Hervé embrase le Stéréolux

Avant de tirer le rideau sur sa tournée « Hyper » le 14 décembre prochain à l’Élysée Montmartre, Hervé était de passage dans l’Ouest pour quatre dates qui s’annonçaient à la hauteur de son amour pour la Bretagne… Passionné et quasi fusionnel. À Nantes, ce 24 novembre le Stéréolux a rarement connu une telle chaleur. 

Clavier au centre de la scène. Mocassins noirs et pantalon de costume assorti, pull en laine jaune. Hervé arrive sur scène sous les hurlements du public. Pourtant sur le papier, Hervé n’est ni un membre de boysband, ni un chanteur qui crée l’hystérie… Mais quand démarre « Mélancolie F.C », on a presque du mal à l’entendre tant il est acclamé. Les paroles sont connues… très connues. « Dis-moi toi » et « En rappel » ont  droit au même accueil. 

Un changement de tenue plus tard, de quoi dévoiler un t-shirt immaculé parfaitement taillé, et déjà démarre « Monde meilleur » , single devenu tube, issu de la réédition de son album « Hyper ». La température du Stéréolux monte encore d’un cran. Les masques ont beaux être vissés sur tous les visages, les sourires se sentent et se reconnaissent, les yeux ne trichent pas. 

« Fureur de vivre », « Permis de construire », « Maelström », « Paréo Parade », « Le premier jour du reste de ma nuit », pas de temps morts. Ce qui frappe chez Hervé, c’est sa joie de vivre et son énergie sans limite. Assis derrière son piano ou déambulant sur scène, cet amoureux du foot (ses chansons parlent pour lui) est branché sur 2.000 volts. Tout est décidément Hyper chez lui. S’économiser? Pas son genre !

« La peur des mots », magnifique cover de Bashung, « Coeur poids plume », « Addenda », « Rodéo » et sonne déjà l’heure du rappel. Ces presque deux heures passées en compagnie d’Hervé touchent à leur fin. « Si bien du mal » (autre tube de son dernier opus)  est lui aussi repris et scandé par les 1.2000 personnes présentes ce soir-là. « Bel Air » et « L’An Zéro » clôturent en apothéose.

Il le dit et le répète, la Bretagne il l’a tatouée dans le coeur… On peut dire que la terre de légendes le lui rend bien. À bientôt chez toi, chez nous Hervé. 

Sophie BRANDET

Laisser un commentaire

Back to top