The Script poursuit sa belle histoire au Main Square Festival.

Après l’Olympia en Janvier 2013 et le Zénith en Mars dernier, The Script était de retour en France pour son premier festival dans l’Hexagone. Un bapteme du feu célébré avec 40.000 fans massés dans la Citadelle d’Arras. Grâce au trio irlandais, le Main Square Festival connaissait son premier temps fort. énergique. Joyeux. Une heure d’Irish Power en partage.

« Thanks for coming! Really nice to meet you. Do you want a Curly? » Ok ! On se reprend. Danny, je t’explique, c’est nous qui sommes heureux de te rencontrer. Heureuses de pouvoir échanger avec vous les gars alors que dans la cour voisine de la Citadelle, près de 40.000 fans vous font déjà les yeux doux. Alors que le Main Square d’Arras est votre premier festival en France, que vous êtes en tournée mondiale et qu’il y a deux semaines, vous donniez un show d’anthologie dans le mythique stade de Croke Park à Dublin. Quatre-vingt mille personnes, excusez du peu!! Donc, « Nice to meet you! » effectivement mais c’est nous qui le disons. Right ?!

Amusés et joyeux, Danny O’Donoghue, Mark Sheehan et Glen Power, consentent mais continuent de s’inquiéter de notre bien-être. Il fait 40 degrés dehors, à défaut de Curlys, on prendrait peut-être des « candy » ? « No, no !! Thanks. Really! » Et puis on ne va pas manger nos vingt minutes d’entretien en considérations gourmandes. Ce serait quand même bêta.

DSC_3504 DSC_3572 DSC_3641

Difficile de faire plus cool que ces irlandais là. Il leur aura pourtant fallu à peine sept ans et seulement quatre albums pour traverser ce « Hall of Fame » vanté sur leur précédent album. Sept ans pour vivre cette période totalement folle où chaque avion les emporte vers un nouveau succès. « That’s truly amazing !! We couldn’t be happier or more thankful. » On le serait à moins!!

A l’origine,  Danny O’ Donoghue et Mark Sheehan, copains d’enfance, natifs des quartiers pauvres de Dublin, fans de musique en général, de musique noire américaine en particulier, étaient producteurs. Ils avaient migré outre Atlantique et travaillaient avec Rodney Jerkins, The Neptunes, Teddy Reilly et Dallas Austin, où leur façon d’écrire et leur production en partenariat avaient vite séduit. Jusqu’au jour où le tandem a eu envie de rentrer en Irlande pour sortir ses propres partitions. Ils recrutent alors le batteur Glen Power et forment « My Town » avec deux autres musiciens. Le succès est relatif. Le trio se reforme sous le nom de « The Script » « parce que nos chansons se veulent comme des histoires, avec un début, une fin et entre les deux, l’évocation de problèmes aussi bien personnels que plus universels. »

DSC_3500

Le premier album éponyme sort en août 2008. Les singles font aussitôt exploser les pronostics les plus optimistes. « We Cry », qui est une allusion directe au lourd passé irlandais, est un succès mondial. « The Man who can’t be moved » totalise plus d’un million de ventes aux Etats-Unis… et plus de soixante millions de vues sur Youtube. « On hallucinait et en même temps, on doutait car on avait assez vécu pour savoir que dans ce métier, rien n’est jamais acquis. On a décroché deux Award pour cet album mais je me demandais si nous allions avoir la chance de durer… » se souvient Danny O’Donoghue. « C’était un moment très étrange avec des sentiments contrastés en fait. » D’autant plus contrastés que le chanteur et Mark Sheehan perdent coup sur coup un de leurs parents mais réussissent malgré tout à finir l’album. « If you could see me now », sur l’opus suivant, sera un hommage émouvant, là aussi porteur d’énorme succès.

Trois ans plus tard, The Script sort « Science and Faith ». « For the first time », premier extrait, entre directement dans le top 4 au Royaume Uni et aux Etats Unis. Le trio partage des scènes avec U2, Paul McCartney. « La tournée avec cet album était si incroyable que jamais nous aurions imaginé vivre plus fort encore, » se souvient Mark Sheehan. « 55.000 fans à l’Aviva Stadium, c’était un cadeau énorme, plein d’émotions. » L’année suivante pourtant, par la grâce d’un titre en collaboration avec Will.I.Am (avec qui Danny O’Donoghue partage le jury de The Voice UK), The Script connaît une envolée plus haute encore. « Hall of Fame » devient le plus gros succès du groupe, avec des dizaines de disques d’or partout dans le monde et plus de 150.000.000 de visionnages sur Youtube. « Là encore, il faut essayer de conserver son calme et ne pas bouder son enthousiasme. Comment ne pas être heureux de ça? Quel artiste ne rêverait pas de cet immense succès? Aujourd’hui, cette chanson est incontournable. Impossible de ne pas la jouer sur scène! Elle aurait pu nous enfermer dans un genre mais finalement, « Six degrees of separation » et « If you could see me now » ayant elles aussi rencontré le succès, aucun titre n’a effacé les autres. C’est important pour nous de constater ça, » poursuit Danny O’ Donoghue. « Je suis heureux quand chaque chanson, chaque album trouve la place que nous leur souhaitions. Là aussi, cela doit raconter une histoire. La notre, pas seulement nos vies mais nos regards croisés sur le monde qui nous entoure. Comme « Superheroes », single de « No Sound without Silence », notre album sorti voilà un an. Nous souhaitions rendre hommage à notre façon à tous ces gens, tous ces anonymes qui se battent au quotidien pour faire vivre leur famille et parfois même pour survivre, tout simplement. Nous ne faisons pas de politique. Ce que nous faisons ne nous donne pas le droit de nous penser ambassadeurs de l’Irlande. Nous buvons des bières, nous ne sommes pas des modèles. Mais nous sommes des citoyens qui ont la chance de voyager partout dans le monde et à ce titre, nous devons garder les yeux ouverts. Et partager… Nothing’s better ! »

DSC_3622 DSC_3564 DSC_3544

Credo manifeste si l’on en juge par ce qui se passe sur scène. Il y a deux ans, lorsqu’il était à l’affiche de l’Olympia, The Script assurait le show avec la facilité de ceux qui sont portés par leurs fans. Aujourd’hui, affranchis de toutes les pressions, Danny O’Donoghue et Mark Sheehan bougent davantage, le premier n’hésitant pas à chanter en traversant le public avec une Go Pro, le second en mouvements constants avec sa guitare d’un bout à l’autre de la scène. Comment appréhendent-ils ce premier Festival en France parmi les plus importants d’Europe ? « Avec bonheur! Mais en ayant conscience que le public vient aussi pour tous les autres groupes programmés aujourd’hui. C’est important de ne pas l’oublier. Après, s’ils viennent aussi pour nous, évidemment, c’est cool! »

DSC_3510

Un petit regard sur ce qui les attend face à la Main Stage aurait suffi à les renseigner. Des dizaines de pancartes porteuses de demandes en tous genres, des dédicaces qui laissaient peu de place aux doutes, The Script scandé en choeur… Et quand le trio surgit sur scène, les voix enthousiastes qui reprennent en choeur sitôt les premiers accords. Assez bluffant. « On est en été. Un festival est un moment joyeux, on a donc pensé la setlist en excluant toute chanson triste. Il faut que les gens aient le sourire. Je ne sais pas ce que sera notre prochain album ni précisément quand il sortira », poursuit Danny O’Donoghue. « Mais je voudrais que ces sentiments réciproques vécus durant cette expérience unique de tournée aussi monstrueuse et sold out soient gravés d’une manière ou d’une autre. Est-ce que nous sortirons un live ? Y aura t’il un DVD ? C’est encore trop tôt pour le dire. Mais il faut qu’il y ait une trace de tous ces moments. Chaque rencontre avec une personne comme avec un public est un souvenir à jamais inscrit… Are you sure you don’t want a Curly? So nice to meet you! » Danny, tu abuses. Je ne sais pas si « nice » est le mot juste. Mais incroyablement fun est certainement le bon résumé.

Magali MICHEL.

Crédit photo écran // Magali MICHEL.

Crédits photos autres // Sophie BRANDET.

DSC_3553 DSC_3496

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s