James Bay: son heure est arrivée!

Un Fedora à bords larges sur une longue chevelure ondulée. Malgré le couvre chef fétiche des princes de la Mafia, James Bay ne la joue pas rebelle et ce n’est certainement pas par hold-up qu’il gravira les marches menant à sa renommée. Le jeune auteur-compositeur britannique a glissé des tonnes de patience dans ses guitares. Accords parfaits.

James Bay, 23 ans, natif de Hitchin, commune de 30.000 habitants au nord de Londres. Il y a quelques mois encore, ce nom ne disait rien. En France en tous cas. Puis par la grâce soudaine de « Band of the day », l’application qui offre chaque jour une mise en lumière à de jeunes talents, « Move together », l’un de ses premiers titres, a fait naître la curiosité. L’envie d’en savoir plus sur cette voix incroyable, loin des enrobages artificiels, dans la lignée des Bob Dylan, Joni Mitchell, sur ce son qui au delà des ressemblances, lui était propre. Apparemment, nous n’étions pas les seuls puisqu’un an et un autre EP plus tard, le jeune artiste a déjà au compteur des milliers de fans, des premières parties fabuleuses et des dizaines de dates à travers l’Europe et les Etats-Unis. « Band of the Day a été une aide importante qui m’a permis d’exporter ma musique et de me faire connaître en plus des concerts. C’est cool de savoir que ça m’a permis d’être apprécié jusqu’en France. Mais la route est encore longue. Et à ce stade de mon parcours, je ne sais pas si on peut déjà parler de « carrière ».

James Bay est le premier musicien de la famille. Ses parents, véritables passionnés, avaient une collection importante de disques de genres totalement différents. La maison n’avait pas le temps d’être silencieuse! La guitare s’est imposée naturellement et la partition a naturellement surfé sur ce patchwork. « Ma musique est le reflet de tous ces artistes que nous écoutions. Forcément! Mais mon plus fort souvenir reste « Americana » de Bruce Sprinsgteen. C’était tellement parfait. Aujourd’hui encore, cet album est essentiel. »

Petit à petit, James Bay a alors fait son nid, tissé des liens solides avec un auditoire qui lui est désormais fidèle Outre Manche, conscient que la concurrence serait rude mais se disant « qu’un jour peut-être… » Une philosophie qui a porté ses fruits. Et même très vite puisqu’en octobre dernier, il était choisi pour assurer la première partie des Rolling Stones à Hyde Park. Il y a pire coup de projecteur ! Les irlandais de Kodaline l’ont également sollicité pour les accompagner pendant leur tournée en Grande Bretagne et aux Etats Unis. « Pour la France, ce n’était pas moi. J’aurais bien aimé mais le contrat ne le prévoyait pas. C’était quand même très cool! Assez génial, même!!  »

Une aventure qui ne lui a pas tourné la tête pour autant. La preuve, il confie que l’un de ses plus forts frissons… il l’a vécu alors qu’il poursuivait ce printemps une tournée en solo aux Etats Unis. A la fin de son concert, il a remercié en précisant que c’était son anniversaire. Le public s’est mis à chanter… Il en est encore ému. Difficile de faire plus authentique et simple alors que le passé récent a de quoi donner le vertige : « C’est vrai que les dix-huit derniers mois ont été incroyables! J’ai signé pour un disque avec Republic Records à New York et j’ai sillonné les Etats Unis avec des artistes aussi extraordinaires que Kodaline, ZZ Ward, John Newman ou Tom Odell. J’ai aussi commencé à travailler sur mon album, à Nashville. Après un retour cet été en Angleterre pour quelques concerts et pour jouer dans des festivals avec mes musiciens, je reviendrai aux Etats Unis fin septembre. Je continue… »

Sillonner les salles sans mastodonte en haut de l’affiche ne lui fait pas peur. « Au contraire! J’adore ces moments où je suis seul. C’est comme si je recommençais au tout début. C’est assez confortable et ça offre une vraie proximité avec le public. Pour ce retour cependant, je serai accompagné de mon batteur qui joue aussi du piano. Ça devrait le faire! »

James Bay, fin observateur de la vie, véritable mémoire à émotions, en profitera aussi pour engranger des idées de chansons. « En tournée, je trouve toujours du temps pour empiler les idées, tenter de développer des thèmes. Après, que je les finisse ou pas ces chansons, c’est une autre histoire… Mais l’inspiration est partout. 99% de mes chansons trouvent leur inspiration à partir d’une musique. Un morceau de guitare, une mélodie, quelques accords… et l’histoire se met en marche. » Des histoires qui lui ressemblent et qui sont si personnelles qu’il ne se verrait pas encore écrire pour d’autres. « J’ai bien bouclé quelques chansons dont je sais qu’elles ne sont pas pour moi. Qu’elles sonneraient même beaucoup mieux grâce à une autre voix que la mienne! Je suis donc très ouvert à l’idée que certains refrains m’échappent. Mais pour le moment c’est arrivé trop peu de fois pour que je puisse envisager cette forme d’écriture plus « détachée » de ce que je suis… Alors au final, j’écris selon mes émotions et je le garde ces chansons pour moi. »

Sorti début juin « Let it Go », son nouvel EP (fort de cinq titres magnifiques), commence à faire un carton dans les radios anglaises. L’émotion qui se dégage de la chanson ayant donné son nom au disque, n’a échappé à personne. « If you want to be in love », beaucoup plus fun et superbement réalisé, devrait (si on peut tenter la suggestion!!) être choisi comme second extrait. Carton assuré!!

Le 9 septembre, James Bay jouera à guichets fermés dans l’enceinte de la fameuse Stephen’s Church de Londres. Fort de ce succès, il a du rajouter une date le lendemain. Puis le 4 octobre, il sera au Kesskler Theater de Dallas. Avec un album à finir en ligne de mire.

En cette période où triomphent les nouveaux baladins avec leur guitare pour (presque) seule compagne, les Ed Sheeran, Passenger que rejoindront très vite Lewis Watson ou Ryan Keen, James Bay réussit tranquillement à trouver sa place. Aisément reconnaissable. Et ce n’est pas seulement une question de chapeau.

Magali MICHEL.

compas (3)

2 réflexions au sujet de « James Bay: son heure est arrivée! »

  1. Un artiste que j’ai découvert il y a peu. Je trouve ces deux EP exceptionnel ! J’adore de A à Z. « Let it go », « Move together » etc… c’est vraiment très bon ! Super article, merci 🙂 !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s