CE QU’IL FALLAIT ENTENDRE OU DÉCOUVRIR #1

Quand l’actualité est telle qu’une vie entière ne suffirait pas pour tout voir, entendre ou découvrir, HEADLINE Magazine vous donne rendez-vous chaque mois pour ses découvertes et ses coups de coeur. Ce qu’il ne fallait pas manquer sur le net ce mois-ci, le voici ! 



CLIPS.

LES ENFOIRÉS.

Comme chaque année, la France avait rendez-vous sur TF1 en mars pour la diffusion du spectacle des Enfoirés. 

Après plusieurs singles gais mais pas vraiment transcendants, la troupe créée par Coluche avait cette fois-ci demandé à Boulevard Des Airs de composer l’hymne de l’année. Naissait alors « À côté de toi ». Avec cette chanson facilement reconnaissable tant l’univers du groupe originaire de Tarbes est singulier, les Enfoirés s’offrent enfin une bouffée d’air frais. « À côté de toi » s’est rapidement placé en tête des Charts français. Les Enfoirés peuvent remercier Boulevard Des Airs. 

Dukes of Paris. 

Bertrand aka Popy, plus connu du grand public comme le guitariste de No One Is Innocent, est aussi la moitié du duo des Dukes of Paris. Loin des riffs énervés qui ont fait la réputation du groupe de rock, les Dukes of Paris sortaient le 16 mars dernier « Vedette Américaine » avec toujours cet électro rock qui les caractérise. Lors de leur dernier clip, les Dukes côtoyaient des Zombies et des chiens… Aujourd’hui ils sont de retour, dans une version happy ending puisque les chiens conduisent désormais des Cadillac et les zombies finissent écrasés. Louphoque, on vous avait dit.
Avec ce dernier extrait de leur EP sorti l’année dernière, les Dukes of Paris se démarquent encore une fois et nous entraînent dans leur univers. Il ne reste plus qu’à leur souhaiter un succès à la hauteur de leur extravagance. 


LIVE(s).

Période de confinement oblige, on ne rappellera pas que rester chez soi est essentiel, les lives Facebook et Instagram fleurissent sur le net. Tendances au possible, les rendez-vous sont nombreux pour alimenter le lien avec le public qui a parfois du mal à choisir.

Mais il en est deux qui ont su tirer leur épingle du jeu avec une originalité propre.

LES CHANSONS QUOTIDIENNES DE BENJAMIN BIOLAY.

Doit-on encore présenter Benjamin Biolay? Auteur, compositeur, producteur, musicien hors-pair et acteur à César, Benjamin Biolay est un touche-à-tout est ça lui réussit. Le 19 mars dernier, BB comme l’appellent certains, dévoilait une jolie surprise sur son Instagram. Une chanson par jour, préférablement une cover, en acoustique, durant la totalité du confinement. En dix jours les notes de Bashung, Barbara, Daho, Gainsbourg et bien d’autres ont résonnés. Comme un shot de soleil en cliquant sur Instagram, on se révèle vite impatient de l’arrivée du prochain post et de la sortie de la dernière reprise. 

LES ENSEIGNEMENTS DE GRAND CORPS MALADE.

La période n’est pas vraiment à rire. Certains ont beau avoir des confinements plus faciles que d’autres, la règle est la même pour tout le monde. Les informations sont anxiogènes et les bonnes nouvelles se font rares. Pourtant, avec une aisance des mots qui n’appartient qu’à lui, Grand Corps Malade tourne en dérision sa propre situation. On découvre ainsi que le chanteur/slammeur crée des records de rangements de lave-vaisselle, dévoile une passion pour Ninjago (ndlr: dessin-animé pour enfants) et la façon dont il garde le lien avec ses proches à coup de groupes WhatsApp. Drôle à souhait, ses « enseignements » quotidiens sont à lire et relire sur son Instagram et son Facebook.

-L’instagram de Grand Corps Malade-


DÉCOUVERTES.

BRUISES. 

Dans la famille Sokolinski, après la talentueuse soeur musicienne et actrice, je demande le frère. Producteur multi instrumentiste, Max Sokolinski rencontre Adah Dylan, artiste américano-autrichienne et forme très vite Bruises. En cassant les codes par un savant mixage de Rock psychédélique et de Trip-Hop, Bruises est très vite repéré par Gucci, Paco Rabanne ou encore Variety. 

Après un premier single, « 1992 », aussi poétique que magnétique, porté par la voix suave d’Adah et des sonorités qui n’appartiennent qu’à eux, le duo s’apprête à dévoiler son premier EP. « Sexymental » sortira le 3 avril. Inspirés et inspirants, résolument modernes et parfaitement rétros, ils sont à découvrir d’urgence. 

Crédit photo // Cheyne Tillier-Daly.

LUKAS IONESCO.

Sosie de l’acteur Niels Schneider ou encore de Kurt Cobain, Lukas Ionesco a la blondeur romantique et la musique qui va avec. Aux accents folks et grunges, Lukas Ionesco publiait le 18 mars dernier « Magic Stone », son premier album. Du haut de ses 25 ans, le fils d’Eva Ionesco semble déjà avoir eu mille vies. D’abord acteur avec un premier rôle dans « The Smell Of Us » de Larry Clark, puis quelques années plus tard dans « Une Jeunesse Dorée » aux côtés d’Isabelle Huppert, Lukas Ionesco se révèle ensuite en tant que musicien avec la sortie de  son EP « Paris Texas », enregistré à New-York.

Magic Stone, son premier album est entièrement « homemade » et réalisé entièrement seul (ou presque, puisque sa compagne Clara Benador y appose sa voix ainsi que les notes de flute et d’accordéon) est à écouter si l’on veut se plonger dans une ambiance aussi enveloppante que mélancolique. 

Crédit photo // David Maurel.


SORTIES.  

EHLA – PAS D’ICI.

Avec une interview tout juste publiée, nous ne pouvions pas ne pas l’inclure. Alors si vous ne connaissez toujours pas Ehla, elle est à découvrir ici et à écouter juste ci-dessous. 

YSEULT – NOIR.

Par sa musique oscillant entre la trap et le piano/voix, Yseult a su se créer une place bien à elle dans le paysage de la chanson française.

Avec une telle pochette, Yseult pose dans le cadre et c’est beau à voir. À l’heure des diktats de la minceur et des normes de beauté dans lesquels il faut rentrer, Yseult impose son style et inspire par la manière dont elle se met à nue aussi bien physiquement que psychologiquement. Dans « Corps », son dernier EP sorti en fin d’année dernière, les textes sont bruts, intimes, la prod est percutante. Tout est fort, symbolique, accrocheur. Quand la musique commence, on ne peut que l’écouter. 

Déjà un phénomène, sa success story ne fait que commencer. À suivre avec attention.


Laisser un commentaire

Back to top