Nantes au rythme de The Avener

The Avener posait ses platines à Nantes, dans la grande salle de Stéréolux, ce 11 Décembre. Quatre ans après avoir fait danser l’ Hexagone avec « The Wanderings of the Avener », certifié triple disque de platine en France, le DJ producteur niçois a offert un show de haute volée.

Il ne lui aura pas fallu longtemps pour s’inscrire au sommet de la dream team, celle des DJ avec lesquels il faut compter et dont le seul nom suffit à remplir les salles. The Avener (de son vrai nom Tristan Casara) a avancé sans penser à ses comparaisons certes illustres mais surtout intimidantes, avec sa seule certitude et ses envies pour moteur. Un brin de talent et d’imagination aussi visiblement puisque « Fade out lines », le morceau qui l’a rendu célèbre (remix de la chanson de Phoebe Killdeer et The Short Straws), est devenu un véritable hymne electro blues… au point de s’inscrire dans la playlist de Michelle et Barack Obama. Plus de 45 millions de vues sur Youtube. De quoi pousser l’audace quand il a fallu composer les titres de son premier album en 2015: le niçois a frappé à la porte de Bob Dylan, de Lana del Rey ou bien encore de Mylène Farmer. Initiative heureuse, l’opus a été couronné par la Victoire du meilleur album electro.

Un regard sur les platines, un autre vers la salle en mouvements, The Avener mèle sourires et concentration. Les tubes s’enchainent sans temps mort, les sonorités se mélangent avec brio, un détour par le Jazz et la Soul, un autre par le Rythm’n Blues, le tout dans une mise en scène lumineuse porteuse et inventive.

La date nantaise est complète depuis des semaines et il aurait fallu la doubler pour satisfaire les recalés de la billetterie. Un succès qui se renouvelle partout : à Pleyel, la semaine précédente, dans une salle déjà pleine à craquer, le musicien avait enthousiasmé des fans de plus en plus nombreux… au point de devoir programmer un concert dantesque à Bercy (15.000 personnes quand même), le 14 Novembre 2020. Avant cela, The Avener continuera ses détours en Europe avec un passage par les plus gros festivals français, du Printemps de Bourges aux Vieilles Charrues. De quoi donner une seconde chance à ceux qui n’auraient pu se laisser porter par son electro pleine d’inventivité.

Report et crédit photos // Sophie BRANDET.