IMAGINE DRAGONS IRRADIE LE LOLLAPALOOZA PARIS

Six mois après la sortie de leur troisième opus, Imagine Dragons figurait parmi les têtes d’affiche de la première édition française du célèbre Lollapalooza. Une présence hautement attendue, saluée par une heure et demi d’ovation non stop. Impressionnant.

Il n’en revient toujours pas Dan Reynolds. De longues minutes déjà depuis la fin du concert et le leader d’ Imagine Dragons a toujours la tête entre les mains, observant l’immense foule qui vient de leur réserver une ovation ininterrompue de plus d’une heure trente. Il regarde, savoure, semble engranger chaque image comme autant d’instantanés de bonheur. Alors une grande partie du public applaudit encore et reste massée devant lui malgré l’arrivée imminente de The Weeknd sur la scène voisine. Les concerts au Bataclan ou lors de festivals comme le Main Square d’Arras avaient largement convaincu de l’attachement du public français mais cette prestation là ferait date. A part.

Comme toujours avec les américains, la set list destinée au Lollapalooza avait été soigneusement dressée et permettait de belles envolées énergiques entrecoupées de plages plus propices à l’ émotion. Porté par cette énergie impressionnante, cette générosité qui est vraiment sa marque de fabrique, Dan Reynolds et ses acolytes (Wayne Sermon, Ben McKee et Daniel Platzman) n’ont laissé aucun  temps mort. La célébrissime « Thunder » a ouvert la soirée, suivie par « It’s Time », « Gold » et « Whatever it Takes » avant une très poignante interprétation de « Demons » dédiée à Chester Bennington, le leader de Linkin Park tragiquement disparu quelques jours plus tôt. Les spectateurs lui délivreront d’ailleurs un très poignant salut post mortem à travers un très long applaudissement, un moment particulièrement émouvant de chaque côté de la scène.

Cinq ans depuis « Radioactive », et la bande de Las Vegas poursuit sa route avec ce rock aussi mélodieux que puissant qui a réussi à la propulser parmi les très grands de la scène internationale. Pas un jour sans qu’une radio ne diffuse l’un de leurs hits et des fans dont les rangs ne cessent de grossir… de quoi expliquer sans doute la puissance chorale offerte par le public du Lollapalooza en ce premier soir.

Il aura suffi d’un album, salué par de multiples disques d’or et de platine dans plus d’une vingtaine de pays pour faire naître la frénésie. Puis, il y a deux ans « Smoke + Mirrors » qui avait surpris, parfois même dérouté car plus audacieux musicalement mais le deuxième opus n’avait pas mis longtemps à convaincre.

« Evolve », sorti le 23 juin dernier, est parti pour connaitre le même destin. Chaque nouvel extrait se transforme en tube planétaire, « Believer », avait ouvert le parcours, « Thunder » a raflé les mêmes lauriers et « Whatever it takes » est devenu un incontournable de cette nouvelle tournée.

Une heure et demi et quatorze titres plus tard, Dan Reynolds n’a rien perdu de son énergie et arpente la scène jusque dans ses moindres côtés. La sourire est immense. Le quatuor semble transcendé et c’est un hurlement qui a du s’entendre bien au delà des barrières de Longchamp qui a salué les premières notes de « Radioactive », ultime morceau de la soirée. Les spectateurs s’époumonent, le chanteur se transforme en chef de cheur. Il irradie. Parfois, la contamination offre le bonheur d’un moment.

Magali MICHEL.

Crédit photos // Sophie BRANDET.