Emmanuel Moire. Enfin Réenchanté.

On l’avait laissé avec l’étoile jaune sur le costume d’Emcee dans Cabaret, rôle imposant mais sombre qui lui a donné de l’épaisseur, la reconnaissance de la critique aussi qui n’avait parfois vu sous son costume de Roi Soleil que le xième artiste éphémère pour comédies musicales. Et le revoilà sur scène. Après le succès énorme de son troisième album, Emmanuel Moire poursuit avec une tournée à guichets fermés. Dix ans plus tard, la voie est redevenue royale.

Il apparait à contre-jour. Mais à pleine lumière. Le public ne distingue qu’une ombre affutée par des semaines de compétition pour « Danses avec les stars ». Une rigueur et une discipline qu’il n’a pas voulu lâcher et qui lui permettent d’affronter cette nouvelle tournée avec une envie et un dynamisme contagieux. La veste coupe officier, le petit gilet gris sur la chemise blanche et le jean (très) slim, Emmanuel Moire est incontestablement beau. Et le public de cette escale nantaise n’y est pas insensible. Au fil des chansons et du lien qui se tisse, les enthousiasmes sont de plus en plus nets. Il s’en amuse, rebondit pour mieux s’échapper et poursuivre. Mais en riant franchement.

Emmanuel Moire est aussi redevenu un homme heureux. Un bonheur reconstruit sur les douleurs de la souffrance et du manque. Il aura trente-cinq ans cette année et semble enfin en harmonie. Avec sa vie. Avec le public aussi. Après le succès du Roi Soleil, la devenue culte comédie musicale du tandem Dove Attia-Albert Cohen, le chanteur avait sorti un premier album en 2006, « Là où je pars ». Si « le sourire » avait été certifié disque d’or, cet opus n’avait connu qu’un succès mitigé en flirtant malgré tout avec les 160.000 exemplaires vendus.

Trois ans plus tard, ayant décidé d’en finir avec les faux semblant, il sort « l’équilibre » sur lequel il a composé la majeure partie des titres. Mais cet album défini comme celui de la maturité ne rencontre pas le succès escompté. « Adulte et sexy ». Trop peut-être. Les fans de la première heure n’ont sans doute pas évolué au même rythme. En mai 2011, Warner, sa maison de disques, rompt le contrat. Une aubaine au final puisque cette disponibilité lui permet de signer un mois plus tard pour « Cabaret ».

La suite, on la connait. La pièce triomphe. Emmanuel Moire intègre le casting de « Danse avec les Stars » et décroche le trophée. Il décroche surtout un lot bien plus gros, une médiatisation énorme, les encouragements et la sympathie d’un public qui se compte désormais par millions. Poussez les barrières, « Le chemin » sorti fin avril 2013 confirme cet engouement, servi par des titres magnifiques, mélange d’émotions profondes et de plaisirs avoués. Comme une passerelle entre ces chagrins d’hier et ses joies nouvelles.

Entourés de musiciens de talent, portés par des cordes virtuoses, le concert reprend cette histoire. Sans en oublier aucun chapitre. On chante. On pleure. On danse. On se laisse tranquillement séduire par ce magnifique artiste qui a su trouver le chemin pour se réenchanter.

Magali MICHEL.

 

compas (3)

Une réflexion au sujet de « Emmanuel Moire. Enfin Réenchanté. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s