a été belle. D’accord, il y a eu quelques trous de mémoire mais peut-on en vouloir à Mouss alors que le groupe ressortait des cartons des chansons qui n’avaient plus été interprétées depuis des années. « Ca fait même pas trente minutes que je suis sur scène et je n’ai déjà plus de souffle… Vous ne le voyez peut être pas mais je vous assure que c’est vrai ! Mais l’important est ailleurs, l’essentiel est que pour cette première date de l’année, on joue avec des potes dans une salle archi pleine… Je compte juste un peu sur votre indulgence. On a opéré quelques changements et eu envie de reprendre ce qui suit… »

Après cinq titres attendus et inscrits en lettres d’or sur la set list de « Matière Noire » (dans lesquels Jamie Ryan (ex Guérilla Poubelle), le nouveau bassiste, a assuré sans faillir), la surprise s’est en effet produite dès les premiers accords de « Plus aucune mer », un titre qui figurait sur l’album « Failles », sorti en 2009 et très peu interprété depuis. S’ensuit « Plus aucune mer ». Avec une intro qui balaie tout et des paroles lames de fond, impossible de résister. Le public se prend l’uppercut avec bonheur.

« Même si j’explose » précède « Attracteurs étranges », l’une des chansons majeures de l’album «Contradictions» sorti en 1999. Magnifique cadeau.

Après une descente parmi le public histoire de vérifier si le nouveau promu en a sous la corde, le temps d’un P4 bien envoyé, retour aux inoxydables  dont « Contraddictions », « Plus que du metal », « Tout est poison » pour finir avec la toute aussi traditionnelle montée sur scène des « furieuses » (et des enfants) pour « Respect » et « Furia », rejoints par une partie des membres de « No One is Innocent » et des « Ramoneurs de Menhir ».

Ils réclamaient un peu d’indulgence. Demande inutile. Il faut plus d’une pause de quelques mois  et des partitions anciennes tout juste reprises pour faire perdre aux vieux briscards de Mass Hysteria leur qualité de jeu, leur générosité et leur façon d’interagir avec un public fidèle depuis plus de vingt ans, heureux de retrouver des titres que personne ne pensait plus entendre en concert. Certains auraient achevé ce dernier inventaire avant repli en roue libre. Mass Hysteria a préféré s’offrir le frisson d’une petite mise en danger, casser la routine et créer la surprise pour un public qui n’en demandait pas tant. Respect!

Magali MICHEL.

Crédit photos // Sophie BRANDET.

Les fidèles de Ghost en totale communion à l’Olympia!

C’est dans l’Olympia (Paris) plein comme la place Saint Pierre du Vatican un jour de bénédiction que Ghost a servi sa messe ce 11 avril à Paris. Des Nameless Ghouls nouveaux et un Papa Emeritus très en forme. 

Depuis quelques semaines, malgré une tournée internationale sold out, Ghost avait quitté la rubrique musicale pour se glisser dans la chronique judiciaire. Des histoires de droits, de contrats, d’absence de répartition des gains entre Papa Emeritus et ses musiciens, les fameux Nameless Ghouls. Le problème de n’avoir pas de noms justement et de jouer sous masque pour demeurer dans un total anonymat, est que l’on est interchangeable à loisir. Il n’a donc pas fallu beaucoup de temps à Papa Emeritus pour trouver des successeurs aux déserteurs. Restait à savoir comment cet entourage nouveau allait se comporter sur scène, les connivences et jeux d’avant conflit allaient-ils pouvoir être maintenus?

La réponse est vite tombée : dans un décor agrandi, plus impressionnant encore avec sa marche supplémentaire et son sol en dalles à carreaux, reproduisant encore mieux l’univers liturgique et ses codes ancestraux, les suédois débarquent sur scène au rythme de « Square Hammer » puis enchaînent sans temps mort avec « From the Pinnacle to the Pit » et « Secular Haze ». Les Nameless Ghouls bougent avec une énergie que l’on ne connaissait pas chez leurs précédesseurs, plus enclins peut être à mimer le respect derrière un Papa Emeritus hiérarche incontesté. Un peu étonnant pour tous ceux (et ils étaient nombreux) qui les ont déjà pas mal vus sur scène mais rien de vraiment perturbant à l’évidence si on en juge par la frénésie et l’enthousiasme du public. (Pour mémoire, il faut rappeler que les billets de cette unique date française se sont arrachés en quelques heures).

Musicalement, c’est toujours aussi calé et ça envoie magistralement. « Cirice » ou « Per Aspera ad inferi » resteront longtemps dans les mémoires. Visiblement (si on peut dire compte tenu de l’impossibilité à voir leurs visages), les Ghoules prennent un vrai plaisir et ne se ménagent pas, se mettant régulièrement en avant.

Les anciens tubes font évidemment toujours recettes. Le public exulte devant ce best of porté par la magnifique voix de Papa Emeritus, qui avait troqué sa tenue papale pour un costume plus propice aux déplacements. Dans « Year zero » ou bien encore « He is », son timbre fait des merveilles.

En près d’une vingtaine de titres, une heure trente de concert grand spectacle (confettis compris) avec l’incontournable « Monstrance Clock » signifiant que la messe était définitivement dite, Ghost a prouvé qu’il était l’un des groupes les plus énormes du moment, en totale communion avec ses fidèles. Tous prient déjà pour qu’ils reviennent vite.

Texte et photos // Sophie BRANDET.

ALAN CORBEL ET ROBIN FOSTER ENCHANTENT LE FERRAILLEUR

Très beau plateau que celui mis en place au Ferrailleur (Nantes) ce 1er avril. Deux musiciens inspirés par un même coin de Bretagne, deux lumineux orfèvres de la six cordes. Alan Corbel a envoûté le public à coups de refrains mélancoliques. Robin Foster a mélangé à ses toutes nouvelles partitions les titres plus anciens que le public espérait. Un dosage subtil et raffiné.

Ouvrant la soirée, Alan Corbel prouve d’emblée qu’il en a fini avec les zest de timidité qui freinaient son plaisir sur scène. Concentré mais souriant, il est bien plus ouvert qu’en des temps pas si reculés où il regardait peu le public, tout à ses textes et sa guitare. Ce temps là est bel et bien révolu. Le fruit de l’expérience sans doute, le passage l’an dernier par les immenses plaines des Vieilles Charrues peut-être aussi.

Cinq ans après « Dead Men Chronicles », son premier album (réalisé par Bertrand Belin, produit par Capture, le label fondé par Manu Katché), folk et lyrique, Alan Corbel vient de sortir « Like a Ghost again » (avec Albin de la Simone aux claviers et Jean-Baptiste Brunhes aux commandes, il y a pire références), un nouvel opus franchement plus rock, une énergie nouvelle qui rompt avec le passé et donne encore plus de punch à ses textes. Cette énergie s’impose sitôt les premiers accords. Complicité avec les musiciens, riffs qui envoient sur des partitions qui savent se déchainer, il n’en faut pas davantage pour que le public soit emporté. Une heure et une set list magnifiquement pensée plus tard, le breton quittera la scène alors que les spectateurs auraient bien prolongé encore.

Depuis vingt ans, cet illustre sujet de sa Majesté a choisi de se replier en Bretagne, dans ce Finistère qu’il vit comme une source d’inspiration « no limit »… Ce qui ne l’empêche pas de s’associer à pleins d’autres projets Outre-Manche, un éventail artistique qui lui permet de ne pas rétrécir l’horizon.

Multi-instrimentiste, Robin Foster goûte trop peu les charmes de l’écriture pour ne pas leur préférer ceux des partitions. Un choix judicieux si l’on en juge par les salves enthousiastes qui saluent chacun de ses morceaux livrés sur scène. « Empoyrean », son quatrième album studio, fraîchement sorti, a déjà conquis les fans de la première heure. S’écoutant comme on regarderait un album photos, le musicien dépeint avec force maestria dans les jeux de réverb’ et les synthés bien dosés, ces couleurs musicales qui sont les siennes. Souriant, jouant même avec les spectateurs la complicité des vieux amants qui se recroisent avec plaisir, il régale lui aussi avec un menu mixant airs reconnaissables entre tous et saveurs nouvelles. Une bien belle soirée décidément.

Magali MICHEL.

Crédit photos // Sophie BRANDET.

Fréro Delavega: une séparation en beauté!

Plus de six mille fans étaient réunis ce 18  Mars à l’Arena Loire de la banlieue angevine pour applaudir une dernière fois les Fréro Delavega. Une soirée un peu atypique, où l’enthousiasme se parait de nostalgie. Drôle de tournée il est vrai que ces ultimes dates sous la bannière « chronique d’une mort annoncée » alors que le succès du tandem n’a jamais été aussi grand. 

Le bruit assourdissant d’un battement de coeur dans une salle baignée de rouge. Fort. Très fort. Comme une accélération soudaine du rythme cardiaque et puis surgissent de chaque côté de la scène, sous une avalanche sonore bien plus puissante encore, Jérémy Frérot et Florian Delavega entonnant « Le Coeur Eléphant. » Une jeune femme pleure. Elle était devant la porte dès midi avec plusieurs dizaines de fans pour avoir la certitude d’être au plus près de la scène. « Ca devenait tendu, il y en a toujours qui tentent de grappiller des places mais j’avais prévu, aucun sac, rien dans les poches alors le passage des vigiles ne m’a pas ralenti. Je suis où je voulais être et je vais en profiter car après, ce ne sera plus possible. »

Galvanisé par l’annonce en novembre dernier de leur séparation définitive, la billetterie de cette ultime tournée n’en finit pas de chauffer. En quelques semaines, les places se sont arrachées et la plupart des dates se joue à guichets fermés mais l’honnêteté oblige à dire que c’était déjà le cas avant… Avant cette annonce qui sonne le glas d’un parcours assez exceptionnel avec une fin qui le sera toute autant, rangeant dans les armoires aux souvenirs ces sept années d’une vie en mode accéléré.

Ils se sont rencontrés en 2010 près du bassin d’Arcachon mais c’est à partir de 2013, alors que les vidéos qu’ils avaient postées sur Youtube commençaient à faire le buzz que la vie de Jérémy Frérot et Florian Delavega a pris un autre tournant. Ils sont repérés pour tenter l’aventure « The Voice », le télé-crochet de TF1 prépare sa troisième saison. Le duo étonne et accroche jury et public. Kendji sera le grand vainqueur mais les Fréro Delavega n’ont pas à lui envier son trophée: les maisons de disques leur font la cour. Ils signent chez Capitol, filiale d’Universal. Pour un début, il y a plus mauvaises fortunes.

Le premier album éponyme est un succès massif, disque de platine, plus de 470.000 exemplaires vendus. « Mon petit pays » et « Le Chant des sirènes » trustent toutes les playlists, les radios et les télés se disputent ces deux artistes qui se la jouent cool sous leurs allures de beaux gosses. Le charme opère et ne s’estompera plus. Les récompenses affluent ( dont le NRJ Music Award du meilleur duo français de l’année en 2015), les concerts se remplissent à un tel rythme qu’il faut prévoir très vite une autre tournée empruntant des salles beaucoup plus grandes jusqu’à cette immense tournée des zéniths avec détour par l’ AccorHotels Arena de Bercy (plein à craquer) lors de la sortie de leur second album en 2015.

« Merci Angers! C’est la dernière fois que l’on te voit… Alors merci de nous accueillir comme tu le fais. J’espère que tu es chaud. Nous on est un peu fatigués parce que c’est le quatrième concert consécutif de la semaine mais tu nous portes… alors on va tout donner!» lance Jérémy Frérot.

L’énergie est effectivement au rendez-vous. Après une première partie qui n’oublie aucun de leurs tubes, transformant le moment en karaoké géant, mais donnant parfois aussi l’impression d’ être un peu surjoué tant dans ses enthousiames que dans ses mises en scène, c’est finalement à la chute de Jérémy Frérot sur un côté de l’avancée que l’on devra une suite beaucoup plus forte. Interpellé par ce moment que le chanteur a su transformer en gag mais qui aurait pu beaucoup plus mal se terminer, le tandem a donné l’impression de resserrer les liens, communicant avec davantage de vérité, s’écartant des répliques prévues. Les cinq musiciens qui les accompagnent semblent eux aussi galvanisés. Au final, on dirait presque… merci pour ce moment!

Sautant ou s’offrant une croisière aller-retour sur la fosse… en canot gonflable, tirant des salves de confettis, chantant chaque titre avec euphorie ou douceur, les Fréro Delavega entraînent avec facilité un public prêt à les suivre au bout de la nuit. On se demande alors ce qui a pu pousser ces deux là à décider aussi vite d’arrêter le chemin. même si des raisons ont été exposées, la lassitude de Florian Delavega, son faible goût pour une vie dans laquelle il y a peu de place pour les projets personnels, la surmédiatisation. (En ce sens, on imagine facilement que le couple formé par son acolyte avec Laure Manaudou n’a pas du détourner les paparazzis). Mais on pouvait imaginer une mise en pause bien plus qu’un arrêt définitif.

Ce sera pourtant le cas (a priori… mais qui peut réellement prédire avec certitude que la reformation ne se fera pas) ! Pas de chance pour Jérémy Frérot qui n’entend pas renoncer à interpréter les refrains qu’il compose. Sauf que dans son cas, lorsque l’un des deux quitte le navire (et celui là n’a rien à voir avec leur bateau pneumatique), c’est le duo qui tombe à l’eau. Il faut alors miser sur la solidité de l’amitié pour que la fin de la route ne se joue pas en traversées déchaînées.

Une heure et demi de concert plus tard, après le salut et le départ des musiciens (qui laissera malheureusement croire à pas mal de spectateurs que la messe était dite), les Fréro Delavega reviendront pour prolonger l’au revoir trente minutes encore. Au devant de la scène, sur le canapé décor de leur première tournée, ils reprennent avec leur seule guitare les chansons que le public connaît par coeur. Quelques accords supplémentaires et il faut se faire à l’idée que cette page se tourne. Le 10 juin prochain, sur l’immense place des Quinconces à Bordeaux, dans cette région où tout a commencé, ce sera la vraie dernière. Fans ou professionnels amis, il y aura la grande foule. Comme l’écrivait récemment Thierry de Cara qui avait réalisé leur premier album: « il y a trois ans, vous êtes entrés dans mon studio avec une guitare, le pantalon retroussé, des Vans trouées et je vous ai demandé « bon, vous voulez faire quoi les gars ? » Je crois que nous avons finalement trouvé.. Merci mes amis. Je viendrai pleurer avec vous à Bordeaux. » A regarder la foule sortir hier soir de l’Arena, on peut se dire qu’ il ne sera pas le seul.

Magali MICHEL.

Crédit photos // Sophie BRANDET.

Esperluette Tour: Julien Doré séduit avec force et élégance

Après trois années riches du succès de « Løve », certifié quadruple platine et salué par une Victoire de la musique (Artiste de l’année) en 2015, Julien Doré a repris la route avec « & », son nouvel opus sorti en octobre dernier. On savait l’artiste grand adepte de la scène. Brillant, oscillant entre énergie, humour et tendresse, il affiche sans complexe ses talents de showman. Deux heures de spectacle où plaisir et bonheur se vivent dans un incroyable partage.

Un accord de clavier et le Zénith de Nantes qui plonge dans la pénombre. Il n’en fallait pas davantage pour que la salle pleine à craquer laisse retentir son enthousiasme. Mais ce n’était qu’un faux départ (volontaire), de quoi chauffer encore une assistance déjà conquise. Quelques faux semblants encore et puis les six musiciens (deux claviers, deux guitaristes, un bassiste et un batteur) s’installent sur l’immense scène immaculée qui diversifie les hauteurs et permet de ne laisser personne dans l’ombre. Julien Doré leur succède, faisant son entrée par l’immense & posé au centre derrière eux. « Bonsoir Nantes! Vous êtes venus malgré la pluie, le crachin… L’Amour sera notre paradis. Merci d’être là, » lance t’il ému en regardant la foule à ses pieds. Résonnent alors les premières notes de « Porto Vecchio ». La fête est lancée. Elle ne s’arrêtera plus pendant deux heures.

Il y a quelque chose du félin chez Julien Doré. Il parcourt la scène, saute, ralentit le pas, scrute les regards. La crinière blonde caresse le blazer bleu nuit. Il bondit survolté puis s’arrête derrière son micro. Toujours souriant. Heureux à l’évidence. Un sentiment légitime au regard de l’accueil déjà réservé à son album. Le clip du « Lac » a déchaîné les passions, la présence de Pamela Anderson suscité des réactions contraires… Ca tombe bien, il suffit de l’avoir déjà rencontré pour savoir que la haine provoquée par l’ex actrice d’ « Alerte à Malibu », Julien Doré l’avait forcément anticipée, voire même recherchée. Une manière comme une autre de mettre en évidence la bêtise des regards, le poids des a priori sur un physique alors que l’américaine est désormais reconnue dans son combat pour la cause animale et l’écologie. Une chose est sûre, le buzz a été long et efficace. Tout comme sa reprise de « La javanaise » en japonais, lui assis sur une balançoire, au début de l’année. Les âmes bien tristes y ont vu un sacrilège là où il n’y avait que fantaisie, hommage et humour. Dès ses premiers passages dans « La Nouvelle Star », le ukulélé et la barrette sur cheveux courts annonçaient pourtant déjà la suite du parcours.

« Le Lac » justement commence à peine que le public reprend à l’unisson, chorale éphémère d’une soirée placée sous le signe de la communion. Rien d’artificiel, ni d’incitations forcées. Juste l’envie de partager. Pour « Beyrouth », ce partage sera démultiplié, Julien Doré quittant la scène pour se fondre dans la fosse et avancer jusque dans les gradins. Un tour de salle joyeux, micro en mains, avec derrière lui des dizaines de spectateurs reliés dans une improbable chenille. Humour fin de banquet qui reste ici mâtiné d’élégance. La salle est debout, le succès total.

Mais c’est avec « Coco câline » puis la tubesque « Chou wasabi » que le concert passera à la vitesse supérieure. Julien Doré a gagné en densité, en intensité. Alors que la tournée n’en est qu’à sa septième escale, lui le bosseur a la confiance offerte par une préparation parfaite. Il sait que tout est calé. Il en tire une liberté et une énergie impressionnantes. On pourra toujours ironiser, lui refuser la catégorie des « très grands », les esprits chagrins ne pourront lui ôter ses qualités de musiciens, son sens du spectacle, sa capacité à emporter des salles de dizaines de milliers de personnes dans une palette émotionnelle très large. Le tout avec une classe bluffante.

La seconde partie du spectacle sera plus affective, presqu’ intimiste. Assis devant son piano droit, les musiciens resserrés en demi cercle autour de lui, il reprend la superbe « Magnolia », puis «Winnipeg». Le public est invité à l’accompagner. Inutile de renouveler la demande, les voix sont déjà là. Peuvent alors défiler d’autres titres présents sur « & » (& qui pour mémoire s’appelle aussi Esperluette. & comme « et » parce que Julien Doré l’a souvent expliqué, on n’est rien sans les autres, alors « et » fait le lien avec ces autres mais aussi avec la nature et le monde).

« Romy » (inspirée par la petite fille de son guitariste), en italien, allie la force à la douceur dans un étonnant mélange. Seul au piano, le chanteur interprète alors « Sublime & silence », son nouveau single. Très beau moment conclut avec les riffs puissants d’ Armand Meliès, le guitariste (mais aussi auteur-compositeur-interprète) ayant lui aussi été embarqué dans l’aventure. « De mes sombres archives », dans une version débridée et pleine de rage, avec des musiciens déchaînés, bouclera ce second chapitre qui a vu danser le piano. Mais la soirée ne pouvait pas se conclure sans le traditionnel rappel.

Julien Doré remerciera une fois encore avec une émotion toujours aussi visible. « Mon apache », toute en sensualité, puis « Caresse » et ces minutes laissées à ce très bel amour avant de refermer ces deux heures en apothéose sur « Paris Seychelles ».

Deux heures qui ressemblent à un moment de vie avec son amoureux, ses chagrins, ses joies, ses doutes. La vie aussi dans un monde blessés par ses incertitudes. Une scénographie moderne, efficace, particulièrement originale et élégante. Des amis fidèles qui ont aussi le mérite d’être de très bons musiciens. Julien Doré n’a plus de doute à avoir: son « Esperluette Tour », une centaine de dates et des passages par les plus grands festivals cet été, est déjà l’un des plus beaux rendez-vous de l’année.

Magali MICHEL

Crédit photos // Sophie BRANDET.

En concert à l’Elysée Montmartre: Band of Horses, lumineux et envoûtant

Quatre ans qu’ils n’avaient pas reposé les amplis dans la capitale. A part une (très belle) prestation lors du dernier Main Square Festival d’ Arras, la bande de Ben Bridwell n’était plus repassé par la France. C’est dire si le concert de Band Of Horses à l’Elysée Montmartre (Paris), ce 27 février était attendu. 

Des branchages au dessus des eaux sombres du Bayou. L’immense fond de scène plantait le décor et donnait le La au road trip à venir. Un voyage à travers cette partie de l’Amérique, une traversée qui embarquerait également côté émotions. Ovationné lors de son arrivée sur scène, Ben Bridwell se pose devant sa pedal steel. S’échappent alors les premiers accords de « Monsters ». Démarrage tout en douceur devant un public composé pour l’essentiel de fidèles de la première heure, ceux qui avaient découvert le groupe voilà plus de douze ans, avant même le bouquet de nominations aux Grammy Awards en 2006 avec « Everything All The Time », premier album devenu légendaire.

Un détour par « The first song » et Ben Bridwell se lève déjà pour rejoindre Ryan Monroe et Tyler Ramsey sur le devant de la scène. « NW apt » puis « Casual Party ». Les cinq musiciens enchainent les morceaux avec un plaisir manifeste et une complicité totale. La set list savamment composée de titres de leur dernier album en date, « Why are you OK », sorti au début de l’été 2016 et de refrains plus anciens mixe les émotions. Après « Country Teen » et « Throw My Mess », aux accents country, Ben Bridwell laisse le chant à ses acolytes et se met légèrement en retrait pour les accompagner à l’ harmonica.

« Laredo », « Solemn Oath » laissent ensuite place aux bouleversantes « Older » et « Factory », deux des titres phares de « Infinite Arms », sorti voilà déjà sept ans. Difficile de ne pas se laisser prendre. C’est pourtant quand Band Of Horses passe à une enfilade des succès qui ont assis sa renommée que le public, incontestablement fan mais relativement discret, sortira de sa réserve. « The great Salt Lake », « Cigarettes, wedding Bands » prouvent leur efficacité dix ans après leur création. De quoi enchaîner sur cette même tonalité avec « Is There a Ghost ».

Si l’énergie est belle et la musicalité parfaite, c’est malgré tout en venant se réfugier dans les recoins émotionnels que le groupe de Seattle est le plus fort. Les premières cordes de « No One’s gonna love you » volent au dessus de l’assemblée et font naître des larmes. Qui pourrait résister au timbre de Ben Bridwell sur ces accords magnifiques? Mais la soirée n’aurait pas été complète sans « The Funeral », le titre culte des américains. D’autres auraient fini par le trouver trop lourd, emprisonnant presque le reste de leur production. Band Of Horses en a fait un hymne, porte drapeau d’une formation dont la rareté n’a d’égale que la très grande identité. Une heure et demi et vingt et un titres plus tard, la preuve était donnée que les absents avaient vraiment eu tort. La prochaine escale française de ces cinq là risque de se faire désirer. Celle là restera longtemps dans les mémoires.

Magali MICHEL.

Crédit photos // Sophie BRANDET.