Irma, l’aube d’une nouvelle voix

Elle a pris son temps. Celui de la lente mutation pour un retour à son essentiel. Celui nécessaire à sa voie devenue plus forte. Dix ans après son dernier opus, Irma la magnifique est de retour avec « The Dawn », un album qu’elle a entièrement écrit, composé et produit. 

Il y a des parcours qui connaissent des accélérateurs inattendus, des évènements aussi heureux que soudains mais qui, tout en vous portant vers le succès, vous éloignent aussi de vous-même, bousculé par ce rythme nouveau, enfermé dans des contraintes logistiques, marketing pas toujours faciles à vivre sur le long terme. C’est un peu ce qui est arrivé à Irma. La jeune femme, auteur, compositeur, interprète, avait fait une arrivée fracassante en 2011 avec un premier album, « Letter to the Lord ». Un disque porté par des titres forts, une voix devenue vite reconnaissable et une production inédite, celle de My Major Company. 

Crédit photo // Elliot Aubin.

À l’époque le site de production participatif bouleversait le monde de la musique en transformant les donateurs en co-producteurs. Irma, la superbe franco-camerounaise, est remarquée par les fondateurs du site grâce à ses nombreuses vidéos postées sur Youtube. Elle s’ y inscrit en 2008 et en trois jours, 70.000 euros sont versés par plus de quatre-cents personnes voyant déjà en elle toute l’étendue de son talent.

La suite, on la connaît. « Letter to the Lorld » cartonne. Il sera couronné par la critique et connaîtra là encore un coup de pouce du destin: Irma apparait dans un spot de pub pour « Chrome », le navigateur de Google. Le parcours de la jeune femme est résumé en une minute, les images sont aussi touchantes que superbes et surtout… la bande son est celle de son single, « I Know ». Dans le genre accélérateur positif : l’album voit ses ventes multipliées par trois, prend la tête des ventes sur Itunes et est certifié « Disque de platine » en 2012, année encore où Irma est nommée aux Victoires de la Musique dans la catégorie « Révélation scène ».

Et puisqu’il y a des destins où se multiplient les surprises, Google repasse sur la route un an plus tard, embarque le single « Letter to the Lord » pour une nouvelle campagne publicitaire… Et l’album refait une percée parmi les meilleures ventes sur Itunes.

Dans cette bourrasque incroyable, la jeune femme (qui ne s’est pas contentée de se laisser porter par la vague mais a poursuivi brillamment ses études pour sortir diplômée d’une grande école de commerce) continue de garder le cap. Elle sait qu’on l’attend, qu’elle ne doit pas décevoir et rester créative malgré la pression des délais. Alors elle s’envole à New York où elle enregistre « Faces » qui sortira en juin 2014, quelques mois après avoir livré le très abouti « Hear me out ».

Commence une période de doutes. « Je ressentais un manque de liberté énorme, » commente la jeune femme. « Je composais et j’écrivais mes musiques mais plus rien ne m’appartenait ensuite. J’étais une sorte de produit et dans l’entonnoir de la promo, je ne m’appartenais plus. » Pour éviter de se trahir, pour ne plus avoir ce ressenti douloureux d’être « dépossédée de sa passion », Irma se sépare à l’amiable de ses producteurs d’origine. « Nous avons une relation quasi familiale, extrêmement bienveillante donc les choses se sont déroulées tranquillement. J’ai parfaitement conscience de tout ce que je leur dois. Ils ont entendu mon besoin urgent, pour ne pas dire vital, de repli, de plus grande autonomie. »

C’est à Lyon où elle s’était exilée durant deux ans qu’elle a opéré sa mutation. En ne faisant certainement pas table rase du passé mais en revenant à ses fondamentaux, sa soif d’apprendre, son envie de creuser encore et toujours jusqu’à trouver ce qui serait « en place ». Dans son salon, Irma installe un synthé, apprend chaque jour. « Il fallait que je me réapproprie ma musique. Je me suis toujours passionnée pour les apprentissages et je m’y suis replongée avec bonheur. Cela a marqué le vrai début de ma reconstruction.  Je n’avais pas d’objectif d’album et puis à un moment, j’ai senti que ça redémarrait. Et tout s’est enchaîné comme part évidence. »

Irma a même dû réapprendre sa voix « pour que ça sorte du fond des tripes ». « Grâce à un chef extraordinaire qui dirige à Mantes-la-Jolie, dans la région parisienne, une chorale de femmes aux voix totalement unique, l’horizon s’est ouvert. J’ai quitté Lyon pour le rejoindre et chaque jour, j’ai chanté avec ces femmes exceptionnelles (qui sont d’ailleurs sur l’album désormais). Grâce à lui, avec elles, j’ai découvert que je n’utilisais que 20% de mon potentiel vocal. J’étais soprano car au fond de moi je devais m’être naturellement conditionnée à occuper ma place de femme donc à être discrète. Aujourd’hui, je suis alto et ce chemin a été un bouleversement total. Le chemin pour y parvenir n’a pas été simple et quand ma voix a réussi à se placer mes parents eux-mêmes m’ont dit ne pas m’avoir reconnue. Quand je me suis entendue, j’ai été bouleversée. Des chaines venaient de se briser et laissaient place à une véritable libération. Je ne rejetais pas l’avant mais j’étais en paix avec le passé. Ce qui finalement avait pu ressembler à une thérapie qui ne disait pas son nom avait atteint son objectif : j’avais retrouvé la foi dans la musique et l’envie. Même si les doutes seront toujours présents. »

Dans ce contexte nouveau, en chef d’orchestre de sa nouvelle destinée, sans autres entraves que celles de ses doutes, Irma a écrit, composé et produit « The Dawn », flamboyant album mixé à Londres par Rhys Downing (Mark Ronson, Hollysiz…) Elle y a distillé tous ses instruments fétiches, sa précieuse guitare acoustique bien sûr mais également des synthés, des boîtes à rythmes. « J’appellerais ça de l’afro-folk », commente-t’elle en souriant. « Black Sun », le premier extrait avait réattisé les feux de l’impatience. « The Dawn » a réussi son retour en emportant dans des contrées qu’Irma n’avait pas encore explorées et on se laisse emporter par ces plages aux ambiances contrastées, entre frissons et simples plaisirs de la danse. Une voie.. et une voix, nouvelles, le combo est gagnant.

Magali MICHEL

– Pour vous procurer The Dawn: https://lnk.to/IrmaTheDawn

Laisser un commentaire

Back to top