Lomepal en showcase exclusif au Warehouse de Nantes

Il l’a joué franc jeu, comme toujours : Lomepal a annoncé après son récent passage à Bercy qu’il allait marquer une pause, échappée nécessaire pour ne pas être happé par la spirale qui l’emporte depuis des mois. Le succès ne peut pas tout justifier et le musicien ne veut pas se perdre, « ne pas devenir fou », comme il l’a raconté lors de son passage à l’Arena d’Angers le mois dernier.

C’est donc peu dire si le Warehouse (quai des Antilles à Nantes) va créer l’évènement en l’accueillant ce jeudi 12 décembre pour un showcase exclusif. L’un des meilleurs rappeurs français actuels montrera une fois de plus la finesse de ses textes portés par un rap matiné d’electro. Dernier petit tour de piste avant un tombé de rideau… pour mieux revenir d’ici quelques temps. La soirée s’annonce mémorable.

M.M.

– infos, réservations et billetterie via l’évènement facebook: https://www.facebook.com/event ainsi que le site internet du Warehouse: https://www.warehouse-nantes.fr/event/lomepal – 

Lomepal, dernières lumières avant l’éclipse

Le « J Tour » de Lomepal passait par l’Arena Loire d’Angers ce 23 novembre. Un concert impressionnant d’énergie, une ambiance lumineuse pour un rappeur qui compose beaucoup avec ses ombres. Grandiose.

Son dernier passage dans le coin remonte à avril 2018 et c’était au Chabada. Cette fois, c’est une Arena de Trélazé (Angers) pleine à craquer qui l’attend avec une impatience et un enthousiasme manifestes. Lorsque résonne son flow si caractéristique, c’est donc sous une ovation que Lomepal pénètre la lumière.

Il l’avait annoncé lors de son récent passage à Bercy, après cette incroyable succession de dates, le succès au delà de toutes ses attentes d’« Amina » (la réédition de « Jeannine », l’album sorti l’an dernier) et du « J Tour » mis en place dans la foulée, Lomepal frôle l’épuisement et va devoir se mettre en pause durant plusieurs mois. « Je deviens fou. Dans les loges, je n’ai plus le ressort. Et puis lorsque j’arrive sur scène, grâce à vous, l’énergie est là et ça repart de plus belle. Merci! » Des phrases qui font mouche et déclenchent un tonnerre de cris et d’applaudissements.

Arpentant la scène, jouant avec les lumières (impossible de ne pas parler de l’impressionnante scénographie et des jeux de lights dont l’originalité flirte avec l’excellence. Des niveaux de hauteurs différents, des anneaux qui tournoient et se déplacent, ça vise dans tous les sens, c’est plein de ronds et c’est parfaitement carré. Ca offre une mise en abîme lumineuse des refrains d’un artiste qui n’hésite pas à confier ses zones d’ombre), descendant dans la salle pour être encore plus près de ses fans et reprendre « Oyasumi », Lomepal ne s’économise pas.

Tous les succès sont là, « Plus de larmes », « Beau la folie », « Evidemment », mais aussi «Montfermeil», nouveau titre figurant sur « Amina », pour lequel le visage de Caballero apparait en hologramme et apostrophe la salle.

Des tubes, il y en aura encore d’autres, de « Yeux Disent » à « Trop Beau » ou bien encore «1000°C». Le public inconditionnel les connait par coeur et Lomepal pourrait s’arrêter de chanter que les paroles s’enchaîneraient encore sans interruption. Certains attendaient depuis des heures dans le froid avant l’ouverture des portes et malgré les longues heures en station debout, ils ne lâcheront rien. Surtout après cette annonce d’une éclipse de leur idole. Et c’est donc jusqu’au bout du rappel, qu’ils offriront un accueil triomphal à Lomepal. Visiblement touché, le visage porteur des indiscutables stigmates de la fatigue, le rappeur remercie avec sincérité. Il ignore sans doute lui même la durée de la pause qu’il va entamer et qui lui permettra de se ressourcer. Mais il est clair que lorsque sonnera l’instant du retour, il ne risque pas la solitude.

Magali MICHEL.

Crédit photos // Sophie BRANDET.