Main Square Festival 2014!

Dix ans. Sur le papier, ça parait encore jeune. Mais à Arras, c’est l’âge de la maturité triomphante, le pied de nez à ceux qui croyaient l’aventure forcément incertaine puisque basée sur la culture. Pire: sur la musique! Le Main Square Festival souffle cette année ses dix bougies. En guise de gâteau, quatre jours au lieu de trois et une programmation exceptionnelle. Plus difficile sera le choix!

 

On avait quitté Arras voilà pile dix ans. La municipalité avait alors voté une petite subvention pour que cette bourgade du Pas de Calais riche de 42.000 habitants aient elle aussi droit à son festival. Un souhait qui n’avait rien de loufoque quand on sait qu’Arras, à deux heures de Paris, ne recevait que de loin en loin les quelques artistes qui consentaient à y poser leur micro. Trop près de Lille, la grande sœur, bien plus attractive. Pas si éloignée de l’Angleterre et de ses fameux festivals, rapprochés par la grâce de Saint Eurostar. Mais ces trajets avaient quand même un coût et la mairie rêvait plus accessible, plus large et surtout plus médiatique.

C’est ainsi que Placebo a ouvert la première édition du Main Square Festival. C’était en 2004. Au beau milieu de la Grand Place et de ses superbes façades classées. Dix mille personnes se sont précipitées. Ça chantait, ça dansait. C’était joyeux. Le pari, au moins pour ce baptême du feu, était transformé. Restait à pérenniser… En 2006, grâce à Muse et Depeche Mode notamment, 45.000 billets étaient vendus. Un an plus tard, c’étaient 30.000 par jour. Le Main Square jouait désormais dans la cour des plus grands festivals européens.

 

 

Depuis sept ans, c’est dans l’enceinte exceptionnelle de la Citadelle que se réunissent les afficionados du Main Square. Un lieu idéal, à proximité du centre ville, au coeur d’hectares boisés et entre des bâtiments offrant un espace rêvé pour les organisateurs. Les organisateurs en l’occurrence, ce n’est désormais rien d’autre que Live Nation, autrement dit la plus grosse entreprise de spectacle au monde. Excusez du peu!! Un gage de succès et de programmation exceptionnelle tant sur le plan des artistes français que des formations internationales. C’est grâce à eux qu’Arras a pu accueillir Coldplay, Rammstein ou bien encore Indochine. Mais le zéro risque n’est jamais garanti. En 2012, la météo a joué les troubles fêtes et en dépit d’une affiche superbe, 75.000 personnes au lieu des 100.000 l’année précédente sont venues fouler le site. Ce serait un résultat inespéré pour beaucoup. Ici, c’est un dévissage anormal et on se moque que la pluie soit seule responsable. L’année suivante, il faudrait rêver plus fort et accrocher le public même si le ciel devait lui tomber sur la tête.

Ca tombe bien, ce n’est pas arrivé. Et l’an dernier, ils étaient plus de 30.000 par jour à nouveau à se masser devant les scènes pour applaudir Sting, Green Day, C2C ou Indochine.

 

                                           

                                                                             The Black Keys.

 

                                                                                                 Triggerfinger.

 

ImagineDragons- photocredit_Alexandra Sermon

                                                                                                       Imagine Dragons.

 

yodelice_894©Yann_Orhan.

                                                                                                                    Yodelice.

 

Stromae-DatiBendo

                                         

                                                                                                                                                     Stromae.

DÉTROIT 2013

                                                                                                    Detroit.

 

DavidGuetta

                                          

                                                                                                             David Guetta.

Comment faire mieux quand on flirte déjà avec les hauteurs ? Pour célébrer les dix ans du Main Square, les organisateurs ont opté pour une nouveauté: passer de trois à quatre jours, ouvrir le bal le jeudi à 16h30 avec (entre autres) Alice in Chains suivi d’Iron Maiden. On a connu une mise en bouche moins gourmande! La suite ne risque pas de décevoir : Triggerfinger, Imagine Dragons, Franz Ferdinand, The Black Keys (entre autres), le vendredi, Yodelice, John Butler trio, les australiens, une étape exceptionnelle au coeur de leur tournée mondiale triomphale, MGMT, Stromae, qui ne pouvait pas manquer ce rendez-vous, le samedi, Detroit, qui signe le retour sur scène de Bertrand Cantat, M ou bien encore David Guetta pour fermer le ban le dimanche soir. Voilà pour quelques uns des noms attendus sur la Main Stage.

Mais la Green Room ne sera pas en reste avec les anglais de 1975, les magnifiques London Grammar, la trop rare Nina Nesbitt et James Arthur, l’ovni à succès du dernier X Factor anglais.

 

James Arthur

                                                                                                                                        James Arthur.

Si avec tout ça le Main Square n’envahit pas les médias, tous supports confondus, ce serait à ne plus rien comprendre. Avant les Vieilles Charrues et les Francos, après le Hellfest, Arras a prévu la plus belle des fêtes pour ses dix ans. Lancement des festivités le 3 juillet. Le pari de la municipalité ne pouvait pas être mieux réussi!

Magali MICHEL.

http://mainsquarefestival.fr/fr/ // https://www.facebook.com/mainsquarefestival?fref=ts

 

compas (3)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s