ILS OEUVRENT DANS L’OMBRE: François Montupet, monsieur cent mille com’

Alors que résonnent encore les échos des dix jours de fête imaginés pour les dix ans du Ferrailleur, rencontre avec celui dont la renommée va bien au delà de ces quais de Loire, François Montupet, son chargé de communication. Ce grand manitou de la com digitale, expert en réseaux sociaux, toujours une tendance d’avance, a su tisser sa toile et offre depuis six ans d’autres atours à l’adresse la plus courue du Hangar à Bananes. Certains lui font désormais les yeux de Chimène pour qu’il fasse grimper la visibilité de leur marque… Il n’y répondra que si l’envie est là. Car le garçon est du genre passionné. Le mot est faible.

Rendez-vous était pris depuis longtemps. Mais François Montupet, qui trouve des évidences dans le partage et fait de la discrétion une vertu essentielle, préférait laisser passer les 10 ans du Ferrailleur pour permettre de voir le travail accompli par les équipes bossant à ses côtés durant les festivités. «Entre les retransmissions des concerts sur l’écran géant accroché à l’extérieur, les réalisations de vidéos pour Facebook ou Twitter, les Facebook live chaque jour, depuis les concerts sauvages jusqu’aux after, donc de 17h00 à 4h du matin environ, les concerts shootés par un ou deux photographes en plus des photos, des tweets et posts que je faisais moi même entre coulisses et terrasses, il y a eu un gros travail de communication et nous avons enregistré des nombres impressionnants de connexions. Ce qui prouve l’intérêt de ces partages  quand les gens sont en attente et ont envie de nous suivre, même à distance. Mathieu Alh, le réalisateur, et ses quatre cadreurs ont fait un boulot de dingue. Les photographes aussi. Le temps ayant rajouté l’atout majeur, cet anniversaire a été en tous points une réussite absolue pour toute l’ équipe et pour moi aussi bien sûr. »

François Montupet avec Mathieu Alh, réalisateur.

Cet anniversaire, François Montupet l’a anticipé comme tous ici depuis plus d’un an. Parce qu’il est comme ça et qu’il ne laisse rien au hasard. Bosseur impressionnant, il est aussi et surtout un grand passionné. Et la passion, ça ne se vit que pleinement! « Il y a une huitaine d’années, j’avais rencontré Thomas (Nedelec), le gérant du Ferrailleur, alors ingénieur du son d’ Ultra Vomit. C’était dans une salle de la région parisienne où je jouais ce soir là avec mon groupe, The Four Horsemen. Quelques mois plus tard, Thomas nous a demandé de venir faire un concert au Ferrailleur. J’ai découvert la salle, le matériel impressionnant, l’équipe super soudée et la qualité de l’accueil. Ca a été un super moment. Lorsque je me suis installé à Nantes quelques mois plus tard, je me suis naturellement rapproché de Thomas, de Max, le programmateur, et je leur ai proposé de penser l’image du lieu autrement. J’étais convaincu qu’il existait d’immenses possibilités avec les réseaux sociaux, je sentais qu’une autre stratégie de communication différente, plus large, porterait ses fruits et ferait parler de la salle bien plus loin. »

Des photographes sont fidélisés, des plaquettes éditées, des comptes sur tous les réseaux sociaux sont ouverts et n’ont jamais cessé depuis d’être constamment alimentés. « Il faut savoir réagir vite, choisir les bonnes photos, rédiger des posts qui atteindront leurs buts, retranscrire avec précision, mettre en avant la diversité culturelle, les différents types de concerts mais aussi tous ceux qui les fréquentent. C’est un boulot extrêmement chronophage car on est toujours en alerte. Quand je ne poste pas, je regarde ce qui se fait ailleurs. La scène importante doit être au centre de tout, il ne faut rien laisser passer. Après ces années, je pense que nous pouvons être contents. L’image du Ferrailleur diffuse largement et les retours sont très bons. Il existe une vraie interaction avec les followers qui sont d’ailleurs de plus en plus nombreux. Quant à l’image elle-même, elle est ultra positive. Pas mal comme bilan pour une salle 100% autofinancée depuis sa création! »

Histoire de rajouter encore à la programmation de la salle, François Montupet (qui doit bien avoir trente idées par minute, une ébullition permanente sous une apparence très calme) a eu l’idée d’organiser un évènement pour combler les jours sans concert, le lundi ou le mardi notamment. Ainsi sont nés les « Apéros Numériques », sorte de conférences-débats à l’entrée gratuite avec un ou plusieurs intervenants réputés autour d’une thématique forcément ancrée dans la communication digitale et ses nombreuses problématiques. Pour ouvrir le bal, il s’est attaché la présence de Mathieu Sommet, le youtubeur suivi par près de deux millions d’abonnés, présentateur de « Salut les Geeks ». « Mathieu avait rencontré Andréas et Nicolas, il connaissait le Ferrailleur et venait de s’installer à Nantes… L’occasion était trop belle! J’avais déjà réalisé quelques interviews, je l’ai sollicité et il a accepté de lancer nos Apéros Numériques. Avec le public, qui était composé de fans mais aussi de curieux ayant envie de comprendre comment un youtubeur pouvait arriver à une telle notoriété, il y a eu de superbes échanges. De quoi penser très vite au thème du second Apéro, le rythme étant approximativement d’un rendez-vous par trimestre. »

« Comment communiquer sur un festival ? » en présence des staffs du Hellfest et de Hip Opsession, « Les femmes dans le numérique », « l’e-sport », sont quelques uns des rendez-vous passés. Le 13 juin prochain, à l’occasion du cinquième numéro, les débats porteront sur « l’influence des réseaux sociaux sur les journalistes », autrement dit, les premiers seraient ils en train de tuer les seconds ? On y parlera également des fameuses fake news, plus que jamais dans l’actualité.

Là où certains se contenteraient de tendre le micro, François Montupet peaufine ses rendez-vous durant des jours, choisit ses intervenants avec minutie, les rencontre, prépare avec eux, joint par téléphone d’autres spécialistes, planche sur des questions annexes pour que le jour J, il ne soit pris au dépourvu par aucune remarque. « C’est passionnant à mettre en place, tellement enrichissant sur le plan humain et professionnel. C’est stimulant de toutes parts. Pour le Ferrailleur, c’est aussi une autre image. Ces débats sont gratuits, ils se déroulent dans la salle avec les invités sur scène et le public assis autour de tables hautes. Ca permet à des gens qui n’étaient jamais venus à des concerts ou ne connaissaient pas le bar de les découvrir et d’avoir le goût de revenir. C’est une autre résonance que je trouve sincèrement ultra positive. »

Même regard pour le Nantes Metal Fest sur lequel ce touche à tout veille depuis six ans. « C’est Bad, portier historique du ferrailleur et bassiste du groupe So What qui avait émis l’envie de voir créer un festival de metal durant un gros week-end au Ferrailleur. Alors on a réuni une équipe de bénévoles passionnés, je me suis transformé en régisseur général et on a foncé. Sans budget, avec une ligne de conduite fixée et jamais modifiée : cinq groupes pour 12 euros, le pass trois jours pour 30 euros. Les groupes ont joué le jeu, le public a répondu présent et aujourd’hui, on a un budget de 7.000 euros. Ce n’est peut être pas énorme mais nous, nous le prenons comme une sacrée récompense qui nous offre des possibilités accrues. »

Puisque ses journées ne doivent décidément pas jouer la montre et se limiter à 24h, impossible de ne pas préciser que François Montupet a aussi signé avec Filling Distribution, distributeur de pédales d’effets voilà deux ans et depuis plusieurs mois avec Flibustier, une marque de bijoux haut de gamme lancée en 2011 et franchement rock. Cohérence toujours. Passionnant, inutile d’en douter.

« C’est toujours le même constat : si on crée quelque chose de formidable mais que personne ne le sait, il y a un problème. Alors il faut échanger, communiquer, trouver la meilleure synergie, les bons ressorts et diffuser le plus largement possible avec les moyens actuels. Internet est une zone de liberté et d’avenir quand on sait l’utiliser pleinement. C’est tellement vaste et passionnant. Aujourd’hui, toutes mes activités se complètent dans une certaine harmonie. J’ai la chance de m’éclater en travaillant avec des équipes qui sont ouvertes et me font confiance. Je ne vais quand même pas bouder mon plaisir ! » Les yeux verts sourient, à peine cachés par la casquette de base ball. Trois pas dans la rue et déjà on l’interpelle. A force d’assurer la promotion des autres, il a fini par sortir de l’ombre. Monsieur social média n’avait pas prévu ça. Il le vit avec décontraction et tente de convaincre que c’est parce qu’on le voit au Ferrailleur. Un peu court quand même. Limite fake news pour le coup !

Magali MICHEL.

Crédit photos // Sophie BRANDET.

FRANÇOIS MAIGRET, PORTRAIT D’UN GUITARISTE SURDOUÉ

Il est sans doute l’un des meilleurs guitaristes de sa génération. Mais il a très vite montré que la composition, le dessin, la réalisation, l’enseignement, le chant étaient aussi dans ses cordes. Alors que s’achève le « Propaganda Tour » avec No One is Innocent, François Maigret (alias Shanka) s’apprête à traverser les Etats Unis avec Greg Jacks, son complice de The Dukes, pour le « Vans Warped Tour » et défendre la sortie Outre Atlantique de « Smoke Against the Beat », le dernier opus en date de ce duo rock génialissime. Le(s) talent(s), l’humilité et la passion pour passeport.

Ne lui dites pas que sont assez rares ceux qui touchent à autant de domaines avec pareil talent! Il vous répondra que les gens n’essaient pas alors qu’il suffit d’oser pour constater qu’il n’y a vraiment rien d’impossible. Et le pire, c’est qu’il en semble convaincu. Pas une once de gloriole, encore moins une trace de « melon » ou d’un quelconque signe d’ego démultiplié chez ce trentenaire surdoué. François Maigret (Shanka) a l’humour en garde fou et ne se laissera jamais prendre dans les méandres de certains délires d’artiste. Avec un parcours comme le sien, certains s’y seraient pourtant égarés.

A 14 ans, après quelques années de piano bien trop classique pour déclencher sa passion, François Maigret découvre grâce à son frère de dix ans son aîné, Depêche Mode, ACDC, Dire Straits. Il se met à la guitare et se rêve une vie à la Angus Young. Quitte à rêver, autant rêver grand ! « Le blues aussi me parlait, il est toujours une source d’influence d’ailleurs mais Scorpions avait été mon premier concert à Amnéville et puis je m’étais pris une grosse claque avec ACDC à Nancy. En matière de rock, ça laisse forcément des traces. » Il continue de saigner sur ses six cordes et à 19 ans, remporte le concours national des guitaristes Ibanez. Il se laisse emporter par l’idée qu’il avait peut être sa place dans ce milieu à l’apparence pourtant très verrouillé, quitte sa Lorraine natale et ses études supérieures pour Paris et pige pour la rédaction de « Guitar Part ».

« Avec le recul, je m’aperçois combien cette période a été incroyablement dense et drôle. On bossait comme des malades (j’avais en parallèle « Lycosia », un groupe de rock), et je devais tous les mois me filmer en train d’expliquer un morceau. Autant faire les DVD était assez peu fun et faisait exploser les horaires, autant préparer la pédagogie, se demander comment elle allait être reçue par des milliers de personnes étaient passionnants. On se marrait vraiment beaucoup à le faire et à titre personnel, j’en ai retiré une exigence qui me suit aujourd’hui. Et puis malheureusement, les problèmes de droits ont été modifiés au point de devenir financièrement prohibitifs pour le magazine. La méthode vidéo « Les Leçons de Bob Wacker », (une méthode de guitare en deux volumes publiée avec Jean-Jacques Rebillard, l’un des fondateurs de Guitar Part), DVD d’or en 2005, bouclera la boucle en ce qui me concerne. Ce qui est assez incroyable après toutes ces années, c’est que les gens m’en reparlent encore régulièrement aujourd’hui. Je suis resté leur Professeur Relou! Mais je n’avais pas envie d’être enfermé dans cette image d’enseignant. J’ai animé quelques Master class dans les années qui ont suivi puis le manque de temps a entraîné un décrochage assez naturel. Je ne conserve que des souvenirs géniaux et de beaux délires de cette période. »

Après une tournée et un album avec Lycosia, François Maigret rencontre en effet les membres de No One is Innocent qui sont en recherche d’un nouveau guitariste. La pression est énorme pour celui qui devient le plus jeune de la bande mais comme toujours, le défi est relevé haut la main. « Je les avais vus aux Eurockéennes en 1997 et j’avais adoré. Je vous laisse imaginer ce que j’ai pu ressentir quand on y est revenu et que cette fois, j’étais sur scène avec eux. Participer à l’enregistrement du troisième album, « Révolution . com »  est resté lui aussi un moment assez fort. Autant en live, je me déchaine, je saute, je bondis et suis dans une énergie qui pourrait me faire oublier la fosse toute proche (surtout si on joue sans fil!) , autant le studio est un temps construit, carré. Ce n’est pas besogneux pour autant mais c’est clairement beaucoup moins pousseur d’adrénaline, il faut être honnête. » Trois albums et le succès impressionnant de « Propaganda », le dernier en date, et de sa tournée à guichets fermés plus tard, François Maigret n’a rien perdu de sa niaque. Il n’a même peut être jamais été aussi passionné, enthousiaste et prolixe. L’effet The Dukes sans doute aussi.

En 2004, le musicien a rencontré Greg Jacks, batteur impressionnant (Un temps celui de No One is Innocent et de Superbus, entre autres), avec lequel le courant s’établit immédiatement. « Très vite nait l’idée d’un projet qui serait possiblement le plus fou mais le plus fort de notre vie. On ne s’est pas embarrassé de questions, on a foncé et sorti « Victory », un LP de treize titres composé en six mois et enregistré en moins de deux semaines, porteur d’une identité rock très forte. Les gens ne s’attendaient pas à cet espèce d’OVNI peut être. Les retours ont été ultra positifs et forcément, ça nous a convaincu de poursuivre. A deux, quand on a la chance de fonctionner aussi bien, tant sur le plan artistique que sur le plan humain, tout s’enchaine avec facilité. Nous avons des goûts et des styles de vie très différents mais nous sommes complémentaires. Il n’y a pas de palabres inutiles, les échanges sont positifs et nous tirons dans le même sens. Résultat, malgré des centaines d’écoutes, nous restons tous les deux super heureux de notre second album, « Smoke Against the Beat « . « Just in Case », « Daisy’s Eyes » ou bien encore « Black Hole Love » notamment nous éclatent toujours sur scène. »

Après avoir assuré quelques jolies premières parties (de Shaka Ponk notamment) et sillonné dans pas mal de festivals, le duo s’est mis en repli le temps de composer un nouvel album. Plusieurs titres étaient bouclés lorsque les évènements se sont enchaînés. « On a eu l’occasion d’effectuer à l’automne dernier une petite tournée dans des clubs à travers les Etats-Unis, où vit Greg, qui est marié à une américaine. Le bouche à oreille a super fonctionné et les contacts se sont multipliés. Nous avons aussi rencontré Val Garay, le multi récompensé producteur et ingénieur du son (sept Grammy, des disques pour Kim Carnes, Dolly Parton, Neil Diamond, Linda Ronstadt, James Taylor, entre autres). Ce fut un moment assez improbable, la rencontre de deux petits franchies qui débarquent comme ça sans prévenir chez ce grand monsieur de la musique Outre Atlantique, le courant qui passe immédiatement et Val Garay qui décide d’embarquer dans l’aventure et de produire plusieurs titres. On a donc enregistré des morceaux. C’était ultra léché, superbement produit… Mais ce n’était pas la direction que nous souhaitions prendre. Trop pop, pas assez rock, ce qui est assez logique au final car Val n’écoute pas ce son là, ne l’a jamais produit. Ce n’est pas son territoire. Et moi, je suis trop punk, j’ai un rapport trop animal avec la musique pour aller vers la pop. Alors l’amitié et notre respect pour cette grande personnalité demeurent, c’est incontournable. Mais l’album prendra la direction rock qui nous vibrer. »

Le hasard étant parfois providentiel, François Maigret et Greg Jacks, qui avaient entrainé depuis le début de leur sillage américain, une équipe passionnée (dont un super ingé son) s’attache alors les services d’un manager qui n’a rien du bizuth de l’année puisqu’il a bossé pour les Gun N’ Roses et Alice in Chains. Autant dire que le rock, il sait à peu près comment ça sonne et quelles peuvent être ses exigences!

C’est fort de toutes ces présences que The Dukes va entamer le célèbre « Vans Warped Tour » (l’un des plus célèbres festivals itinérants entre Etats Unis et Canada, organisé de juin à août chaque année) , qu’une seule formation hexagonale avait intégré précédemment. De quoi intensifier la dynamique sur place avant que sorte à la fin juin « Smoke Against The Beat », accompagnée d’une grosse campagne de promotion presse et radio. Suivront d’autres dates à l’automne à travers l’Europe avec Smoki, en fer de lance.

Smoki? On pourrait presque dire le troisième personnage du duo, une figure que François Maigret, qui n’est plus à un talent prêt, a imaginé et dessiné. « Je n’avais pas envie de confier l’artwork de l’album à un autre, je voulais que ça reste très personnel. Smoki est apparu avec les premiers dessins du clip de « Grey People » et puis tout a découlé avec naturel. On l’a trouvé sympa ce personnage, le public aussi qui nous a assimilé à lui alors on l’a décliné de pleins de façons différentes…  Aujourd’hui, il est clair qu’ il ne peut plus perdre sa place. Comme quoi, oser est la base de tout puisque je ne suis clairement pas dessinateur. Je ne suis pas davantage réalisateur mais faire un clip avec un iphone méritait d’être tenté. Si le résultat est bon, tant mieux. Si cela ne marche pas, on aura tenté et appris. C’est l’envie qui fait la différence. Rien d’autre!»

Quand on demande à François Maigret ce qui définit pour lui un bon guitariste, il répond «celui qui a un niveau de jeu suffisant pour faire ce qu’il a envie de faire, celui qui peut passer outre la technique, une fois qu’elle est bien en place, pour exprimer ce qu’il ressent et permet la bonne adéquation entre le niveau de jeu et le projet. La main gauche a le toucher et la main droite, qui attaque les cordes, est aussi celle de la personnalité, celle qui fait la différence.»

Sa différence, il y a bien longtemps que ses admirateurs l’ont notée, n’en déplaise à son humilité naturelle. François Maigret (qui joue aussi avec France de Griessen, l’artiste folk-rock dont le prochain album, enregistré aux Etats Unis, sortira l’an prochain) s’envole dans les prochains jours pour installer The Dukes sur les rails de sa destinée internationale. Avec l’audace et l’envie de ceux qui ne semblent même pas avoir la pleine mesure de leurs talents. Libre. Bluffant.

Magali MICHEL.

Crédit photos // Sophie BRANDET.

« Panzer Surprise » : Ultra Vomit collectionne les standards !

Ça a des allures de pyjama party à la pépère, col chemise, rayures et boutonnage, voire même robe de chambre pour certain, malgré la chaleur étouffante qui règne dans le Ferrailleur. Pour les 10 ans de la salle nantaise, les quatre énergumènes d’ Ultra Vomit avaient promis « un show spécial très spécial », ils l’ont fait! Après un récent passage par Stéréolux et un Alhambra sold out, la date pouvait avoir des allures de show case, ils ont pourtant joué le jeu à fond. Un anniversaire quelques jours après la sortie de leur nouvel album, la fête ne pouvait qu’être belle. A la hauteur de ce « Panzer Surprise » magnifiquement produit.

Pour ceux qui ne les connaissent pas encore, gaffe à ne pas tomber dans le piège : Fetus, Manard, Flockos et Matthieu Bausson sont d’incontestables rois de la vanne, prêts à migrer vers un look capillaire de premier communiant (on y croit !) pour une parodie encore plus délirante mais ce sont avant tout des musiciens top niveau. Et c’est cette incroyable alliance de riffs bien envoyés et de paroles quinzième degré qui crée l’ alchimie et met tout le monde d’accord. Neuf ans après «Objectif Thunes» qui avait véritablement entériné leur personnalité, Ultra Vomit frappe plus fort encore avec un nouvel opus où les parodies, ADN du groupe, sont encore plus abouties.

« Ce n’était pourtant pas gagné », raconte Manard, le batteur. « On était tellement heureux des retours d’ « Objectif Thunes », la tournée avait été si belle qu’ on ne voyait pas trop comment enchaîner sans risquer le « moins bien ». Les gens nous attendaient au tournant alors on a préféré se donner du temps. Les mois ont filé, je suis parti quatre ans à Montpellier, Nicolas jouait avec Andreas, et puis Rage Tour, notre tourneur, nous a dit avoir encore des demandes de dates. On en a fait une dizaine, Matthieu est arrivé à la place de notre ancien bassiste, parti rejoindre Black Bomb A et tous ces évènements nous ont redonné un coup de fouet. On a repris notre  cahier à idées, de nouvelles vannes ont fusé, des envies de les jouer « à la façon de… » ont suivi et « Panzer surprise » s’est mis sur les rails. Avec le recul, je pense que ce temps de maturation était nécessaire.»

Le producteur du précédent album pris par d’autres projets, c’est vers Fred Duquesne que les nantais se sont tournés pour enregistrer « Un pote nous a dit, « Fred, c’est le meilleur ! » Du coup, on a foncé. On savait son niveau de jeu avec des groupes comme Watcha ou Mass Hysteria, c’est un putain de guitariste. On savait aussi ce qui sortait de son studio, la puissance qu’il pouvait donner à un morceau… et on n’a pas été déçu. Fred a sa formule, cette expérience qui lui permet de savoir exactement où il va. Du coup, on a eu le son recherché. Son savoir faire était une sécurité. On a bien eu quelques débats mais c’est toujours le mieux qui l’a emporté. Et puis c’est un mec généreux. Il a vu que nos chansons pouvaient ne faire qu’une grosse minute, le degré d’exigence était identique à un titre cinq fois plus long. Alors il nous a rajouté des journées supplémentaires dans son studio et on a eu cet album qui nous rend vachement heureux. »

Il aura suffi de quelques jours pour que certains titres se fassent déjà connaitre. Comme « Calojira » (génialissime « Face à la Mer » de Calogero revisité par Gojira), « Kammthaar » (où Fetus, imitateur décidément très doué, ferait pâlir d’envie le timbre de Till Lindemann, le leader de Rammstein) ou «Evier Metal», sorte d’Iron Maiden vantant des instants purement domestiques. « Je suis le petit père metal du groupe », poursuit Manard. « Je voulais reprendre Gojira depuis le début. Même chose pour nos amis allemands mais Lindemann a un organe… euh, comment dire.. un bel organe alors il ne fallait pas se louper. Fétus imitant avec une facilité déconcertante tous ceux qu’il croise, on s’est dit qu’il pouvait le tenter. C’est tellement réussi qu’on regretterait presque de ne pas y avoir pensé plus tôt. Le clip est tourné. Sortie officielle le 31 Mai. »

«  Pour « Evier Metal », l’histoire est à épisodes. Je jouais dans un groupe de heavy avec Andreas (l’autre complice de Nicolas). Sur un pupitre, il y avait des paroles du genre « In the middle of the night ». On a déliré autour en y ajoutant des suites. On a posé ça sur notre fameux cahier. Et puis un jour, alors que nous cherchions des paroles en français, on est retombé dessus, on a traduit, balancé des idées et en une nuit, la chanson était là. La parodie aussi. Ce titre nous a bien fait marrer.»

Si l’humour est la base même de ces maîtres du metal parodique, il existe malgré tout des limites que les musiciens ne franchiront pas. Trop de bouteille pour tomber de le piège de la facilité provoquant le mauvais coup  de buzz. « On avait un morceau qui devait s’appeler « Je suis PD ». Ce n’était évidemment pas un jugement, juste l’histoire d’un type qui faisait son coming out, un morceau à la « Canards ». Mais on n’a pas voulu que ce titre focalise toutes les attentions et que les gens, les critiques notamment, y voient un truc sulfureux même s’il ne l’était pas. Alors on a préféré renoncer. Notre seule auto-censure véritable comme vous pouvez le constater en écoutant l’album. »

Impossible de citer tous les morceaux (il y en a 22) mais dans une set list toute personnelle, il serait impossible de ne pas ajouter à ceux précités « Takoyaki » couleur Baby Metal, « Un Chien Géant » en mode Tagada Jones, « Jésus » (qui devrait rester dans les mémoires du Hellfest où le groupe se produira sur la Main Stage le 17 juin prochain) ou bien encore « Super Sexe ».

Il y a dix-huit ans, lorsqu’ Ultra Vomit s’est lancé sous une identité qui signait déjà le parti pris, pas sûr que le groupe ait franchement été pris au sérieux, voué même pour certains puristes aux blagues les plus courtes. Avec ce nouvel album, les cordes de la dissonance ne se font plus entendre. Chacun s’accorde au contraire sur la technique impressionnante des nantais (les moments où ils laissent la part belle à la musique durant leurs concerts sont de beaux exercices de virtuosité) et leur réussite dans un genre peu fréquenté. La place laissée libre durant ces neuf années n’a pas été reprise. Preuve qu’il faut autre chose qu’une six cordes et des blagues carambar pour s’imposer dans le metal parodique. Le 10 octobre prochain, Ultra Vomit sera au Trianon. On ne sait pas si Calogero ou les frères Duplantier seront là. Mais les nantais, qui ne laissent rien au hasard, promettent que la fête sera belle. Avec ou sans pyjama.

Magali MICHEL.

Crédit photos // Sophie BRANDET.

– « Panzer Surprise » // Verycords : https://itunes.apple.com/fr/album/panzer-surprise et sur toutes les plateformes légales de téléchargements. –

DAVID BAN ALPAGUE SON PREMIER ALBUM

Ce week-end, son Porthos faisait escale trois jours à Nantes. Quatre représentations des « Trois Mousquetaires » dont deux concerts bourrés de technologie et de caméras pour cause d’enregistrement du DVD. La nuit avait été quasi blanche mais David Ban ne se dépare ni de son sourire, ni de sa disponibilité. Heureux de ce rôle à succès. Impatient à l’idée de voir enfin se rapprocher la sortie de son premier album. 

Evidemment, tout le monde attendait Olivier Dion, sa pointe d’accent québecquois, son corps sculpté à la faveur des portés bien élevés de « Danse avec les Stars », ou Damien Sargue, le brun ténébreux, superbe dans Roméo et Juliette comme dans les Forever Gentlemen, ou bien encore Brahim Zaibat et sa souplesse féline, ce sens de la danse qui ne rechigne devant aucune pirouette même la plus extrême… et c’est finalement lui qui sort son épée du lot. Un pour tous mais au final, cela pourrait bien être tous pour David Ban. Car le chanteur-comédien-musicien excelle dans « Les Trois Mousquetaires ». Un dixième spectacle musical qui permet enfin de le mettre en haut de l’affiche avec un rôle à la pleine démesure de ses multiples talents. Le 29 Juin, sortira son premier album. On serait presque tenté de dire… enfin !

« C’est vrai, plus de deux ans depuis la fin de ma campagne participative… Mais je fais tout moi-même et un disque, c’est une montagne de choses à réaliser. Je compose textes et musiques. Une fois  le studio trouvé et l’enregistrement bouclé, il faut penser à la couleur générale de l’album, à la pochette, au livret, à la distribution, la promotion etc… Artiste volontairement indépendant, j’ai une totale liberté artistique et je suis maître de mes choix, de mes textes, de mes musiques, mes arrangement mais également de mes visuels. On verra si les labels, les maisons de disques ou encore des tourneurs s’intéresseront, mais quoiqu’il en soit rien ne m’arrêtera. », souligne l’artiste. « Ce disque, « L’ Alpagueur », quand il sortira, je l’aurai pensé et créé de A à Z, avec tout de même le soutien musical et artistique d’une bande de potes fidèles et particulièrement doués comme Julien Lamassonne (guitare et voix), Emma Piettre (contrebasse et voix), Karoline Rose, avec laquelle je partage un duo (guitare et voix) ou bien encore mon vieux complice Nicolas Fageot (basse). Il sera multicolore, poétique, drôle, émouvant aussi parfois, sentimental mais surtout positif. Et je l’assumerai du 1er au 14ème titre.»

Des années que David Ban nourrit ce projet d’album. Des années que le public, avec lequel il a une relation très forte, de vrais échanges sans faux semblant, attend lui aussi. Devant l’hôtel où la troupe était logée, elles (car ce sont en majorité des femmes) attendant avec patience depuis au moins deux heures dans l’espoir d’une rencontre, le temps d’un selfie, d’une dédicace. David Ban n’est pas du genre à snober. Il a beau être un peu en retard sur le planning, il parle, écoute, sourit et enchaîne les clichés. Même scénario quelques secondes plus tard devant les grilles du Zénith. Une dizaine de fans campe depuis deux heures car le bus qui emporte danseurs et interprètes doit passer par là. Il descend et va à leur rencontre, pose avec le bout de chou qu’on lui met dans les bras.

« J’essaie dans la mesure du possible de prendre un maximum de temps avec les fans. Car je n’oublie pas qu’on a la chance d’être des artistes soutenus par un public qui vient et achète des places en nombre. Un sourire, une photo, une dédicace ça fait toujours plaisir. Lorsque je jouais Danton dans « 1789, les Amants de la Bastille », je sortais devant le Palais des Sports de Paris et je donnais des concerts sauvages avec les premiers titres de l’album à venir. Une manière différente de rencontrer les gens et de voir les morceaux qui accrochent, d’écouter les retours… Avec « Les Trois Mousquetaires », je ne peux pas. Le rôle est beaucoup plus dense, extrêmement physique et je n’aurais pas pu enchaîner les deux.»

Avec « Les Trois Mousquetaires », David Ban endosse effectivement un rôle de poids puisqu’il est l’un des quatre personnages principaux mais il a surtout enfin la possibilité de montrer toute l’ étendue de son talent. Véritable performer, sachant aussi bien chanter (et avec quel timbre ! une voix chaude et grave, parfaitement reconnaissable qui peut tout se permettre) que jouer la comédie ou encore jouer de la guitare en live dans le show, il a réussi à convaincre les metteurs en scène québecquois de le laisser poser sa patine sur son personnage. Porthos y a gagné en humour, en intensité de jeu. Pour le reste, il est peut être d’une courte avance l’ainé des Mousquetaires, il n’en est pas moins affuté, agile, la musculature séduisante qu’il aurait tort de laisser cachée sous la tunique. (On se demande d’ailleurs combien de temps encore il échappera au casting de « Danse avec les Stars ». Ses acolytes s’y sont tous illustrés. Il a le profil idéal. Il a aussi l’envie. TF1 si tous nous entends….)

« Après « 1789 », il y avait eu l’aventure « Flashdance » qui avait permis au public de me voir autrement. Avec Porthos, c’est encore un cran au dessus. J’avais peur avant de m’engager que ces quatre mecs fassent un peu boys band… Mais on est loin de tout ça et je suis hyper heureux des commentaires que m’envoient tous ceux qui me découvrent. Pour autant, c’est ma dixième comédie musicale après des spectacles aussi importants pour moi que « Sol en Cirque », « Grease », « Hair », « Avenue Q » et bien sûr mon Danton de « 1789 ». Difficile de trouver plus fort désormais que ce rôle de Porthos et cette aventure entamée voilà deux ans. On verra de quoi sera fait l’avenir mais j’avoue ne pas avoir l’envie d’enchainer une 11ème comédie musicale pour me concentrer d’avantage sur ma musique et mon travail de comédien. »

Au terme de la tournée (le 1er juillet à Nice), David Ban remisera donc son épée et aura quartier libre pour assurer la promotion de « L’Alpagueur » tout juste né. Plus qu’une release party, le concert du 29 juin au Zèbre de Belleville (Paris) dont il est producteur sera une vraie fête. Avec les copains, forcément (Nicolas Fageot, Julien Lamassonne, Emma Piettre, notamment ) mais aussi plein de surprises. Artiste prolixe, jamais à court d’imagination, David Ban s’enthousiasme en pensant aux opportunités offertes par ce lieu à l’ambiance un peu circacienne. Presque toutes les places ont déjà été vendues alors que presque six semaines séparent encore de ce rendez-vous. De quoi le rassurer et lui donner envie de voir naître une tournée. En solo. Rien que pour lui et forcément avec une autre souplesse que ces grosses productions auxquelles il est rodé. « J’ai envie de voir les gens quand je joue, de croiser des regards. J’aime ces petites salles qui existent un peu partout en France et qui permettent une autre écoute. C’est encore à construire mais c’est une envie très forte qui j’espère verra vite le jour. »

C’est effectivement dans des salles plus intimistes que les textes de « L’ Alpagueur » prendront toute leur dimension. Car les fidèles qui connaissent son personnage de clown au coeur tendre savent aussi qu’il est riche de plein d’autres facettes. « Différemment différent » est un pur bijou de sensibilité. « S’aimer », « Je n’oublierai jamais », « Hors saison », « Viens ma belle » que David Ban offre en écoute dans la confidentialité d’une loge du Zénith à quelques minutes d’entrée en scène résonnent longtemps après. La musique accroche, les paroles frappent, la production est ultra bien léchée… On s’enflamme sur le titre qui serait le premier extrait car il y a du tube en puissance et on se dit chanceux d’avoir le privilège de cette avant première. « J’ai attendu longtemps donc je ne suis plus à quelques semaines près mais avoir le disque en mains sera l’ aboutissement d’un long parcours. Je n’aurai alors plus qu’une envie: le partager et voir l’accueil que lui réserve le public. »

Début de réponse le 29 juin. Ce soir là, « L’ Alpagueur » sera livré sur les fonts musicaux, en intégralité, surprises et inédits en prime. Et David Ban sera sans doute assez ému. Comédien peut être (une activité qui l’occupe déjà beaucoup mais qu’il se verrait bien poursuivre sur une scène de théâtre et au cinéma, lui l’habitué des productions pour la télé) mais certainement pas tricheur, ce soir là, il sera en équilibre sur le fil des émotions, sans filet mais avec ses musiques, ses mots et ses potes pour balanciers. On parie que la salle sera trop petite ?

Magali MICHEL.

Crédit photos // Sophie BRANDET.

Crédit photo Live Alpagueur // André D. 

– Au «  Zèbre » de Belleville, Paris, le 29 Juin 2017. Réservations: www.billetweb.fr/david-ban-lalpagueur –  

– http://www.davidban.com – 

ILS OEUVRENT DANS L’ OMBRE: GRÂCE À MAXIME PASQUER, LE FERRAILLEUR S’AFFICHE HAUT

C’est sans doute l’un des postes les plus convoités de la maison, l’une des clés essentielles de la réussite du Ferrailleur : la programmation. Un poste que Maxime Pasquer occupe depuis neuf ans et qu’il vit avec une passion toujours aussi manifeste. Si le défrichage est solitaire, la décision finale sera souvent collective. Inutile donc de chercher à corrompre celui qui inscrira les noms sur l’affiche. Au Ferrailleur, l’esprit d’équipe n’est pas une formule.

Il y a des évidences qui méritent d’être rappelées : sans une politique très ciblée, des choix artistiques qui ont résonné et des évènements qui ont marqué cette première décennie, le Ferrailleur ne pourrait pas s’enorgueillir de cette incroyable réputation qui porte bien au delà des bords de Loire. Parce que le cadre peut être magnifique, la salle exceptionnellement bien équipée d’un point de vue technique et l’équipe, des barmen jusqu’à la direction, la plus professionnelle et souriante possible, si la programmation n’attirait pas les foules, il y a longtemps que la maison aurait repris ses allures de hangar. Heureusement pour le Ferrailleur (et ses fidèles), l’équipe dirigeante n’était pas composée de pintadeaux de l’année, tous (et d’ailleurs ils se connaissaient presque tous avant le démarrage de l’aventure) avaient une expérience en matière de concerts. Des envies communes, une vision partagée et un regard très net sur ce qui devait se faire pour ne pas boire le bouillon des eaux toutes proches.

Aux manettes de la programmation depuis 2008, après le départ d’un des associés originels et après une année en tant que chargé de production à la compagnie de théâtre « La Tribouille », Maxime Pasquer connaît Thomas Nedelec, le gérant fondateur, depuis le début des années 2000.

A l’époque, c’est « Articulture » qui les avait réuni, un projet dont l’une des finalités était d’organiser des concerts dans des cafés, des MJC, avec les conditions de jeu les meilleures possibles. Une vingtaine d’évènements voyait ainsi le jour chaque année.

« Sur le papier, ça peut sembler très modeste mais cela nous prenait beaucoup de temps puisque nous recherchions toujours l’organisation la meilleure possible. Humainement, c’était vraiment une aventure prenante, un peu folle mais incroyablement exaltante, » se souvient Maxime Pasquer.

Disgust.

Robin Foster.

« En 2006, Thomas a eu envie de pousser le projet plus loin en créant un lieu qui n’existait pas encore sur Nantes. Un café concerts d’environ trois-cents places, jauge sans concurrence dans la ville, offrant aux artistes un plateau technique propre à satisfaire toutes les exigences. Ainsi est né le Ferrailleur. Six, sept concerts par mois au début, une vingtaine désormais avec énormément d’événements périphériques… Et des envies constantes de surprendre le public avec une programmation que l’on espère la plus juste possible. »

Loudblast.

Persefone.

The Four Horsemen.

Là où certains décident seuls, mixant plus ou moins adroitement copinage, montant des dates proposées, certitudes de remplir et envies de faire partager des découvertes, la programmation du Ferrailleur la joue collectif. Toujours ce parti pris de n’oublier personne, cet esprit d’équipe qui fait partie de son ADN. « Bien sûr, chacun a des envies, des coups de coeur mais programmer n’est pas non plus un jeu de hasard. Il y a toute une série de paramètres à considérer. Les associations locales proposent des artistes, les tourneurs sont évidemment eux aussi très en demandes et puis il y a les soirées que nous prenons le risque de produire. Tout cela en considérant notre capacité d’accueil. Et parce que le Ferrailleur est aussi un bar, une programmation réussie est aussi celle qui attire du monde en assurant une dynamique pour l’équipe des serveurs, tous hyper pros, souriants et totalement investis. »

De ses (presque) dix ans de présence ici, Maxime Pasquer a trop de souvenirs pour n’en extraire que quelques uns. Mais il repense avec évidence à la façon dont No One Is Innocent a retourné la salle (d’ailleurs, chaque passage des parisiens a très vite été sold out); Little Big encore qui est passé ici en juillet 2015 et n’était pas encore connu. L’équipe avait parié sur cet improbable groupe russe désormais sollicité partout « et devenu bien trop cher pour qu’on les programme à nouveau ». «Maniax, un groupe de Grenoble, était un pari et au final, ce fut un concert fabuleux. Des échecs, nous en avons aussi connus, heureusement, pas trop nombreux… Pour Weepers Circus par exemple nous avons enregistré sept entrées payantes. Avec les soirées dédiées au metal en revanche, on connaît de vrais succès et c’est d’ailleurs ce qui a justifié que le genre soit bien à l’honneur des festivités des 10 ans. A l’origine, le Ferrailleur était clairement identifié comme une scène metal. Avec le temps, on a ouvert à d’autres publics et désormais, le rock côtoie le hip hop, l’électro. Une fois par an, on a aussi une soirée blues. Seule la chanson française est véritablement absente. Un jour peut-être…. C’est bien de se dire qu’il y a encore plein de friches à explorer,» se réjouit le programmateur.

Parce que les festivités des 10 ans se devaient d’être le reflet de cet incroyable parcours, Maxime Pasquer et toute l’équipe ont donc longuement planché pour réunir ceux qui sont un peu de la famille et devaient figurer sur la photo. Mass Hysteria (le 24) et No One is Innocent (le 25) se sont imposés comme têtes d’affiche évidentes.

Et puis il y aura de belles soirées parmi lesquelles Ultra Vomit qui vient de sortir un album superbement produit par Fred Duquesne et qui a prévu un show spécial (le 19) en ouverture des réjouissances, les rennais de Totorro (le 20) à qui le Ferrailleur est fidèle, les incroyables frères irlandais de God is an Astronaut (le 22), la Rumeur et Pedro le Kraken pour une soirée rap et hip hop (le 26) sans oublier, la soirée Hellfest Warm up Ride (le 21) avec des pass Hellfest à gagner. « On a toujours eu des liens très forts avec Ben Barbaud et toute la team du Fest de Clisson, » indique Maxime Pasquer. « On a grandi à la fois en parallèle et ensemble finalement. La présence de Max Cavalera au Ferrailleur est dans toutes les mémoires mais ce n’est pas la seule. Avec le metal, régulièrement en lien direct avec le Hellfest, nous vivons toujours des concerts dans lesquels le public vient en nombre et ressort réjoui. Que demander de mieux ? »

Andréas & Nicolas.

Totorro.

Les afters ayant depuis plusieurs mois pris une place importante dans les plaquettes, les nuits blanches n’ont pas été oubliées et feront partie de la fête d’anniversaire. Gambass, Môme, Zöl, Turbopolis Crew, l’ Opening Goûtez électronique, Mectoob et l’unique en son genre Christian Hellfest, entre autres, prendront le relais jusque tard dans la nuit.

« On a aussi concocté plein d’autres surprises… que le public pourra découvrir sur place! Si le temps nous est favorable, on devrait vivre dix journées inoubliables dont l’organisation était un challenge mais c’était tellement exceptionnel à mettre en place que l’euphorie a été le seul moteur. On a hâte d’y être et de partager maintenant. »

La saison ne s’arrêtant pas une fois les bougies soufflées, Maxime Pasquer a déjà planché sur les concerts qui égraineront l’été (qu’il s’agisse des concerts sauvages ou des concerts au Ferrailleur lui même). « L’été, il y a toujours une vingtaine de dates. Le public est demandeur et il reste encore plein de monde donc on s’inscrit sur les trajets des tournées. » La rentrée aussi a déjà commencé à prendre forme avec notamment Nostromo qui sera là le 13 octobre et de belles affiches pour le dernier trimestre mais qui seront révélées ultérieurement. « Je pense que nous avons ancré notre identité et que le Ferrailleur est désormais une salle qui compte, aussi bien pour les spectateurs que pour les artistes qui, et on ne peut que s’en réjouir, contribuent eux aussi à la renommée en ne cachant pas leur envie de revenir vite. On pourrait sans doute envisager une légère augmentation de la capacité d’accueil mais on ne peut pas repousser les murs donc ça serait compliqué. L’idée est plutôt de maintenir une qualité d’accueil et d’ajouter des dates supplémentaires. L’envie existe de part et d’autres alors on ne va pas se gêner. A dix ans, le Ferrailleur a l’avenir devant lui, non ? »

Magali MICHEL.

Crédit photos portraits Maxime Pasquer & Robin Foster // Sophie BRANDET.


Crédit photo Disgust // Blstrt Studio. Crédit photos Loudblast, Persefone, The Four Horsemen // La Faute à Rélie. Crédit photo Andréas & Nicolas // Benjamin Guillement. Crédit photo Totorro // Yohan G. 

ILS OEUVRENT DANS L’OMBRE: Coup de projecteur sur Nicolas Riot, concepteur lumière, cofondateur de Chirac Design

Une fois n’est pas coutume, c’est vers lui que le projecteur  va se tourner : Nicolas Riot, cofondateur de Chirac Design, la société nantaise qui habille de ses lumières les scènes de Mass Hysteria, Emilie Loizeau, Pegase, Abbath, Elephanz ou bien encore Nostromo ou le Hellfest. Le trentenaire a repris la route l’été dernier avec Gojira, la tête de proue du metal français (deux nominations aux derniers Grammy Awards). Nicolas Riot y excelle en plaçant haut le niveau d’exigence et d’inventivité. Rencontre.

La veille, Gojira jouait à guichets fermés à Birmingham. Ce 12 Mars, le groupe est attendu à Londres, à l’O2 Forum Kentish Town. Le concert est à 21h15 (Code Orange et Car Bomb assurent les premières parties) mais à 10h30, les roads s’activent déjà pour vider les camions. Dans le tourbus aussi, le réveil a sonné depuis longtemps. Cette vie de tournée, Nicolas Riot s’y est habitué. Cinq ans qu’il sillonne les asphaltes de la planète avec Gojira, le groupe français qui multiplie les superlatifs et joue à scènes égales avec les mastodontes du metal international. « Là, c’est une tournée européenne, le décalage horaire est quasi inexistant et il y a souvent eu une seule date par pays donc on ne perd pas ses repères. Aux Etats-Unis, quand on roule toute la nuit après s’être couchés à 2h, on regarde par la fenêtre au matin, on prend le roadbook et on découvre que l’on se produit à Dallas, Los Angeles ou San Francisco… Et on bouge les aiguilles de nos montres pour se caler sur le bon fuseau. Sur le papier, ça fait rêver, les gens pensent qu’une tournée est un grand voyage organisé pour une bande de potes. Il faut casser le mythe : une tournée est d’abord une logistique, un grand barnum avec des timing ultra précis, des journées extrêmement longues avec un seul objectif : que chaque concert se déroule sans la moindre fausse note. Chacun doit donc connaître parfaitement son rôle. L’improvisation n’y a pas sa place.»

C’est notamment parce que lui même maitrise largement le parcours entre câbles et consoles et que sa fibre créative est devenue gage d’excellence que Nicolas Riot est redemandé pour chaque nouvelle tournée de Gojira. L’été dernier, il a donc repris place dans le tourbus alors que « Magma », le nouvel opus du quatuor français mené par les frères Duplantier, venait de sortir. Près de six semaines de tournée puis une pause d’un mois avant de reprendre pour cinq ou six semaines. Le rythme de ces pérégrinations à travers le monde est immuable et va s’étirer sur trois ou quatre ans.

Il semble bien loin le temps des débuts pour Nicolas Riot. Après des années de fac qui avaient plus à voir avec l’environnement et la gestion des villes qu’avec le spectacle, ce fou de musique, guitariste à ses heures, envoie tout valser pour se rapprocher de sa passion. Il apprend sur le tas, enchaine les stages et devient régisseur d’une petite salle de Bretagne. Mais c’est sans doute la création du Ferrailleur (la salle de concerts qui célébrera en mai ses dix ans) qui lui mettra le pied définitif à l’étrier. Thomas Nedelec, le gérant fondateur lui confie la console des lights. L’agenda est cadencé. Nicolas Riot a trouvé une belle assise pour son CV.

En 2009, il accompagne en tournée les nantais d’ Ultra Vomit ainsi que les joyeux drilles d’ Andreas et Nicolas. Il assure la régie mais continue d’imaginer des lumières. Les petites scènes du Hellfest deviendront elles aussi son terrain de jeux. Pegaze, Emilie Loizeau, Mass Hysteria, la liste est longue de ceux qui font désormais appels aux éclairages de « Chirac Design », la société de design lumière qu’il a cofondée à Nantes avec Romain Drone voilà un an et demi. Et pourtant, la concurrence est de plus en plus rude.

« Les évolutions techniques du métier ont fait émerger des diplômes nouveaux, les DMA (diplômes  des métiers d’art) par exemple option régie lumière. Il existe même un cursus concepteur lumière de cinq années après le bac. Ces métiers faisant pas mal rêver et ressemblant parfois à la voie parallèle pour tous ceux qui savent ne pas pouvoir faire carrière en tant que musicien… chaque année voit arriver de nouveaux éclairagistes. Il n’y a pas que les tournées, il y a les salles, les évènementiels  qui ont besoin de nous mais cela reste compliqué pour réussir à se démarquer. »

Un éclairagiste intermittent a souvent besoin de plusieurs années pour réussir à se faire un nom, des années pendant lesquelles il aura prouvé qu’il ne comptait pas ses heures, était prêt à comprendre toutes les envies d’un artiste, qu’il s’agisse d’une ombre chinoise, d’une douche tamisée ou d’une explosion de couleurs, qu’il avait le sens du rythme (connaître la musique est un atout majeur), de la vie en équipe, qu’il avait des idées pour renforcer celles avancées. Un éclairagiste qui ne fait que poser quelques spots gérés par sa console est forcément frustré. S’il peut apporter sa couleur, son sens de l’esthétisme, être considéré comme partie intégrante du show, c’est passionnant. On travaille encore davantage mais c’est passionnant. (A la différence des autres pays où les gestions sont exclusivement privées, nous avons la chance en France d’avoir des salles qui bénéficient souvent de financements publics donc qui disposent d’un peu de matériel. Même un show sans vrai budget lumière peut donc être mis en valeur. Il suffit de savoir s’adapter, d’être encore plus imaginatif.) »

« Avec Gojira, tout le monde bosse très dur et l’image tient un rôle important, ce qui reste assez rares dans ce genre de musique. Ce sont des artistes complets, Mario Duplantier est passionné de peinture, il aime aussi la photo. Tous ont une curiosité totale et le groupe a eu envie d’offrir des concerts qui soient aussi de vrais shows visuellement parlant. C’est un challenge exigeant, une incroyable chance aussi.

J’ai connu des débuts où tard dans la nuit, dans le tourbus, on visionnait le concert du soir avec Joe Duplantier pour voir ce qui allait et ce qui méritait soit d’être supprimé, soit d’être amélioré… Le groupe n’est pas à ce niveau de réussite par hasard. Tout le crew doit donc être à la hauteur. On rentre lessivés mais c’est un défi quotidien formidable»

En attendant, les dizaines de flights continuent d’envahir l’arrière du Forum. La vieille salle londonienne a le charme des constructions des années trente, un coté art déco dans la façade, un long balcon en bois pour ourler son premier étage. Mais Nicolas Riot (assisté de l’américain Pete Carry) n’ a pas le temps pour la visite. La répartition des spots, les bons cablages, l’installation de la grande toile blanche où seront projetées les images conçues par Anne Deguehegny, il faut plusieurs heures pour que tout soit prêt. Gojira a beau être un groupe français, le tourneur, K2 Agency / Live Nation, est américain et le staff technique en majeure partie anglophone. Du coup, les échanges se font le plus souvent en anglais, y compris avec Taylor Bingley, le régisseur d’origine canadienne.

Les premiers test audios ne perturbent pas la poursuite de ce grand chantier quotidien. Pendant le sound check, les projecteurs s’animent. Les écrans tactiles de la Chamsys MQ 500, lancée en janvier dernier et capable de faire briller les stades, n’a plus aucun secret pour Nico Riot. La machine est sûre. De quoi éviter (mais le risque zéro n’ existe évidemment pas) ce qui s’est produit en Allemagne en début d’année : plus de lumière et le public qui éclaire les musiciens grâce aux téléphones portables jusqu’à ce qu’une autre console prenne le relais. « Au final, ça reste un souvenir fort. Sur le coup, c’est ce qui peut exister de pire mais les spectateurs ont assuré eux aussi donc on a pu poursuivre. Je ne me souhaite pas de le revivre pour autant, » sourit Nicolas Riot.

17h. Les derniers calages sont effectués. Une demi heure de pause pour tout le monde. Quand il n’en profite pas pour s’offrir une sieste salvatrice, le nantais, bosseur acharné, cherche à voir sur internet ce qui se fait ailleurs. Les vidéos de lights défilent sur sur téléphone. On ne se refait pas!

Une trentaine de minutes avant l’arrivée de Gojira, Nicolas Riot rejoint sa place, en fond de salle. Déjà concentré. Il ne soufflera que deux heures plus tard, quand le public, bluffé et enthousiaste, commencera à quitter la salle. Avant cela, entre bras qui se croisent sur les boutons, regard froncé sur ce qui se passe sur scène, hochements de tête au rythme des accords, il n’aura pas décroché une seule seconde. Show done!

La journée n’est pas terminée pour autant. Il faudra encore plus d’une heure pour ranger tout le matériel dans le camion. L’ordre du jour sonnait la montée dans le tourbus à 2h. Aucun retard, la route va pouvoir défiler. Demain est off. Pas de réveil imposé. Quelques heures de découverte de Manchester et concert le lendemain. A la fin de cette tournée européenne, deux dates à L’ Olympia puis trois semaines de repos avant de repartir pour les Etats-Unis. Un repos qui prendra vite la forme d’une semaine de formation pour Nicolas Riot et de quelques jours à plancher sur… les festivités des dix ans du Ferrailleur. Il sera encore en tournée aux Etats Unis au démarrage de cet anniversaire mais il rejoindra à mi-parcours les consoles qui l’ont vu débuter. Et dans dix ans ? « Et bien le Ferrailleur aura vingt ans! Plus sérieusement, je pense que je ne serai personnellement plus sur la route car c’est malgré tout une forme de vie décalée qui accélère le temps. J’espère que Chirac Design aura accru sa réputation et que nous pourrons créer un collectif de designers. Il existe une véritable élégance française, des imaginaires variés qui peuvent aussi se nourrir les uns des autres. J’ai plein d’idées. Je souhaite que cela se fasse… Mais c’est encore loin. Lorsque je suis rentré de tournée, je goûte le plaisir de ces retours et puis très vite, le manque s’installe, je me surprends à dire « vivement que je reprenne l’avion! »

La passion n’est pas prête à s’éteindre.

Magali MICHEL.

Crédit photos // Sophie BRANDET.

Geoffrey Ploquin, un danseur en mouvements

En cinq ans et trois comédies musicales à succès, Geoffrey Ploquin est devenu un danseur très recherché. Un succès qui semble surprendre cet ancien élève du Conservatoire National de Paris, qui croit aux vertus du travail et ne se laissera jamais prendre par des sirènes de la renommée qui riment bien trop souvent avec éphémérité.

try3-copy

Dans les couloirs du Zénith de Nantes, il rejoint les coulisses d’un pas souple mais sans précipitation. A une heure de la représentation, juste avant de passer entre les mains de la maquilleuse, il se plie avec sourire aux souhaits de la photographe, enfile l’un de ses costumes puis prend la pose au milieu du décor. Souriant, disponible et professionnel, la marque de fabrique de Geoffrey Ploquin (« Plok »), danseur de la troupe des «  Dix Commandements », actuellement en tournée à travers la France, qui à force de talent a imposé sa personnalité et réussit à ne plus être anonyme. Un constat qui l’amuse et qu’il met, avec une modestie non feinte, sur le compte de… sa coiffure ! « C’est l’effet dreads! On n’est pas si nombreux à avoir ces cheveux là, ça doit se remarquer davantage. » Le cheveu est long mais le raccourci un peu court!

Ses premiers pas, Geoffrey Ploquin les a effectués dans sa Charente natale, plus précisément à Mansle où est organisé chaque été (depuis près de trente ans) un grand festival de danse avec la possibilité pour les stagiaires de se confronter aux enseignements de professeurs de renom. Le virus est pris. Prêt à tous les sacrifices pour espérer un jour vivre de sa passion, Geoffrey Ploquin quitte à quatorze ans famille et amis et intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, considéré comme l’un des plus grands établissements d’enseignement artistique au monde.
one dsc_9402

J’étais encore jeune, ce n’était pas évident et nous devions nous plier à des règles strictes faites de rigueur et de discipline. Sans être aussi drastique, sans cet esprit un peu militaire que l’on prête à l’Opéra de Paris, c’était quand même très sévère avec son lot d’injustices car il fallait que le corps reste parfait, corresponde aux normes  alors que nous étions à un âge où la vie décide un peu toute seule. Toutes les heures de travail à la barre ou au sol ne pourront rien contre la croissance. Pour les filles, cela peut même être d’une cruauté inouïe. J’en conserve néanmoins de fabuleux souvenirs et la conscience d’avoir une base solide constituée de tous les indispensables. » Geoffrey Ploquin, bosseur et déjà talentueux, en sortira avec un Premier Prix, mention Très Bien. Plutôt une bonne accroche pour le CV!

Aventurier, se sentant « danseur citoyen du monde », le jeune diplômé rejoint alors la Compagnie Métros, à Barcelone. Trois années fortes avec des créations contemporaines qui se sont malheureusement terminées lorsque la compagnie a du se dissoudre, faute de trésorerie.

tonight

Geoffrey Ploquin rentre en France. Il effectue un passage express par Toulouse avant de s’installer à Paris en 2011. C’est là que Rheda, le chorégraphe des « Enfants du Rock », de « Champs Elysées » mais aussi des concerts de Florent Pagny, Vanessa Paradis, entre autres, le contacte pour figurer dans un clip de Zazie (« Avant l’Amour »). Il ne lui en faut pas davantage pour se faire repérer. Dans la foulée, il passe le casting de « 1789, les Amants de la Bastille » produit par Dove Attia et Albert Cohen. Le monde de la comédie musicale lui ouvre ses premières portes.

« C’est une aventure humaine et professionnelle très particulière car le casting fait naître une troupe avec des personnalités qui ne se connaissaient par pour la plupart, sont censées porter un même objectif avec le même enthousiasme et humainement, il faut que ça marche compte tenu du temps à passer ensemble. Il y a les mois de répétition avant la première puis la longue tournée qui suit généralement les représentations parisiennes. C’est très long quand le succès est au rendez-vous. Pour le corps aussi, il faut rester vigilant. Je ne fais pas partie des intégristes de la nourriture qui compte les calories et traque les graisses. Quand on danse autant, l’organisme élimine de toutes façons. Il suffit de ne pas être dans l’excès. Le plus important me parait être le travail musculaire. Profiter d’un moment même devant la télé pour s’étirer, s’assouplir, penser à toujours s’échauffer soigneusement, rester à l’écoute. Il ne peut y avoir de carrière longue sans veiller à tout ça. »

dsc_2313 dsc_5082

untitled

dsc_2237

Après «1789, les Amants de la Bastille », Geoffrey Ploquin a été rappelé par Giuliano Peparini, le metteur en scène, pour intégrer la troupe de « La Légende du Roi Arthur ». La création  au Palais des Congrès (Paris) puis les semaines d’une tournée, autant de rythmes avec lesquels il faut composer. « A Paris, il y a davantage de représentations dans la semaine, six parfois. En tournée, c’est généralement le week-end que les séances sont concentrées. Il ne faut donc pas se laisser manger par ces emplois du temps atypiques. Le statut d’intermittence exige quarante trois cachets et ce statut est fragile. Il faut donc « exister » entre deux week-end, rester à l’écoute des castings, répondre aux sollicitations y compris les plus brèves », souligne le danseur.

« Je me suis souvent retrouvé sur des plateaux télé. C’est dense, bien rétribué et cela offre une mise en lumière parfois. Mais il y a tellement de professionnels à Paris que la concurrence est sévère et la sollicitation davantage liée au relationnel qu’au CV ou aux auditions. Il faut en avoir conscience et vivre les choses avec le maximum de recul et de sérénité. »

tryy

plok2

De ses origines provinciales, Geoffrey Ploquin a gardé un calme qui ne cédera pas devant la frénésie parisienne. Les pieds sur terre, il reste concentré sur un quotidien qui passe désormais par l’ Histoire avec un grand H puisqu’il s’agit de celle des Dix Commandements. Près de deux mois de répétition à la Cité du Cinéma en Seine Saint-Denis et puis ces quatre représentations à l’Accord Arena de Paris (ex Bercy) en Novembre dernier devant plus de 25.000 spectateurs. La tournée française est en route, grand barnum impressionnant retraçant l’Egypte de Sethi, au XVème siècle avant JC. Coté musique, ces chansons de Pascal Obispo devenus culte depuis la version d’origine en 2000, « Mon Frère », « L’ Envie d’Aimer » et tous les autres titres que reprend haut la main la nouvelle distribution.

try dsc_9447

A Nantes, la salle était comble et les deux représentations ont été ovationnées. Les dates d’ Epernay, Douai, Limoges et Montpellier prévues en ce mois de février sont pourtant reportées à une date ultérieure. « C’est compliqué car la période n’est pas idéale pour se mettre en route », observait Geoffrey Ploquin alors que l’annonce de ces reports n’étaient pas encore faite. « Financièrement, après les fêtes de fin d’année et les impôts qui arrivent, acheter une place de spectacle est un plaisir que tout le monde ne peut pas s’offrir. Bizarrement, il y a aussi des spectateurs qui découvrent notre passage tardivement. Je veux penser que le succès sera pourtant au rendez-vous. »

Le danseur réfléchit aussi à son avenir. La passion est intacte mais il a envie de franchir les frontières. « Je veux aller voir ce qui se fait en Europe. La Grande Bretagne, l’Europe du Nord sont parait-il riches de chorégraphes, de troupes impressionnantes. Je prépare un périple en aménageant ma voiture façon camping car. J’irai où me porteront les découvertes et les rencontres avec l’espoir d’apprendre et de danser. Encore mieux. Encore plus. Il faut savoir se réinventer sinon la passion aussi jouerait l’intermittence. » Que ses fans (dont certaines le suivent de ville en ville) se rassurent: la passion est encore vive et le temps n’est pas encore venu de se décrocher de l’affiche.

Magali MICHEL.

Crédit photos // Sophie BRANDET.

try1