Ses « Enfantillages » ont 10 ans. Interview (confinée) d’Aldebert

L’histoire n’est pas finie mais elle retiendra parmi toutes les initiatives pour égayer le moment celle d’Aldebert, le Monsieur Enfance de la chanson française. Avec les rendez-vous réguliers de son « Tour de la Maison », il a fidélisé les plus jeunes (et pas seulement) et offert à travers la lucarne de l’ordinateur des fenêtres musicales enchantées, joyeusement complices et entraînantes. 

Crédit photo // Sylvain Granjon.

Il aura suffi d’un épisode de son « Tour de la Maison » pour que les parents l’attendent tel le Visiteur du soir. A voir les mines déconfites de leur progéniture quand le premier chapitre s’est refermé, il était clair que l’histoire avait raison de se prolonger et que les séquences mises en place par l’idole des plus jeunes devaient même revenir à rythme régulier tant le moment avait su réunir (et réjouir) toute la famille. Aldebert avait réussi ses « pérégrinations musicales en chaussettes » avec des invités surprises croisés au fil de ses albums, d’Archimède à Tryo, d’Amélie Crayon à Sylvain Duthu (Boulevard des Airs), Ben Mazué, Claire Keim ou bien encore Charles Souchon (liste non exhaustive à laquelle s’ajouteront plein d’autres surprises comme Gauvin Sers, Olivia Ruiz ou les Ogres de Barback.) Le « Tour de la Maison » était devenu la récompense après les devoirs, le moment câlin, la séquence joyeuse qui réunissait toutes les générations. Voire même motif de chantage du genre « si tu n’es pas sage… pas d’Aldebert! » Plus efficace que Super Nanny.

C’est à partir de 2008 que (Guillaume) Aldebert s’est imposé avec ses « Enfantillages », des albums sur l’enfance bien plus que « pour enfants », n’empruntant pas le pipi-caca-dodo, les monstres posés sans raison dansant sur des rondes minimalistes. « Je n’aurais pas su faire ça de toutes façons, » observe Aldebert. « Ce langage là et notamment pour les tous petits, ce n’est vraiment pas mon truc. Et puis c’est assez réducteur car les enfants sont d’une imagination bien plus grande que la nôtre souvent. Leur sens de l’observation est impressionnant. On peut leur parler des zombies mais rien n’empêche qu’on évoque aussi la planète, la maltraitance animale. Après les attentats de Charlie Hebdo et du Bataclan, je n’avais pas envie de rajouter à la haine. J’ai préféré prendre le contrepied et sortir « Aux âmes citoyens », une version parodique de « La Marseillaise » qui faisait appel à la bienveillance et au vivre ensemble. Ils ont parfaitement compris et on en a beaucoup parlé. Les enfants sont aussi plein d’humour, ils adorent les jeux de mots et aiment qu’on vienne les chercher par là. » C’était visiblement la bonne porte. Les « Enfantillages » soufflent leurs dix ans et ses volumes ont tous cartonné aussi bien dans les ventes d’album (par centaines de milliers) que lors de longues tournées (plus de huit cents concerts) dont les billets s’arrachent des mois à l’avance. L’album des 10 ans est sorti à la fin de l’année dernière et revisite une vingtaine des meilleurs titres de son répertoire. Pour souffler les bougies avec lui, il accueille aussi de nouveaux invités comme Les Innocents (sur « le nécessaire »), Brigitte (pour une très jolie reprise d’ « Aux âmes citoyens »), Claudio Capéo (sur « Pépette »), Sylvain Duthu (sur « Maman Noël ») entre autres. 

Qui dit anniversaire dit forcément tournée. Elle avait démarré dans la foulée avec un show encore plus exceptionnel, des acrobates, des danseurs, un nouvel orchestre de huit cordes, des cuivres, des personnages croisés au fil des textes, des invités surprises et laissé un souvenir magique dans le coeur du public qui avait eu la chance d’en être. Elle a fait un détour (en version allégée) par la Réunion en Mars et puis la pandémie a joué les troubles fêtes. « C’est clair… ce n’était un scénario prévisible. Cela bouleverse tout et le monde de la culture va se prendre le boomerang de plein fouet. Personne ne peut dire quand les salles vont rouvrir. La santé est bien évidemment prioritaire sur tous les autres facteurs mais combien de professionnels vont y laisser des plumes, voire même, pour les plus petites structures notamment, ne pas pouvoir s’en relever? »

Loin de considérer cette pause obligée comme des vacances, Aldebert poursuit l’écriture de son quatrième et prochain album, « Enfantillages autour du monde ». J’ai déjà une dizaine de titres, des maquettes qu’Hubert (Darlot) et Christophe (Harel) arrangent. L’idée d’origine était de mettre des musiques d’Afrique, d’Amérique du Sud comme d’Europe du Nord. Nous avions croisé au fil de nos tournées internationales des artistes, des chorales et nous avions envie de les faire participer. Si les séjours internationaux restent compliqués voire même carrément interdits, les séances d’enregistrement se feront sans nous puis internet fera le reste. Au total, il y aura soixante nouvelles voix, chanteurs ou comédiens. C’est euphorisant car c’est aussi une vraie mise en danger, je sors de ma zone de confort comme on dit avec ce disque entièrement « musique du monde ». J’ai l’exemple d’un Gaël Faye qui a su mélanger la world et le hip hop… Ça met la pression !» 

S’il est encore trop tôt pour en parler plus en détails, Aldebert révèle qu’il y aura une chanson (« Emmène-moi »), clairement coloriée musique cubaine, et un autre titre sur un monstre où l’on retrouvera la voix d’Alain Dorval (la voix française de Sylvester Stallone) et des cordes avec Apocalyptica, le groupe de metal symphonique finlandais. » Livraison attendue à l’automne de l’année prochaine avec une longue tournée XXL dans les plus grandes salles de France et de Belgique.

D’ici là, si la vie peut reprendre son cours avec un semblant de normalité, la tournée anniversaire et son grand concert dessiné rouvriront leurs portes. Première escale prévue le 9 octobre prochain à Bordeaux (complet), un retour à Paris pour deux Cigale les 7 et 8 novembre (complet), près de vingt cinq dates égrainées jusqu’au 20 décembre à Joué-lès-Tours. Mieux vaut ne pas manquer la billeterie, beaucoup de villes sont déjà sold out! L’effet Aldebert.

En attendant, le « Tour de la Maison » livrera jusqu’à la fin du confinement de nouveaux morceaux musicaux qui enthousiasmeront les plus jeunes et recoifferont le moral de tous les autres. D’une générosité et d’une implication sans faille, Aldebert peaufine avec brio, envoie ses textos de part et d’autres pour que ses anciens complices deviennent les partenaires d’un soir. Peu importe le temps consacré pourvu que le résultat soit à la hauteur. Et parce qu’il a des dizaines d’idées dans la tête, Aldebert pense aussi à cet autre projet fou qui verra possiblement le jour après « Enfantillages autour du Monde », un album de chansons repris par la scène metal. « Je serai « Helldebert » et ce serait « Enfantill’hard ». J’adore le metal et j’ai vu combien les mômes adorent le gros son. Ultra Vomit aurait déjà dû être sur l’album anniversaire mais les nantais étaient pris par leur DVD. Ce ne sera que partie remise. Je vois bien aussi « Super Mamie » repris par Mass Hysteria. Ce ne sera pas du tout parodique mais bien la version musclée de certaines chansons. » Une autre raison de se dire qu’Aldebert a décidément toutes les imaginations pour séduire toutes les générations. 

Magali MICHEL

– Pour suivre Aldebert: https://www.instagram.com/guillaume_aldebert/ // https://www.facebook.com/aldebertofficiel/

Laisser un commentaire

Back to top