Yamin Dib, le comédien qui ne fait pas semblant

On lui doit d’ajouter de la wifi dans « La Légende du Roi Arthur », de glisser Lady Gaga au milieu de « Mozart, L’Opéra Rock », entre autres. Mais Yamin Dib ne se résume pas à ce roi des anachronismes, ce trublion au sens comique inégalable et à la répartie affûtée. C’est aussi un immense comédien qui sait mettre dans ses rôles tragiques toute la tendresse et la sensibilité que ses boutades ne réussiront pas à masquer.

DSC_4811

Dove Attia le réclamait depuis longtemps, il le rêvait dans le rôle de Ké, le demi-frère du Roi Arthur. Mais Yamin Dib était pris par une pièce très forte, mise en scène par Nour-Eddine Maâmar, « Le voleur d’autobus », joué durant le dernier Festival Off d’Avignon. L’histoire d’un homme dont la femme est mourante à l’hôpital et qui s’empare du bus censé lui permettre de la rejoindre à temps car le chauffeur est un bon à rien désinvolte. Il arrivera trop tard et bien sûr, il sera jugé. Cette tragi-comédie sociale qui pointe du doigt les mauvaises répartitions des richesses, les vies déjà tracées, l’absurdité du système social a aussi un humour corrosif. « C’est une pièce incroyablement riche, bouleversante souvent mais surtout tellement vraie. Pour un acteur, c’est superbe à jouer et j’ai la chance d’avoir pour partenaire, Linda Chaïb, qui est une actrice magnifique. Concilier les deux projets aurait été compliqué même si la tentation était grande… »

Si grande que Yamin Dib a fini par entendre les sirènes de la Table Ronde et a accepté de reprendre pour toutes les dates de tournée le rôle de Ké, laissé vacant par Olivier Mathieu, appelé sur un autre projet. Mais en éternel perfectionniste, le comédien ne s’est pas contenté de reprendre l’habit. Il a quasiment entièrement réécrit le rôle. « J’ai longuement regardé les vidéos du spectacle, je suis allé à plusieurs représentations et j’ai trouvé que Ké manquait de densité, qu’il fallait lui donner une autre colonne vertébrale. Je ne le voyais pas dans ce frangin gaffeur aux allures de bouffon du roi. Désormais, Ké veut devenir lui aussi chevalier de la Table Ronde et il se verrait sans problème à la place de Lancelot en inconscient qu’il est. » Cette nouvelle version a bien sûr été soumise à Dove Attia et Giuliano Peparini, le metteur en scène, qui l’ont immédiatement adoubée. Ne restait plus qu’à répéter. « On a fait deux, trois séances de travail puis j’ai eu quatre heures de répétition. Pas davantage! impossible en effet de faire venir la troupe pour caler les moments, vérifier le bon fonctionnement des réparties. La première a donc été le vrai test. Et ça a semblé fonctionner! »  DSC_4815 DSC_5110

Les fidèles des comédies musicales espéraient depuis longtemps ce retour et ont en effet réservé à Yamin Dib un accueil impressionnant. De quoi lui enlever ses derniers doutes et l’encourager à ajuster ses répliques en fonction des villes de la tournée, un exercice qu’il affectionne particulièrement. A Brest, on a ainsi entendu Ké reprendre « Tri Martelod » et manier la langue bretonne avec une belle dextérité, ce qui n’a pas manqué de faire rire le public… et ses partenaires pourtant très concentrés. « J’ai pensé un moment à faire du one man show. Et puis je me suis rendu compte que cette solitude n’était pas pour moi. J’ai besoin des autres pour jouer, les vannes ne sont jamais meilleures que lorsqu’elles bénéficient d’un retour. Avec David Alexis, qui joue Merlin, on s’est rencontré dans « Dothy, le magicien d’Oz » voilà près de dix ans et on est resté très potes. On a une forme d’humour assez similaire. Savoir que nous aurions ces échanges sur scène dopait l’écriture. Jouer à plusieurs, c’est quand même retrouver l’essence même de ce métier. »

On le sait peu mais Yamin Dib n’a pas débarqué un matin au milieu des comédies musicales à succès armé de son seul amour de la rigolade. Après avoir suivi les cours du Conservatoire d’Annecy, il a filé en Italie apprendre la Comedia dell’arte comme ténor puis il a rejoint le Cours Florent. Histoire de se donner toutes les cartes, le jeune comédien apprend aussi les techniques de choristes, la façon de placer sa voix en studio ainsi que les ficelles du doublage. « Plus on a d’expériences, de connaissances, plus on est rassuré. Je n’étais pas certain que ce parcours ouvrirait les bonnes portes, surtout quand on n’est pas le grand blond aux yeux bleus à mettre en beau sur l’affiche mais j’étais convaincu qu’un jour ou l’autre, ça me permettrait au minimum de vivre de ce métier. Et ce fut le cas! »
DSC_5280

 Yamin Dib et David Alexis (Merlin).

DSC_4820

En 1988, il débute en Sganarelle dans « Dom Juan » puis il prend part à « L’ arrestation », d’ Anouilh avant de figurer dans de nombreuses séries télé à succès, « Commissaire Moulin », « PJ » ou « La Crim ». En 1992, Patrice Leconte le dirige dans « Tango ». C’est en 2000 qu’il fait ses premiers pas dans le monde de la comédie musicale avec « Les Mille et une vies d’Ali Baba » où il tient le rôle du Perroquet. Repéré par le producteur Jean-Claude Camus, on le retrouve alors en ami du couple formé par Alexandra Lamy et Jean Dujardin dans « Un gars, une fille ». Suivent d’autres séries comme « Caméra Café 2 » avec Yvan le Belloc’h et Bruno Solo, « Scènes de Ménage » ou  « Le vrai journal » de Karl Zéro. De nombreux doublages aussi, pour Le Roi Lion 3, Kiri le Clown ou Starracers… la formation n’avait donc pas été inutile!

« En 2007, j’ai intégré la série « 5/5 » d’ Eric Métayer et cela a constitué un moment important. D’Abord parce qu’Eric Métayer a quand même le talent en héritage et parce qu’il m’ a redemandé sept ans plus tard pour « Le Train Fantôme », une pièce impossible à résumer, dans laquelle le public devenait lui même acteur, et qui a connu un joli succès à la Gaité Montparnasse. Preuve que les rencontres sont essentielles dans ce métier. J’ai vécu la même chose quelques années plus tard. J’étais dans « Dothy, le magicien d’Oz » au Grand Rex, produit par Dove Attia, en 2009. Il m’a rappelé ensuite pour tous ses spectacles et je suis devenu Rosenberg dans « Mozart, l’Opéra Rock », Ramard dans « 1789, les Amants de la Bastille » et donc Ké, pour la tournée de « La Légende Du Roi Arthur ». Il n’y a rien de réducteur dans ces personnages comiques qui ponctuent l’intrigue. Je les considère plutôt comme permettant une belle mise en lumière et comme le public est fidèle, je me sens assez chanceux. »

DSC_4812 DSC_5282

La tournée s’achèvera en juin à Lille. Alors Yamin Dib pourra s’atteler à ce projet qu’il porte depuis des années, la réalisation de son premier film, « Le P’tit Bougnoule », une production Prod Et In, un film produit par Douglas Lemenu. L’ histoire simple et sans pathos de l’arrivée dans un village de l’Ain, d’un gamin de sept ans, né dans une famille aux origines maghrébines. Les parents qui ne font pas les choses à moitié veulent pour lui une intégration totale, l’inscrivent au catéchisme, ne parlent pas de leurs propres origines. Et puis il est renversé par une voiture et plonge dans le  coma. Il faut alors retrouver les témoins de cet accident mais personne ne veut parler… Difficile de ne pas y voir une part autobiographique lui qui est né à Marseille et a lui aussi déménagé dans l’Ain, ses parents souhaitant pour lui et ses frères et soeurs, une vie française parfaite, intégrée et si possible avec de jolis résultats. « Evidemment qu’il y a de moi dans cette histoire… bien que je l’ai beaucoup adaptée. Je veux montrer que la vie pouvait être assez douce quand on était immigré dans ces années là, loin du bruit des cités. Jusqu’à ce que la rumeur enfle, que la province prouve qu’elle n’échappe pas davantage au racisme ordinaire. Il y aura donc plein de sentiments contraires et des rebondissements.» Yamin Dib a mis de côté son humour irrésistible. Le regard se charge de tendresse et de douceur. Il sourit, songeur… Ce film, vraiment, il y tient. Le format n’est pas encore fixé, court ou moyen métrage, un format TV aussi pourquoi pas car cette vision de l’immigration tranche des scénarios habituels. Le tournage devrait avoir lieu cet été, dans la région Rhône-Alpes. Puis à l’automne, il repartira en tournée avec « Le voleur d’Autobus » et s’envolera trois semaines dans les pays de l’Est avec la troupe de « Mozart, le symphonique ». Il n’était pas de la première tournée en Russie et en France. Il sera de cette quinzaine de dates, sorte de Maître de cérémonie façon Emcee dans « Cabaret ».

DSC_4806

DSC_5118

D’ici là, Yamin Dib aura aussi eu le temps de profiter des escales de «La Légende du Roi Arthur » pour tourner de nouveaux épisodes de « C’est pas la bonne… », la web-série écrite avec David Alexis, les deux compères jouant Djamila et Ludvila sous la caméra de Julien Lamassonne. « Elles ne brillent pas par leur intelligence ces deux là mais leur absurdité semble plaire. Le teaser a beaucoup fait parler, le premier numéro avec Florent Mothe en invité, également. Nous avons déjà plusieurs autres épisodes en boite. Chaque fois avec un thème et des invités différents. On écrit pendant les trajets, on tourne entre deux représentations. Ca va vite mais ça ressemble bien finalement au rythme que l’on souhaite impulser dans cette série. Je ne sais pas où tout ça nous mènera. Mais dans la vie existe t’il quelque chose qui soit inscrit d’avance..? »

Magali MICHEL.

Crédits photos // Sophie BRANDET. 

DSC_5302

Derrière la caméra, Julien Lamassonne.

DSC_5295-2 DSC_5336

compas (3)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s