Festival Poupet 2014.

Stromae, Mickael Gregorio, Gad Elmaleh, Patrick Sebastien ou bien encore Christophe Maé, Placebo, Etienne Daho… Entre le 7 et le 25 juillet, tous s’apprêtent à mettre le cap sur le Festival de Poupet, permettant une fois de plus à Saint-Malo du Bois, terre d’irréductibles vendéens, de jouer dans la cour des très grands.

On aurait du y voir un signe lorsqu’en 1987, Saint-Malo du Bois a pris part avec son moulin en paille de six mètres de haut, au Festival des Records d’Aubigny, alors l’une des très célèbres manifestations régionales. Les records… une tradition locale! Depuis la création du theâtre de verdure en 1998 et la présence de Pierre Bachelet l’année suivante, les 20.000 spectateurs très vite réunis, la musique, le spectacle vivant est devenu porte étendard de cette commune de mille cinq cents habitants dont la plupart sont bénévoles sur la manifestation. Le succès ne s’est jamais démenti (on passera sur les années de galère du fait d’un voisin un peu chatouilleux de l’oreille. Deux années sans son avant que l’organisation rachète la maison de cet empêcheur de jouer en rond) et ce sont les tourneurs qui se battent désormais pour inscrire Poupet dans les parcours de leurs protégés.

Les compteurs n’en finissent plus d’exploser. En 2006, pour souffler les vingt ans, Johnny Hallyday donnait un concert exceptionnel devant… 32.000 personnes. En 2013, plus de 8.000 personnes à l’ouverture de la billetterie pour David Guetta. Record battu et de façon très large pour l’ édition 2014 : le 7 mars dernier, il aura suffi de quelques heures pour que le concert de Stromaé enregistre 12.000 ventes sur les 15.000 escomptées. Succès également pour Gad Elmaleh quasi complet immédiatement, Mickaël Gregorio ou bien encore l’affiche réunissant Patrick Sébastien-La Compagnie Créole et Francky Vincent. Quant aux cinq-cents pass donnant accès à la totalité de la manifestation, ils se sont arrachés. Et il n’y en en aura plus d’autres mis à la vente, tant pis pour les retardataires.

La cuvée 2014 a su varier les plaisirs pour séduire tous les publics, ceux qui ont envie de revoir Bertrand Cantat avec Détroit comme ceux qui auront envie de faire tourner les serviettes avec Patrick Sébastien. Des écarts de style parfois audacieux mais Poupet refuse d’être figé dans une unicité de choix et revendique le droit de convier la même année Placebo et la Compagnie Créole, Gad Elmaleh et Zaz. Ni « chanson française », ni « nouvelle scène », ni « rock » mais un peu tout çà à la fois. Parce que les organisateurs ont bien compris qu’en réussissant le parfait mélange, ils attiraient souvent des familles entières, ce qui donne aussi à ce festival un caractère particulier.

Dans deux ans, le festival de Poupet aura trente ans. Beaucoup interrogent déjà pour savoir quelle tête d’affiche sera de la fête. La question est le reflet d’une curiosité légitime. Mais est-elle fondée quand on observe le crû 2014 ? Quel serait l’intérêt d’une course à la surenchère ? Le succès du Festival de Saint-Malo des Bois passe sans doute par cet équilibre dans le choix des artistes, la scène offerte aux musiciens encore débutants, les grandes soirées autour de ceux qui squattent au sommet des charts. Alors inutile de focaliser sur ce 30ème anniversaire. Cette année est déjà une édition exceptionnelle. Cueillons l’instant!

 

PROGRAMMATION 2014.

Lundi 7 Juillet : Milky Chance et Jack Johnson.

Après une tournée à guichets fermés en Allemagne, les deux complices natifs d’Outre Rhin partent à la conquête de l’Europe. Leur indie folk influencé par le reggae et la musique électronique n’en finit pas de séduire.

Dans la lignée de Ben Harper mais se revendiquant tout autant de Neil Young ou des Beatles, Jack Johnson joue de la guitare depuis l’enfance. Avec sa voix suave, il distille un folk-rock acoustique qui collera parfaitement à l’esprit intimiste du théâtre de verdure.

Jack Johnson.

 

Mardi 8 Juillet : Boulevard des Airs et Zaz.

Boulevard des Airs est un joyeux mélange de chansons françaises, reggae, punk, rock. Ils sont déjà venus à Poupet et reviennent y célébrer leurs dix ans.

Plus vraiment nécessaire de présenter, cette rebelle espiègle qui veut glisser de la joie et de la bonne humeur partout où elle passe. Grâce à son investiture dans le très fermé cercle des Enfoirés, Zaz a convaincu Jean-Jacques Goldman de lui composer des chansons. Une reconnaissance professionnelle qui complète l’engouement d’un public qui ne cesse de gonfler. COMPLET.

Zaz.

 

Vendredi 11 Juillet : AuDen, HollySiz et Etienne Daho.

AuDen (traduction poétique d’Adrien en gaëlique) est né en terre bretonne voilà 25 ans. Ses chansons parlent des vagues (à l’âme), des ressacs (amoureux) et des landes abandonnées (par les sentiments). Une ballade tempétueuse et superbe.

En endossant le costume d’HollySiz, le rouge vermillon et la chevelure ultra peroxydée, Cécile Cassel réussit à faire oublier qu’elle était connue pour son parcours de comédienne. Des mélodies pop, rock et électro, une jolie puissance vocale, vitaminée ou mélancolique, çà sent la Victoire.

En plus de trente ans, Etienne Daho a marqué de ses tubes la chanson française et n’a jamais quitté la panoplie du dandy désinvolte et désabusé. Encensé par les critiques, son dernier album est l’occasion d’un retour sur scène après plusieurs années de silence. Sa venue à Poupet est incontestablement l’un des temps marquants de l’édition 2014.

Etienne Daho.

 

 

Lundi 14 juillet : L.A. et Placebo.

Brian Molko et ses potes adorent toujours les maquillages extravagants, les riffs crus, jouent des ambiguïtés et continuent de cultiver une musique hors norme qu’ils qualifient de « pop rock ».. tout en se revendiquant aussi franchement punk! Ca promet!

Placebo.

 

 

Lundi 15 Juillet : Louis Delort et Christophe Maé.

Depuis deux ans, The Voice et 1789 dont il occupait l’un des rôles phares, Louis Delort n’a pas arrêté sur la route du succès. Il poursuit avec The Sheperds, son groupe depuis des années. L’album sortira en octobre mais plusieurs titres sont déjà connus. Après un concert parisien à guichet fermé, c’est un plaisir de le voir à Poupet.

Christophe Maé reste l’artiste des superlatifs. Toujours plus d’albums vendus, de tubes, d’énergie dans les concerts, des concerts qui réunissent de plus en plus de monde. La petite entreprise de Christophe Maé ignore la crise du disque et il n’en finit plus de tracer sa route avec passion. De sa parenthèse en Louisiane, Christophe Maé a rapporté des couleurs, des visages, qu’il croise à ses émotions quotidiennes. Son retour en Vendée sera encore gagnant.

Christophe Maé.

 

 

Mercredi 16 juillet: Yodelice et Vanessa Paradis.

L’énergie de Yodelice est rock. Ses chansons parlent sans détour comme s’il y avait urgence à dire. Sur son visage, sa désormais fameuse cicatrice triangulaire, symbole des jours passés et dans la voix, l’envie de partager l’extravagance d’être un homme en quête de son identité. Avec Square Eyes, les miroirs observent la vie.

Avec enthousiasme et fierté, Poupet ouvre à nouveau sa scène à Vanessa Paradis. Love Songs, son dernier album, y aura la part belle, découvrant la palette de la majeure partie de nos sentiments. Toujours aussi élégante, entre force et fragilité, Vanessa Paradis démontre une fois encore que ceux qui ne la voyaient pas aller bien loin une fois descendue du Taxi de Joe, ont eu tort. Artiste entière, refusant les chemins trop faciles, elle ne se fie qu’à sa seule vérité. Plus de vingt ans de succès lui ont prouvé qu’elle avait choisi la meilleure des boussoles.

Vanessa Paradis.

 

 

Jeudi 17 juillet : Stromae (au chateau de la Barbinière- St Laurent sur Sèvre).

Stromae a trouvé la recette pour convertir l’or en platine. Plus de 3 millions d’exemplaires vendus de son dernier album et sauf à vivre en tribu reculée d’Amazonie, plus personne pour ignorer les fameux « Papaoutai » ou « Tous les mêmes » de ce jeune belge à l’univers si particulier. « Alors on danse »… oui, je ne vois que ça! (Gabriel Rios, en première partie).

Stromae.

 

 

Vendredi 18 Juillet : FFF et Détroit (Bertrand Cantat-Pascal Humbert).

Le groupe mythique a réuni son noyau dur (Marco Prince, Yarel Poupaud, Krishoo Monthieux et Nicolas Niktus Baby) pour retrouver la scène et livrer la même ambiance pêchue. Le groupe sillonne les routes des festivals cet été et ne pouvait manquer ce rendez-vous vendéen.

En détroit est une terre d’équilibre, un trait d’union entre deux immensités. C’est ici que s’unissent les courants, la rencontre de toutes les influences. Leur projet musical ne pouvait porter meilleur nom. Cantat et Humbert ont le rock dense et grave.

FFF.

 

Magali MICHEL.

 

compas (3)

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s