Benjamin Biolay, pilote triomphant de son « Grand Prix »

Il fait partie de ceux qu’il est de bon ton de critiquer. Quoi qu’il fasse, les haters semblent prendre un plaisir systématique à défaut d’être malin à le prendre pour cible. Pour quelles raisons obscures ? Difficile de le savoir mais les faits sont là. Assez minables souvent même si l’on ne peut pas plaire à tout le monde et que la liberté de penser vaut pour chacun. À 47 ans, Benjamin Biolay a largement l’âge et la force nécessaire pour ne pas se laisser abîmer mais il doit quand même avoir l’échine sacrément solide pour encaisser et ne rendre les coups qu’avec parcimonie, quand la ligne rouge n’est franchie qu’avec les insultes, et encore le fait il avec ce sens aigu du mot et de la subtilité qui le caractérise. Elégant jusque dans la réplique. Avec ce neuvième album, les mauvaises langues vont avoir du mal. Car « Grand Prix » est d’une justesse, d’une musicalité et d’une force exceptionnelles. Probablement le meilleur album depuis le brillantissime « La superbe », il y a déjà onze ans. 

« Comment est ta peine ? », le premier titre révélé en plein confinement avait offert un départ sur les chapeaux de roue à cet opus qui défile sans temps mort. Superbement produit, porté par une partition envoûtante, des paroles à la mélancolie addictive, il est devenu un tube en quelques jours et avoisine les deux millions de vue sur Youtube avec son magnifique clip en noir et blanc. 

« Grand Prix », ce sont treize morceaux souvent bouleversants, qui donnent la part belle au romantisme, à la quête d’amour du musicien, à ses doutes, et ces morceaux visent d’autant plus fort qu’ils sont entourés d’une pop léchée mais aussi d’un rock survitaminé. Fan des Strokes et d’Iggy Pop, Benjamin Biolay a poussé l’accélérateur et s’est offert l’album qu’il n’a peut-être pas pu faire vingt ans plus tôt. C’est du son anglo-saxon de la meilleure trempe avec des titres parmi lesquels il est impossible de choisir tant ils sont tous marqués par la grâce. 

Le 21 Octobre, si la crise n’a pas décidé de revenir perturber les calendriers des concerts, Benjamin Biolay démarrera à Nantes une tournée d’un an. Beaucoup de dates sont déjà sold out. En osant avancer pied au plancher, « Grand Prix » met le chanteur sur la plus haute marche du podium et s’annonce comme son plus grand succès. À toute allure.

M.M.

– Pour télécharger et écouter « Grand Prix »: https://biolay.lnk.to/grandprix

Laisser un commentaire

Back to top