ALT-J, L’UN DES TEMPS FORTS DU PREMIER LOLLAPALOOZA PARISIEN

Les britanniques d’ALT-J sont de retour avec l’envie de défendre pleinement « Relaxer », ce troisième album tout juste né (il est sorti le 2 juin) qui révèle de nouveaux chemins, un mélange de styles et des morceaux moins immédiatement accessibles. Jouer à Paris, lors de cette première édition du Lollapalooza Paris, ne se refusant pas, le trio n’a pas failli alors qu’à l’autre extrémité du site se succédaient Lana Del Rey et les Red Hot Chili Peppers.

Depuis l’ouverture des portes, le nombre de tee-shirt à l’effigie du groupe montrait clairement dans quelle partie de Longchamp se finiraient la soirée pour certains. Et peu importe s’ ils devaient (malheureusement) faire l’impasse sur les Red Hot. Telle est la loi des festivals où se bousculent les têtes d’affiche : ici encore plus qu’ailleurs, choisir est renoncer. Cinq ans que les britanniques d’ Alt-J s’imposent avec ce rock indépendant mixé d’électro, une direction insolite et audacieuse qui a embarqué tout le monde dès la sortie d’ « An Awesome Wave » en 2012, premier opus de ce groupe formé dès 2007, dans les salles de la faculté de Leeds.

En 2014, la formation devenait trio suite au départ de Gwil Sainsbury, le bassiste, mais le deuxième album, «  This is all yours » n’a rien laissé en route. Leur rock hybride porte les mêmes exigences.  « Hunger of the Pine » ou bien encore « Every Other Freckle » deviennent des incontournables de chaque concert.

Depuis deux ans, Alt-J avait déserté les scènes pour se consacrer à « Relaxer », un troisième album dont la sortie rimerait forcément avec tournées. Après un passage  à Rouen puis un autre à Lyon, les anglais repassaient donc enfin par Paris. Un évènement qui n’était pas passé inaperçu : plus d’une heure avant leur entrée en scène, les abords de l’Alternative Stage avaient été pris d’assaut, certains confiant même avoir pris leur ticket d’entrée au Lolla juste pour les voir eux.

C’est « Fitzpleasure », extrait du tout premier disque, qui a ouvert le bal. La magie opère d’emblée. La scénographie est en tous points remarquable, le son est excellent et les lights inventives, changeantes au fil des morceaux. La sortie toute récente du nouvel album a eu le bon goût de ne pas faire taire les titres plus anciens, ce qui a permis à la foule, de plus en plus dense, de reprendre en choeur ces morceaux connus sur le bout de la note comme « Matilda » ou « Taro ». Les chansons nouvelles s’imposent et impressionnent alors qu’elles évoluent clairement vers une autre direction, plus expérimentales. Les harmonies y sont toujours aussi sublimes (une marque de fabrique du groupe), les compositions ultra soignées. « Dissolve me », « The Gospel of John Hurt », « 3WW » ou bien encore « Nara », difficile de choisir. Avec Alt J, tout est à prendre, tout emporte jusqu’à ce dernier extrait, chose comme premier single, « Breezeblocks » qui clôt avec brio un très rare et beau moment.

En Janvier 2018, Alt-J sera de retour en France via l’AccorHotels Arena (le 11) et le Zénith de Nantes (le 14). Immanquables !

Magali MICHEL.

Crédit photos // Sophie BRANDET.

– Tous les renseignements sur www.altjband.com et dans les points de vente habituels. –

LE FESTIVAL LOLLAPALOOZA DEBARQUE CET ETE A PARIS

Paris deviendrait-elle le dernier spot indissociable de tout festival de renommée mondial? Après le Download qui a désormais sa version française depuis l’an dernier, c’est au Lollapalooza de venir squatter l’Hippodrome de Longchamp les 22 et 23 juillet prochain. Deux jours de pure folie avec des artistes aussi prestigieux que les Red Hot Chili Peppers, Lana Del Rey, Imagine Dragons ou encore London Grammar.

Unanimement considéré comme le plus grand festival du monde avec plus de 120.000 spectateurs par jour, le Lollapalooza, mis en place en 1991 par Perry Farrel, le charismatique leader des Jane’s Addiction,  réunit chaque été plus de 120.000 spectateurs par jour. En stand by entre 1998 et 2003, le rendez-vous ne cesse de se développer depuis son retour. Le succès est tel que la formule s’est exportée au Chili puis à Sao Paulo au Brésil en 2012, puis encore à Buenos Aires en Argentine en 2014. L’ essaimage européen débuté par Berlin, voilà deux ans, se poursuit donc par la France. Et c’est assez logiquement Paris qui a été retenu.

The Weeknd.

Imagine Dragons.

London Grammar.

L’idée est bonne puisqu’outre la forte attractivité de la capitale, aucun autre évènement majeur ne vient se mettre en concurrence à cette même date. Il y a bien la possibilité d’un gros concert au Stade de France mais une date, un artiste seul, ne suffiront pas à jouer les trouble billetterie. Les organisateurs ont de toutes façons mis toutes les chances de leurs côtés avec une affiche exceptionnelle réunissant une cinquantaine d’artistes qui se succéderont durant tout le week-end sur les quatre scènes. Une programmation large mais haut de gamme pour séduire tous les publics.

Red Hot Chili Peppers.

Lana Del Rey.

Dj Snake.

 

La preuve : Samedi 22 juillet, place sera offerte à The Weeknd, Imagine Dragons, London Grammar, The Roots, The Hives, LP, Martin Solveig, Tchami, Skepta, Glass Animals, Milky Chance, Kaleo, Yellow Claw, Oliver Heldens, Crystal Fighters, Jauz, Joyride, Bear’s Den, Black Tiger Sex Machine, Tiggs da Author, Anna Kova, Jeremy Loops, Max Jury, Moksi et Cinnamon.

Dimanche 23 Juillet, après DustyCloud, Henri PFR, Tess, Don Broco, Oscar and the Wolf, Seasick Steve, Tom Odell, Nightmre, Slushii, Alan Walker, Don Diablo, Rival Sons, Walk off the Earth, La Femme, Editors, Liam Gallagher créera l’évènement, suivi par les français de IAM, Mashmello, les Pixiers, Alt-J, DJ Snake, la très rare Lana Del Rey et les Red Hot Chili Peppers.

Live Nation, grand ordonnateur de ce premier Lollapalooza français a fixé le billet journalier à 79 euros. A longchamp, avec un line up aussi recherché, le galop d’essai s’annonce gagnant.

M.M.

– Plus d’infos sur www.lollaparis.com et www.facebook.com/lollapaloozafr/ –

Mixage gagnant pour Garorock!

Avant dernière vague d’annonces pour la 19ème édition de Garorock. Ils étaient espérés et c’est désormais officiel : Angus et Julia Stone seront bien de la fête. Parmi les autres révélations du jour, le retour des sud-africains de Die Antwoord et la confirmation de Run The Jewels soulèvent les enthousiasmes.

Pas facile de conserver son identité, ne pas décevoir les fidèles tout en attirant de nouveaux curieux, le tout bien sûr avec des budgets non extensibles et une trésorerie qui ne fait pas forcément partie des mieux loties. Le pari est chaque année plus audacieux mais les organisateurs marmandais réalisent malgré tout l’impossible et poursuivent leur route sans focaliser sur les grandes manifestations concurrentes qui rythment l’ été. Etre connectés à l’actualité musicale est nécessaire mais ne joue pas ici les encombrants, un parti pris de programmation très personnel qui semble la recette du succès depuis les premières scènes, en 1997.

Cette 19ème édition ne dérogera donc pas à la règle. A côté des légendaires musiciens de Massilia Sound System, dont le reggae n’est plus à présenter, seront présents notamment Alt-J (depuis huit ans, la formation née à Leeds n’a sorti que deux albums mais ses adorateurs scrutent les annonces de tournées avec la frénesie), The Do, récemment auréolé de la Victoire de la Musique de l’album rock et qui a un calendrier de festivals aux allures de marathon, Archive (mythique et immanquable!), le duo féminin BrigitteThe Parov Stelar Band, Tale Of Us, Of Monsters And Men (que les fans regrettent de ne pas voir plus souvent de ce côté-ci de la Manche)… Une liste déjà longue de trente noms et une dernière vague d’annonces fixée au 17 mars prochain.

Alt-J.

Of Monsters And Men.

Les six nouveaux annoncés sont à l’image de l’éclectisme en vogue dans les plaines de la Fihole: Angus et Julia Stone, tout d’abord, dont le 3ème album est unanimement salué et qui joue partout à guichets fermés. Le duo australien était espéré, la présence du frère et de la soeur devrait faire venir de loin.

Autre enthousiasme, celui provoqué par le retour des trois sud-africains de Die Antwoord. Leur musique qui mixe électro et rap va mettre l’ambiance ! Tout comme la formation marseillaise N’To live, dont la rythmique tapageuse mais hyper travaillée, entre house et techno, est déjà une signature reconnue.

« Régionaux de l’étape », les toulousains de Kid Wise, sept musiciens d’une vingtaine d’ années, signent une pop indie aux mélodies ultra léchées qui les promet à un bel avenir. Avenir déjà largement assuré pour le duo américain de Run the Jewels. Les rappeurs Killer Mike et El-P n’en sont plus à leur coup d’essai et leur son novateur n’en finit plus de déchaîner les passions.

Les cultissimes producteurs et DJ israéliens de Infected Mushroom enfin, références internationales dans le monde de la trance psychédélique, livreront un nouveau show explosif, une expérience sonore totalement inédite.

On en sait également un peu plus côté line up : Die Antwoord, Tale of us, Soja, Infected Mushroom, The Jon Spencer Blues Explosion, The Walls, N’To, John and the Volta ouvriront le festival le 26 juin. // Alt-J, The Do, The Parov Stelar Band, Fakear, Daniel Avery, Dub FX, Chinese Man, Salut c’est cool, Buraka Som Sistema, popof, Danger, Kid wise et Casablanca Drivers suivront le 27 Juin // Archive, Angus et Julia Stone, Brigitte, Of Monsters and Men, The Avener, Jungle, Run the Jewels, The Districts, Massilia Sound System fermeront le bal le 28. Liste non exhaustive puisque sept noms complèteront la journée du vendredi, trois le samedi et deux le dimanche et feront l’objet d’une ultime annonce le 17 mars.

Si la météo ne souffle pas trop fort cette année, le Sud Ouest devrait connaître un dernier week-end de juin haut de gamme. Subir des vents contraires deux années de suite… On va penser l’histoire impossible!

Magali MICHEL.

– billetterie et renseignements www.garorock.com –